Connectez-vous S'inscrire






Sur le vif

Aïd el-Kébir 2013 : Brigitte Bardot et le FN en guerre contre un abattoir

Rédigé par La Rédaction | Jeudi 10 Octobre 2013



A l’approche de l’Aïd el-Kébir, Brigitte Bardot s’attaque une nouvelle fois aux musulmans en invoquant son combat pour la défense des animaux. Elle a décidé de s'opposer à la décision de la préfecture du Territoire-de-Belfort qui a accordé, par un arrêté du 1er août 2013, l'implantation d'un abattoir temporaire du 10 au 18 octobre place Robespierre à Belfort pour permettre aux familles musulmanes de sacrifier un mouton lors de la fête de l'Aïd-el-Kébir fixé le 15 octobre.

Dans une lettre ouverte adressée au préfet, mercredi 9 octobre, elle se dit « indignée » et « dénonce la barbarie imposée aux riverains lors du prochain sacrifice sanglant de l’Aïd el-Kébir ». I[« Si Robespierre a imposé un régime de terreur et porte la responsabilité de nombreuses décapitations en place publique, il n'était pas utile d'associer son nom à ces égorgements rituels qui plongent les bêtes dans une souffrance insupportable »]i, écrit-elle.

« Vous condamnez 900 moutons à mort, dans des conditions abjectes, la gorge tranchée mais toujours conscients durant une longue et douloureuse agonie. Monsieur le Préfet, vous n’avez pas le droit d’organiser ce genre de sacrifice public en l’imposant à une population qui n’en veut pas. Vous devez aussi entendre cette colère, cet écœurement devant des coutumes d’une violence et d’un archaïsme absolus. », poursuit Brigitte Bardot, avant de demander la suspension d’un « arrêté indigne d’un représentant d’une république laïque ».

Sa fondation portant son nom a lancé une pétition dans ce sens. L'ancienne actrice annonce avoir réuni 25 000 signatures et devait remettre cette pétition au préfet mercredi. La semaine dernière, le Front national dénonçait également, dans un communiqué, l’implantation de l’abattoir de Belfort jugeant qu'il est une « atteinte à la laïcité républicaine ».

Demba N'Diaye, l'un des responsables de l'abattoir, « ne comprend pas qu'on s'insurge contre cet abattoir, les gens devraient au contraire se réjouir car, enfin, un lieu permet de faire des sacrifices de façon légale, avec les normes et les conditions d'hygiène et de sécurité nécessaires ». D’ailleurs, l'abattoir, implanté à 70 m des habitations, sera limité à une production de cinq tonnes de carcasses de moutons par jour. De plus, « les conditions de fonctionnement de cet abattoir sont étudiées pour limiter au maximum la transmission du bruit et des odeurs », précise l'arrêté préfectoral.

« Nous ne sommes pas des animaux, l'islam aussi a des règles et nous impose de faire des sacrifices dans le respect de l'animal », s’insurge M. N’Diaye, qui demande « plus de respect ». Brigitte Bardot, déjà condamnée en juin 2008 pour provocation à la discrimination et à la haine raciale envers la communauté musulmane, n’est pas prête à en donner. L’an dernier, elle avait même menacé de demander la nationalité russe pour échapper à l’Aïd el-Kébir. Une menace qu'elle n'a pas mis à exécution, préférant continuer à dénigrer les pratiques religieuses des musulmans.

Lire aussi :
Brigitte Bardot veut devenir Russe pour échapper à l'Aïd el-Kébir
Brigitte Bardot condamnée pour incitation à la haine raciale
Comment Bardot souhaite un bon Ramadan aux musulmans (vidéo)
Ils sont les anti-aïd
Pays basque : la Fondation Brigitte Bardot milite contre l’abattage halal
Aïd el-Kébir 2013 : toujours plus d’obligations pour les abattoirs





Loading












Recevez le meilleur de l'actu