Connectez-vous S'inscrire






Livres

La croissance verte, remède anti-crise(s) ?

Rédigé par Charles-Antoine Brossard | Mardi 30 Avril 2013



Si la prise de conscience écologique a mis du temps à faire son chemin, elle est de plus en plus prégnante, que ce soit dans les négociations internationales, les médias ou bien tout simplement notre vie quotidienne.

Surtout, la nécessité de changer de modèle de croissance apparaît plus évidente au spectacle des crises multiples auxquelles nos sociétés font face : crise économique, financière, écologique… Il s’agit bel et bien de trouver une nouvelle manière de produire.

L’idée de développement durable [1] (ou d’économie verte [2]) date de plus de 30 ans. Pourtant, elle fait toujours l’objet de vifs débats. L’ouvrage collectif du Cercle des économistes [3] se donne pour but d’ouvrir des pistes de réflexions sur les changements à conduire dans les domaines économique, politique et social, afin de trouver le chemin de la « troisième révolution industrielle » [4].

L’impulsion des pouvoirs publics

Loin de prôner une planification écologique qui s’avérerait trop contraignante et donc inefficace, il s’agit avant tout d’orienter les acteurs économiques vers des comportements plus vertueux.

Le consommateur d’abord, puisque c’est lui qui « arbitrera » la transition écologique. Les pouvoirs publics auront donc à charge d’orienter tant les prix (fiscalité, bonus-malus, subventions…) que les préférences (c’est-à-dire les comportements) en sensibilisant et informant les citoyens. Comme le soulignent les auteurs, « l’internalisation par l’individu de normes écologiques est préférable à l’interdiction pure et simple » [5].

Les entreprises seront également concernées par l’action publique. Il s’agit de mettre en œuvre de véritables politiques cadres capables d’influencer leurs activités : « les considérations relatives à l’environnement doivent désormais faire partie intégrante de l’élaboration de la politique économique et de la planification du développement. » [6], ce qui doit permettre de « pallier les défaillances de marché. Il s’agit notamment de garantir une demande initiale grâce à des politiques de soutien ciblées. » [7]. A ce titre, l’exemple allemand [8], auquel l’ouvrage consacre un chapitre entier, montre qu’une approche globale est nécessaire. Enfin, la production d’informations et d’outils appropriés des mesures mises en œuvre demeurent cruciaux.

Sans finance, pas d’innovation « verte »

Quant à la finance, son rôle d’orientation de l’économie en fait un acteur crucial. De même que pour les consommateurs et les entreprises, les pouvoirs publics doivent la pousser à soutenir l’économie verte. Une des conditions du « verdissement » de notre croissance économique est en effet l’innovation, « pas seulement l’innovation technologique, mais aussi les innovations organisationnelles, institutionnelles, financières. » [9]. Or, pour l’heure, les innovations vertes manquent de financement du fait d’un manque d’attractivité face aux activités polluantes.

Le livre imagine plusieurs instruments dans cette perspective. L’un d’eux serait l’obligation de transparence des activités financières. Comme pour les autres acteurs économiques, il s’agit d’inciter les investisseurs à financer des biens et des services générant des gains collectifs, à l’image de la RSE (responsabilité sociale des entreprises) appliquée depuis peu en France : « Cette transparence a l’avantage de présenter à la société civile des logiques de fonctionnement des banques qui seront lisibles (…) et aussi de prévenir et préparer les entrepreneurs » [10] – autrement dit, « ne pas nuire : le premier principe d’Hippocrate » [11]. p. 77

Vers une nouvelle gouvernance locale ?

Pour davantage d’efficacité, l’ouvrage appelle à une nouvelle gouvernance territoriale de la croissance verte, d’autant plus qu’« à une crise présentée comme très macroéconomique, tous les éléments de solution microéconomique n’ont pas été mobilisés » [12].

Pour autant, il ne s’agit pas de remettre totalement en cause le rôle d’un État central qui, à l’ère de la globalisation, reste essentiel. Il serait cependant judicieux de redéfinir les rôles de chacun, entre collectivités locales et État central : comme le souligne Jean-Marie Chevalier, « on assiste peut-être non pas à un renversement total de la problématique classique et un remplacement du Top down par le Bottom up mais au moins à l’affirmation d’un Bottom up très mobilisateur » [13], soit à une meilleure inclusion du local dans l’économie nationale.

L’économie verte, un tremplin pour le développement ?

Alors que les problématiques environnementales ont pu sembler être l’apanage des seuls pays développées, les auteurs nous montrent qu’a contrario, la croissance verte pourrait s’avérer une opportunité réelle pour les pays les moins avancés.

En effet, « les pays situés au degré zéro du développement n’ont pas à amortir les considérables investissements accumulés par les vieux pays industrialisés dans les infrastructures, l’urbanisation, l’énergie et les transports qui, de par leur poids, bloquent les innovations et les investissements nouveaux » [14].

Le cas de l’électrification des pays les moins avancés en est une illustration concrète, avec une véritable solidarité internationale qui se met en œuvre par des mécanismes de marchés incitatifs – notamment les « investissements socialement responsables » (ISR) – et de véritables partenariats public-privé, ainsi que l’implication de la société civile. Des mécanismes existent donc déjà, mais ils doivent être encouragés afin d’instaurer un climat de confiance international et une meilleure prise en compte des aspirations des communautés locales.

La croissance verte, remède anti-crise(s) ?

Pousser la réflexion plus loin

Remède anti-crise, opportunité pour les pays en développement… la croissance verte a tous les atouts pour devenir l’économie de demain. Cet ouvrage, qui démontre avec clarté que crise économique et crise écologique vont de pair, propose des solutions réalistes pour changer de modèle.

Néanmoins, son approche strictement économique ne saurait être suffisante. Les autres sciences humaines pourraient être mobilisées pour inscrire la croissance verte dans un schéma global. Comme l’écrivait Edgar Quinet, « toute pensée qui se bornera aux combinaisons de l’économie politique sera infailliblement trompée dans les grandes affaires humaines ».

Notes
[1] CMED, Rapport Brundtland, « Notre Avenir à Nous », 1987.
[2] D’après le Conseil économique pour le développement durable, il s’agit de « la transition vers un développement économique protégeant les ressources nécessaires aux générations futures et soucieux de justice sociale ». Pour aller plus loin, voir le dernier rapport du 19 juin 2012, « Les économistes et la croissance verte ».
[3] Fondé en 1992, le Cercle des économistes est un cercle de réflexions initié par Jean-Hervé Lorenzi. Il rassemble aujourd’hui près de 30 économistes (et universitaires) « qui ont exercé ou qui exercent des fonctions privées ou publiques ». Pour en savoir plus, consulter la page officielle
[4] Jeremy Rifkin, La Troisième Révolution verte. Comment le pouvoir latéral va transformer l’énergie, l’économie et le monde, Paris, Les Liens qui libèrent, 2012.
[5] Jean-Marie Chevalier (sous la dir.), La croissance verte : une solution d’avenir ?, Paris, PUF, Cahiers du Cercle des économistes, janvier 2013, p. 18.
[6] Ibid., p. 42.
[7] Ibid., p. 26.
[8] Ibid., « OCDE : le cas de la croissance verte en Allemagne », p. 29-40.
[9] Ibid., p. 9.
[10] Ibid., p. 77.
[11] Ibid., p. 77.
[12] Ibid., p. 91.
[13] Ibid., p. 91.
[14] Ibid., p. 65.


* Jean-Marie Chevalier (sous la dir.), La croissance verte : une solution d’avenir ?, Paris, PUF, Cahiers du Cercle des économistes, janvier 2013, 112 pages, 14 €.





Loading










Nos services web

Recevez le meilleur de l'actu