Connectez-vous S'inscrire






Aïd al-Adha

Phobie de l’Aïd : Brigitte Bardot sort sa fatwa

Rédigé par Samba Doucouré | Vendredi 19 Août 2016

L’ancienne star du cinéma français et défenseure des animaux a lancé sa communication annuelle en prévision de l’Aïd el-Kébir via une missive adressée au CFCM le jeudi 11 août.



Phobie de l’Aïd : Brigitte Bardot sort sa fatwa
Brigitte Bardot n’aime pas l’Aïd, ce fait est de notoriété publique. Chaque année, l’approche de « la fête du mouton » provoque en elle un irrépressible besoin d’exprimer sa phobie.

En plein milieu des vacances et à un mois de la célébration de l’Aïd el-Kébir, la présidente de la Fondation de défense des animaux a pris cette année beaucoup d’avance sur le calendrier des polémiques islamophobes.

Tentative diplomatique

Déjà le 29 juillet dernier, trois jours après l’assassinat du père Jacques Hamel à Saint-Etienne-du-Rouvray, elle tweetait « Stop à ‘’l’Aïd el Kebir humain’’ ». En 2013, elle a menacé de s’installer en Russie mais cela n'a pas fonctionné. Elle a même dénoncé un génocide mais n’a toujours pas envoyé de recours à la Cour pénale internationale. Brigitte Bardot tente cette fois-ci la diplomatie pour tenter de faire annuler l’Aïd.

Dans une lettre rédigée avec un style très cordial, Brigitte Bardot a appelé, jeudi 11 août, le Conseil français du culte musulman (CFCM) à « faire passer un message de respect, de dignité et de générosité ».

« Je vous supplie d’appeler la communauté musulmane à ne pas faire couler le sang »

Faisant référence aux attentats de Nice et de Saint-Etienne-du-Rouvray, « où la barbarie tente de s’imposer en saccageant tout sur son passage, où le sang des innocents coule, plongeant la France dans le deuil, la tristesse et la colère », elle estime qu’il est « urgent d’œuvrer à l’apaisement pour ne pas provoquer le rejet et la rupture ».

« Je vous supplie d’appeler la communauté musulmane à ne pas faire couler le sang, à remplacer le sacrifice d’un animal par une offrande aux plus déshérités », préconise la militante. S’appuyant, selon elle, sur les enseignements de Soheib Bencheikh (ancien mufti de Marseille et candidat à la présidentielle de 2007), « BB » affirme que « l’Aïd el-Kébir n’est ‘’ni un pilier de l’islam, ni une obligation’’ » avant d’ajouter que « le sens du sacrifice est, précisément, de renoncer… ». Brigitte Bardot conclut sa lettre en priant Anouar Kbibech, le président du CFCM, à « accomplir ce ‘’miracle’’ ».

Les musulmans tout aussi « attachés à la protection des animaux et au bien-être animal »

Le lendemain, le Conseil français du culte musulman a rédigé une réponse tout aussi cordiale, rappelant en premier lieu que les musulmans de France aussi sont affectés par les attentats « en tant que citoyens français partageant les mêmes malheurs et les mêmes douleurs que l’ensemble de leurs compatriotes ».

S'agissant de l’Aïd al-Adha qui aura lieu vers le 12 septembre prochain, le CFCM souligne que « la célébration du sacrifice d’Abraham correspond à la plus grande fête musulmane de l’année, d’où l’appellation en arabe de cette fête de ‘’Aïd el-Kébir’’ (ndlr : Le grand Aïd) ». Par ailleurs, « ce sacrifice est très fortement recommandé pour les fidèles musulmans qui en ont les moyens financiers », ajoute l’organisation musulmane, rappelant son profond attachement « tout autant que vous, à la protection des animaux et au bien-être animal ».

Le CFCM ne manque pas de mentionner les réunions préparatoires à l’Aïd organisées, au niveau national, par le ministère de l’Agriculture et le ministère de l’Intérieur et, au niveau départemental, par les préfectures, avec la participation des conseils régionaux du culte musulman et des acteurs locaux. A cette occasion, « des instructions très strictes sont données à l’ensemble des acteurs et des opérateurs, pour concilier le profond attachement des musulmans à l’accomplissement de ce rite qui date du prophète Abraham, avec les dispositions législatives et réglementaires en matière de santé publique, de sécurité, de protection et de bien-être animal, ainsi que le respect de l’environnement », veut-il rassurer.

Le CFCM se dit en outre « surpris de l’allusion faite à ‘’ne pas faire couler le sang’’, en qualifiant ‘’d’horreur’’ les règles d’abattage rituel qui sont d’ailleurs pratiquées tout au long de l’année », qu’il soit « juif ou musulman ».

Le sacrifice de l’Aïd par procuration existe déjà

Brigitte Bardot a donc reçu une fin de non-recevoir dans sa tentative de faire annuler l’Aïd al-Adha en France. Cependant, sa proposition de faire un don plutôt qu’un sacrifice n’est pas saugrenue.

Il s’agit d’une solution de plus en plus préconisée par une partie des musulmans de France. Lors d’un sondage réalisé sur Saphirnews en 2014, 43 % des participants annonçaient qu’ils allaient réaliser un don plutôt qu’un sacrifice. 17 % des sondés affirmaient ne faire ni l’un ni l’autre faute de moyens financiers.

Le sacrifice de l’Aïd par procuration s’avère être une solution tendance pour laquelle les musulmans de l’Hexagone optent de plus en plus sans avoir attendu la fatwa bien malvenue de Brigitte Bardot et pour des raisons fort éloignées des arguments avancés par celle-ci. En ces temps de guerres et d’afflux de réfugiés, l'objectif de partage et de solidarité de l’Aïd al-Adha doit en effet revêtir sa pleine et entière dimension.





Loading










Nos services web

Recevez le meilleur de l'actu