Connectez-vous S'inscrire






Sur le vif

Mondial 2014 : Bloc identitaire veut interdire... ne faut-il pas, lui, l'interdire ?

Rédigé par | Mardi 3 Juin 2014



A l’approche de la Coupe du monde de football 2014, le Bloc identitaire veut se faire remarquer. Il réclame une série de mesures visant à faire « face aux risques d’incidents graves entraînés par les supporteurs algériens » dans un texte publié vendredi 30 mai.

Le groupuscule d’extrême droite, qui prend régulièrement pour cible les supporteurs de l’équipe de foot d’Algérie, « demande à l’Etat d’appliquer à leur encontre l’arsenal législatif existant ». Il veut ainsi « la suspension des visas et (l’)interdiction d’entrée sur le territoire français pendant la durée de la Coupe du monde des supporteurs algériens ou se comportant comme tels » ou encore leur interdire de circuler « dans les zones centrales des agglomérations chaque jour de match, de zéro heure à minuit ». Parmi les mesures farfelues souhaitées, on note aussi « l’interdiction d’arborer les couleurs de l’Algérie (vert, blanc et rouge), les jours de match de l’équipe d’Algérie ».

Le Front national intéressé ? Lors de la qualification de l’Algérie pour le Mondial, en novembre 2013, Florian Philippot, le vice-président du FN avait accusé les supporteurs de l'équipe d'Algérie d'avoir été à l'origine d'incidents qui avaient émaillé les débordements de joie.

Le Bloc identitaire ne joue pas dans la nuance avec de tels propositions xénophobes liant toujours l’immigration à l’insécurité, qu'il accompagne d'une vidéo intitulée « L'Algérie, c'est ton pays ? Retournes-y ! ». Mais, au fait, depuis quand les revendications de ce groupe de haine, qui milite contre « l'islamisation » et pour la « rémigration » des populations issues de l’immigration, peuvent-elles être prises au sérieux et relayés le plus normalement du monde ?

Banalisation d'un mouvement de haine

Loin d'être inquiété par la perspective d'une interdiction, le Bloc identitaire, né des cendres d'Unité Radicale après la tentative d’assassinat de Jacques Chirac en juillet 2002, a banalisé son existence dans le paysage français à la faveur de la poussée du Front national sur le terrain politique.

Avec d'autres mouvements d'extrême droite islamophobe, le Bloc identitaire a été autorisé à défiler dans les rues de Paris en mars dernier. Dernièrement, des tournées « anti-racailles » dans les métros de plusieurs grandes villes ont été mises sur pied par les jeunes du Bloc identitaire sous le nom de Génération identitaire, le groupe même qui a occupé la mosquée de Poitiers en 2012.

Des appels à la dissolution du mouvement, dirigé par Fabrice Robert, ont été maintes fois lancés dans un passé récent, jusque là restés sans effet. Cette revendication a tout droit de demeurer d'actualité.



Rédactrice en chef de Saphirnews En savoir plus sur cet auteur


Loading












Recevez le meilleur de l'actu