Connectez-vous S'inscrire






Ramadan

La gestion du temps du Ramadan

Rédigé par Mérième Alaoui | Mardi 2 Juin 2015

Ramadan durant l'été, ce sera 18 heures de jeûne et une course contre la montre une fois la nuit tombée pour les repas, les prières et un peu de sommeil. Comment organiser ses journées pour un mois spirituel réussi ?



Le mois de Ramadan est l’occasion pour les plus assidus de lire le Coran ‒ si possible dans son intégralité, en s’astreignant à un rythme régulier et quotidien ‒, mais surtout d’en méditer le sens et d’en tirer les leçons pour parfaire son comportement, améliorer ses relations avec autrui, raffermir sa foi et resserrer sa relation intime avec le Très-Haut.
Le mois de Ramadan est l’occasion pour les plus assidus de lire le Coran ‒ si possible dans son intégralité, en s’astreignant à un rythme régulier et quotidien ‒, mais surtout d’en méditer le sens et d’en tirer les leçons pour parfaire son comportement, améliorer ses relations avec autrui, raffermir sa foi et resserrer sa relation intime avec le Très-Haut.
Après les 18 heures de jeûne, une fois l’heure de la rupture arrivée vers 21 h 50, c’est un véritable compte à rebours qui est activé. Six heures à peine pour rompre le jeûne, dîner un repas principal, effectuer les prières de tarawih à la mosquée jusque vers 1 h 30 du matin, enfin dormir quelques heures de sommeil réparatrices avant un dernier repas à la fois léger et hautement nutritif à l’aube. Puis, très vite, arrivent la journée de travail, la gestion des enfants en bas âge et autres obligations familiales…

Se préparer au mieux

Pour remplir ce programme serré et réussir le mois saint en forme, les musulmans tentent de se préparer au mieux, non sans angoisse. « Le mois de Ramadan en été, en France, est une épreuve appréhendée par de nombreux patients. Les principales difficultés viennent de la déshydratation et d’une alimentation mal choisie, ce qui aggrave la fatigue inhérente à la durée de la journée de jeûne », rapporte Hanane Chafik, médecin généraliste habituée à divulguer des conseils de santé pour le jeûne. Le temps pour manger étant très court, « il est impératif de boire 2 litres par jour, dont de l’eau, du lait, des jus de fruit, des infusions, de la soupe, et de comprendre que les mets très gras et très sucrés dès la rupture du jeûne risquent de bloquer l’appétit et n’apportent quasi rien d’utile. L’idéal serait de fractionner les prises alimentaires pour mieux gérer son appétit. Donc parvenir à se lever à l’aube pour un repas léger », poursuit le Dr Chafik.

Un timing serré

Réussir le Ramadan, c’est bien avant tout la gestion du sommeil. Zahia, attachée ministérielle de 30 ans, a réussi à tenir la cadence du Ramadan dernier grâce à des siestes de midi. « Avec une collègue également jeûneuse, on se retrouvait à la pause de midi dans un parc, au cœur de Paris, et on faisait une sieste à l’ombre. Sans cela le travail aurait été très difficile », raconte la jeune femme. Si le manque de sommeil peut gêner ceux qui travaillent, c’est le contraire pour ceux qui n’ont pas d’activité ou sont en vacances scolaires. « Pour moi, l’une des difficultés, c’est justement de trop dormir… Les journées sont très longues et je n’ai pas grand-chose à faire. Du coup, l’envie de dormir est grande », avoue, de son côté, Walid, 19 ans, sans emploi à Amiens (Picardie).

Avec ou sans activité professionnelle, la plupart tentent de s’organiser en amont pour ce jeûne particulièrement long. Un « agenda strict » avec « un timing serré » est l’une des solutions principales pour réussir le Ramadan. À la mosquée de Puteaux-La Défense (Hauts-de-Seine), l’imam Mohamed Benrezzoug, plus connu sous le patronyme d’Abou Omar, donne une conférence spécialement sur le sujet, un mois avant le début du jeûne. « Il faut rappeler les bonnes habitudes. Donner des conseils pour la nourriture, le sommeil, même le comportement », explique le religieux connu pour son bagout.

S’inspirer des pratiques du Prophète

Pour lui, c’est simple, il faut s’inspirer des pratiques du Prophète Muhammad tout en assumant ses activités professionnelles et familiales. « On me dit souvent que, lors du mois de Ramadan, on baisse la cadence au travail : au contraire, il faut être plus productif ! Pour ceux qui le peuvent, il faut faire une sieste à la pause de midi. Il faut voir tous ces cadres musulmans en costume qui travaillent à La Défense en train de dormir à la mosquée ! Ils me disent que cela leur donne une pêche incroyable ! » Une fois que la journée de travail est terminée vers 18 heures, l’imam préconise de « rentrer à la maison pour une sieste plus longue de 1 h 30 ou 2 heures au maximum. Au lever, une bonne douche, puis la lecture du Coran et la préparation du repas ».

Lecture du Coran

Pour profiter des longues journées sans se soucier des obligations professionnelles, certains optent pour des vacances dans le pays d’origine. « J’ai pris mes congés lors du Ramadan pour pouvoir profiter de la mosquée le soir. Mais aussi pour offrir à mes enfants de 5 et 8 ans des vacances », raconte Latifa, vendeuse de 37 ans, qui part au Maroc. Si les jeûneurs veulent rester en forme et se dégager du temps, c’est avant tout pour lire le Coran entièrement et se rendre à la mosquée pour tarawih le soir. Najib, 35 ans, se donne cet objectif chaque année. Il s’organise pour lire et méditer « le matin après fajr ou le soir juste avant maghreb. Il faut compter 30 minutes à 1 heure », confie ce cadre dans l’industrie pharmaceutique. « Pour réussir la lecture du Coran, il faut lire en moyenne deux hizb [une vingtaine de pages ndlr], mais surtout le faire tous les jours », précise l’imam de La Défense.

Pour Khady, 38 ans, Ramadan rime surtout avec lecture du Coran. « Pour y arriver, j’ai testé une méthode qui a porté ses fruits. Avec des amies musulmanes, nous avons créé un groupe sur Viber [application pour communiquer en groupe sur smartphones, ndlr], et nous nous encourageons tous les jours à lire un nombre de pages bien précis. Grâce à cela, j’ai réussi à lire tous les jours le Coran pour la première fois de ma vie ! Cette année ce sera pareil, insha Allah », se réjouit d’avance la jeune Franco-Sénégalaise qui travaille dans les télécommunications.

Se booster pendant Ramadan

L’effet de groupe est une méthode également préconisée par l’institut Hidaya. L’organisme qui dispense des séminaires et cours de religion pour adultes, a lancé une opération de #RamadanBoost via mails, réseaux sociaux, pour coacher leurs inscrits et leur éviter de ne pas se laisser « piéger par notre fatigue, nos mauvaises habitudes, notre relâchement, notre mauvaise gestion du temps ». Une émulation virtuelle censée permettre d’atteindre les objectifs de lecture et de prières.

Quelle que soit l’organisation choisie, c’est bien la foi qui est le principal moteur. « Tout sera facilement supportable si on médite profondément le sens de la foi. Malheureusement, une grande majorité de musulmans ne comprend pas l’essence de cette religion », selon Mohamed Benrezzoug, qui insiste sur cette recommandation lors de ses prêches. Et d’ajouter : « Si on comprenait vraiment le sens du Ramadan, on voudrait qu’il dure toute l’année ! »






Loading










Nos services web

Recevez le meilleur de l'actu