Connectez-vous S'inscrire






Hadj

Opération hajj : voyage dans les méandres d’un marché opaque

Hadj 2012

Rédigé par Mérième Alaoui | Lundi 15 Octobre 2012

Chaque année, le pèlerinage de La Mecque est un parcours du combattant pour nombre de pèlerins. Les prix ne cessent de grimper et les problèmes d’organisation demeurent encore nombreux. Enquête sur ce marché juteux, qui évolue en eaux troubles.



Opération hajj : voyage dans les méandres d’un marché opaque

Le hajj est le cinquième pilier de l’islam. Obligatoire pour toute personne pubère, mentalement responsable et qui a les ressources économiques et physiques, il s’accomplit entre le 8 et le 13 du mois lunaire de dhû-l-hijja (« mois du pèlerinage »), soit du 24 au 29 octobre de cette année 2012. Les futurs pèlerins sont attendus à La Mecque depuis le 27 septembre (1/11/1433H), la saison du hajj i se clôturant le 29 novembre (15/1/1434H).

Chaque année, de plus en plus de Français se lancent dans ce grand voyage unique. Le royaume d’Arabie Saoudite devrait délivrer cette année pas moins de 24 000 visas gratuits, tout comme l’année précédente. Un chiffre sûrement revu à la hausse en fin de saison au regard de la demande grandissante.

Cette année encore, près de 3 millions de musulmans vont se rassembler autour de la Ka‘ba, la « Maison sacrée », où se loge la fameuse Pierre noire ; la Ka’ba, premier lieu saint de l’islam, suivi de la mosquée du Prophète i[(masjid en-Nabawi)
, en Arabie Saoudite, et de la mosquée al-Aqsa (masjid al-Aqsa), en Palestine.

Le pèlerin est aussi un consommateur

La France constitue un marché particulièrement juteux pour les agences de voyages. Hors quotas, le pays a le droit au même nombre de visas que d’autres pays majoritairement musulmans comme le Maroc ou la Tunisie par exemple. Il est paradoxalement plus facile de se rendre au hajj via la France que dans ces pays qui utilisent le tirage au sort pour désigner les heureux élus au hajj.

Cette position particulière de la France a pour conséquence directe la non-régulation du marché. L’organisation du hajj dans les pays musulmans est affaire d’État. En France, on laisse le sort des musulmans aux mains des voyagistes, parfois animés de motivations véreuses…

L’organisation du voyage, souvent qualifié de « grand bazar », voire de « jungle », mais surtout le prix sont plus ou moins arbitraires.

Le coût moyen cette année est de 4 700 € par personne pour un forfait de 30 jours. Un prix qui a fortement augmenté ces dernières années. « Les agences justifient cette hausse par les offres d’hôtels à La Mecque qui sont plus rares depuis les grands travaux… Mais si on compare le forfait français à celui d’un pays comme l’Algérie, on est perdant. Pour le même prix, on a un voyage de bien meilleure qualité de l’autre côté de la Méditerranée », compare Fatna Tahri qui était chargée chez SOS Pèlerin de recueillir les doléances des pèlerins malheureux. Elle milite aujourd’hui auprès de l’Union française des consommateurs musulmans (UFCM). « Car le pèlerin ne doit pas oublier qu’il est aussi un consommateur », répète-t-elle. Beaucoup, en effet, l’ont oublié à leurs dépens…

Les mauvaises surprises du hajj

Ainsi, chaque fin de hajj a son lot de mauvaises « surprises ». Le genre de couacs que le pèlerin découvre, comme par hasard, une fois les pieds bien ancrés sur la Terre sainte. Des chambres doubles transformées en dortoirs, des jours d’attente à l’aéroport sans savoir à quelle heure prendre un vol, des prix qui augmentent subitement une fois sur place…

Heureusement, de plus en plus de musulmans n’hésitent plus à porter plainte. Inimaginable il y a une dizaine d’années.

Selon SOS Pèlerin, la première fois a eu lieu en mars 2007. On se rappelle du cas des 5 000 pèlerins, en 2005, restés bloqués à l’aéroport de Djeddah alors que la compagnie aérienne charter avait déposé le bilan. Quand les plaignants vont jusqu’au bout, le plus souvent, la condamnation tombe.
Le 18 novembre 2010, le tribunal d’instance parisien condamne une agence pour la mauvaise organisation du hajj 2007. Elle a dû verser à chaque plaignant du dossier 710 € de dommages et intérêts.

Mais il y a pire. Si les pèlerins de 2007 ont gardé un très mauvais souvenir de leur voyage, ils peuvent au moins se targuer de l’avoir effectué… L’année dernière encore, des centaines de musulmans originaires du Grand Est (Mulhouse, Belfort, Montbéliard, Nancy, Metz, Strasbourg, Colmar…), inscrits dans une agence de Nancy-Metz ainsi que plusieurs autres sur Paris se sont purement et simplement retrouvés sans visa.

Le pire cauchemar du musulman qui économise des années spécialement pour marcher sur les pas du Prophète Muhammad. La formule était alléchante : en moyenne 3 900 € avec une puce téléphonique locale offerte...

Samir était intéressé pour lui et sa maman. « Je m’y suis inscrit en totale confiance d’autant que je connais l’imam. On nous a demandé très vite de déposer nos passeports ainsi qu’un acompte de 500 € par personne. Mais toujours sans avoir notre fameux contrat… », raconte le jeune homme. Jusqu’à la veille du départ, ni lui ni sa mère n’ont eu de visa. « Je n’osais y croire. J’ai surtout eu très mal pour ma mère qui avait déjà dit au revoir à toute la famille… » C’est en effet un traumatisme, notamment pour les plus âgés.

« C’est le genre de témoignage le plus douloureux que j’ai eu à recueillir… Certaines victimes avaient honte, car les mauvaises langues considéraient que si ce n’était pas “mektoube” c’est que la personne n’était pas invitée par Dieu. Vous imaginez ? », poursuit Fatna Tahri.
« Cette agence très jeune et non agréée par le ministère du Hajj pensait en fait pouvoir récupérer des sésames auprès d’agences reconnues mais sans y parvenir finalement… », explique Benbdellah Soufari, président de l’association France Hajj, qui a bien suivi ce dossier.

S’informer, se former

Si les problèmes persistent d’année en année, c’est aussi parce que les voyagistes et les rabatteurs n’hésitent pas à mettre une sorte de pression morale sur les pèlerins : « Le hajj, c’est la religion, ce qui est arrivé devait arriver. Il ne faut pas se plaindre… Avec ce discours, on réussit à faire passer beaucoup de pilules », commente le président de France Hajj.

Le conseil le plus simple et le plus efficace reste la responsabilisation. « Je veux bien noter et donner des avis sur les agences mais il faut avant tout que les pèlerins aient conscience de leurs droits et les imposent. » Heureusement, les associations s’organisent.

Des associations de consommateurs comme l’Association de sensibilisation, d’information et de défense de consommateurs musulmans (ASIDCOM) ou la plus récente UFCM forment, donnent des avis, publient des enquêtes.
De son côté, outre son Hajj Academy proposant des sessions de formation depuis plusieurs années, SOS Pèlerin souhaite mettre en place un label pour les agences de voyages. Une mission confiée au Bureau Veritas qui a présenté ses premiers résultats cette année.

« Mais tout ira beaucoup mieux le jour où l’État s’occupera sérieusement du marché du i[hajj. Sans cela, les malveillances mafieuses vont se poursuivre »]i, estime Hanen Rezgui, présidente d’Asidcom. Le ministère des Affaires étrangères met à disposition de ses ressortissants des permanences d’urgence. Sur le modèle des Guides de pèlerins rédigés par les associations, il a édité une brochure interministérielle officielle (téléchargeable sur www.diplomatie.gouv.fr) pour prévenir et informer les pèlerins. « Mais ce n’est pas assez. Le consommateur musulman doit être beaucoup plus protégé », poursuit la porte-parole d’Asidcom.

Malgré toutes ces difficultés, les pèlerins gardent surtout en tête les meilleurs moments partagés lors du pèlerinage à La Mecque. Un voyage unique où on croise des coreligionnaires venus en moyenne de 100 pays différents par jour.

Le budget du pèlerin


« Sachant qu’un euro vaut environ 5 riyals saoudiens, combien me faudra-t-il avoir en poche pour mon séjour à La Mecque ? »

La réponse dépend de plusieurs critères : durée du séjour, moyens à disposition, achats prévus sur place, etc. Sachant par ailleurs combien le voyage est cher, environ 5 000 €, et combien arnaques et imprévus peuvent survenir, le mieux est de prévoir un budget pour chaque type de dépenses. Nourriture, cadeaux, aléas possibles, etc. : à chaque poste son crédit, le coût de la vie en Arabie Saoudite étant à peu près équivalent à celui de la France.






Loading










Nos services web

Recevez le meilleur de l'actu