Connectez-vous S'inscrire






Culture & Médias

Les arts de l’islam fascinent le Louvre

Un nouveau département en septembre 2012

Rédigé par Hanan Ben Rhouma | Samedi 7 Janvier 2012

Le département des Arts de l’islam verra le jour en septembre 2012 au musée du Louvre. A neuf mois de l’inauguration et après quatre ans de travaux, les premiers éléments du projet ont été dévoilés, mercredi 4 janvier, lors d’une visite des lieux à la presse. Jusque-là marginalisés, les arts de l’islam auront une place de choix au musée. Le chantier monumental, évalué à près de 100 millions d’euros, permettra, selon les promoteurs du projet, à présenter « la face lumineuse » de la très riche civilisation islamique.



Le département des Arts de l’islam verra le jour en septembre 2012 au Louvre. Ici, la couverture en verre de la cour Visconti. © Photo 2011 Musée du Louvre / Olivier Ouadah
Le département des Arts de l’islam verra le jour en septembre 2012 au Louvre. Ici, la couverture en verre de la cour Visconti. © Photo 2011 Musée du Louvre / Olivier Ouadah
Le Louvre est plus populaire que jamais. Le musée parisien a battu un record de fréquentation en 2011 avec 8,8 millions de visiteurs, confortant ainsi sa première place mondiale parmi les musées les plus visités. Sa côte de popularité va grimper dans les prochains mois avec l’ouverture, en septembre 2012, du département des Arts de l’islam.

Jusque là, seul un millier de pièces était présenté dans une simple section dédiée aux antiquités orientales alors que le musée possède l’une des plus belles collections au monde.

Désormais, l’espace qui lui sera dédié s’étendra sur 2 800 m² sur deux niveaux, dans la cour Visconti, dont la construction est signée des architectes Mario Bellini et Rudy Ricciotti. Une impressionnante verrière ondulée composée de verre et de métal recouvre la cour, voulue par les concepteurs comme un « voile » aérien.

Les arts de l’islam fascinent le Louvre

Rendre l'éclat à la civilisation musulmane

« Ce chantier muséographique est sans précédent depuis la construction de la pyramide du Louvre et il va mettre en valeur des collections largement méconnues depuis 25 ans », a déclaré, mercredi 4 janvier, le président-directeur du Louvre Henri Loyrette.

Plus de 18 000 œuvres, couvrant quatorze siècles d’Histoire et venus des quatre coins du monde musulman, prendront ainsi place dans les futures salles. Miniatures, textiles, tapis, manuscrits, céramiques, architecture… toutes sortes de pièces seront présentées afin de montrer la richesse de la collection, « un miroir de l’extraordinaire richesse du patrimoine artistique de l’islam », qui sera complétée par 3 500 autres œuvres déposées par le musée des Arts décoratifs.

« Les arts de l'Islam ont beaucoup apporté à la culture occidentale et même jusqu'à une période récente, puisqu'ils ont influencé des artistes tels Delacroix ou Matisse », reconnaît M. Loyrette. Il s’agira ainsi de présenter la civilisation islamique sous l’un de ses plus beaux aspects et de redonner tout l’éclat à son prestige, qui a pris un sacré coup après le 11-Septembre.

A la recherche de 10 millions d’euros

L’ancien président de la République Jacques Chirac a impulsé, en 2003, la création de ce huitième département. Nicolas Sarkozy a ensuite posé la première pierre en 2008.

Quatre ans après le début des travaux, le montant global du projet est évalué à 98,5 millions d'euros. L'Etat français apporte 31 millions d'euros et le Louvre contribue sur ses ressources propres à hauteur de 1,5 million d'euros. Plusieurs Etats étrangers, parmi lesquels le Maroc, le Koweït, le sultanat d’Oman et la République d’Azerbaïdjan, participent au financement à hauteur d'une coquette somme de 26 millions d'euros.

Les mécènes privés à la rescousse

La participation des donateurs individuels et des entreprises se monte pour le moment à 30 millions d'euros. Le prince saoudien Al-Walid ben Talal, qui n'est autre que le neveu du roi Abdallah d'Arabie Saoudite, s'est montré très généreux puisqu’il est à ce jour le principal mécène, avec 17 millions d'euros mis sur la table grâce à sa fondation.

Plusieurs groupes français se sont également engagés auprès du Louvre comme la Fondation Total et Lafarge, qui ont tous deux investis une dizaine de millions d’euros.

Le musée est encore à la recherche de mécènes pour boucler le projet. Dix millions d'euros manquent au compteur, mais le président du musée ne s'en inquiète pas : les bienfaiteurs sauront très vite se manifester pour permettre aux arts de l’islam d’être valorisés dans l’un des plus beaux monuments au monde. L’attention particulière du Louvre portée à la civilisation musulmane saura être récompensée par le public français et étranger, toujours plus nombreux chaque année à découvrir les merveilles du monument.







Loading










Nos services web

Recevez le meilleur de l'actu