Connectez-vous S'inscrire






Société

Ecologie : l'appel de la jeunesse musulmane à « vivre vert »

Rédigé par Maria Magassa-Konaté | Jeudi 13 Décembre 2012

Les jeunes musulmans se mobilisent contre le réchauffement climatique. Le Forum européen des organisations musulmanes de jeunes et d'étudiants (FEMYSO), en coopération avec MADE in Europe, lance la campagne « Green Up my Community ». Objectif : sensibiliser les jeunes de la communauté musulmane à la préservation de l’environnement.



Ecologie : l'appel de la jeunesse musulmane à « vivre vert »
La communauté internationale a montré une fois de plus sa difficulté à prendre à bras-le-corps la lutte pour la préservation de l’environnement après le sommet de Doha (au Qatar), achevé le 8 décembre. En effet, le bilan de la conférence, où s’étaient réunis 192 pays, est plus que décevant. Pourtant, prendre soin de la planète devient de plus en plus urgent face au réchauffement climatique.

Pour assurer la relève, sensibiliser la jeunesse est plus que primordial. La campagne « Green Up my Community », qui cible les jeunes musulmans, va dans ce sens.

Derrière cette campagne qui débutera le 16 décembre se cachent FEMYSO, le plus grand réseau d'associations de jeunes musulmans européens, et MADE in Europe, une organisation musulmane anglaise, qui vise à sensibiliser les jeunes Européens à la lutte contre la pauvreté et aux autres formes d’injustices sociales du monde.

Green Up my Community pour « vivre vert »

Avec « Green Up my Community », le but pour FEMYSO est de permettre « aux jeunes musulmans européens de prendre conscience des problématiques liées au changement climatique et au commerce équitable, mais également de penser et de vivre “vert” », indique l’organisation dans un communiqué. Pour que les jeunes puissent faire passer efficacement ce message, cette campagne se caractérise dans un premier temps par la tenue d’un séminaire, du 16 au 21 décembre, à Berlin.

30 jeunes activistes y seront « formés aux techniques de plaidoyer afin de porter les questions du changement climatique, du commerce équitable et des inégalités de développement sur la place publique ». Ils seront ainsi prêts à relayer leurs idées au plus grand nombre, avec pour objectif de « transformer les habitudes et les comportements dans les institutions locales et les mosquées ». Une initiative qui a reçu, assure FEMYSO, le soutien financier du Fond européen pour la jeunesse, créé en 1972 par le Conseil de l'Europe pour soutenir les activités des jeunes en Europe.

Mais FEMYSO veut aller plus loin avec cette campagne à dimension européenne, qui touchera 10 pays du continent, dont la France. Ainsi, tout au long de l’année 2013, elle travaillera à la mise en place d’un mouvement pan-européen de la jeunesse musulmane : les Jeunes Verts musulmans. Par ce biais, ils défendront une plus grande justice dans les échanges commerciaux et un meilleur respect de l’environnement. Les thématiques du développement durable et de « baisse des inégalités » seront ainsi abordées.

Lutter contre les inégalités

Outre la sensibilisation aux problématiques environnementales, l’action des Jeunes Verts musulmans s’inscrira dans une volonté de lutter contre les inégalités. Il faut dire que les deux thématiques sont liées puisque les émissions de gaz à effet de serre (GES) produites par les pays développés sont à l’origine de la crise climatique, dont les effets frappent plus durement les pays pauvres. Une « dette climatique » que portent les pays du Nord envers ceux du Sud.

Hélas, cette injustice n’est pas prête de disparaître. En effet, lors du sommet de Doha, les pays industrialisés n’ont pas réussi à statuer sur le montant de l’aide financière accordée aux pays en voie de développement pour leur permettre de lutter contre le réchauffement climatique. La promesse, à laquelle ils se sont engagés en 2009, attend toujours d'être tenue.

Pourtant, la situation devient préoccupante car le monde se dirige dangereusement vers une hausse de 3 °C à 5 °C de la température globale alors qu’au-delà de 2 °C le système climatique risque de s’emballer. Outre les catastrophes naturelles qui se multiplient, l’accélération de la fonte des glaces, la disparition des forêts ou encore la montée du niveau des mers sont déjà quelques effets perceptibles de ce réchauffement climatique.

Respecter la Terre en soumission à Dieu

Face à l’état de la Terre qui devient de plus en plus préoccupant, FEMYSO veut s’emparer fermement de ce problème car la préservation de la Nature est une nécessité dans la religion musulmane.

« Les jeunes musulmans européens ont une double responsabilité par rapport à la nécessité d'être respectueux de l'environnement et de garantir des pratiques de consommation éthiques. D'une part, en raison des principes moraux partagés par tous ; d'autre part, en raison de l'éthique prônée par la religion musulmane. Prendre soin de la planète et des individus est un des principes fondateurs de la foi musulmane », explique Intissar Kherigi, le vice-président de FEMYSO.

Pour le croyant, respecter la Terre est un signe de respect envers Dieu, créateur de l'Univers tout entier. L’inculquer aux plus jeunes est essentiel. Au collège-lycée privé musulman La Réussite d’Aubervilliers, en région parisienne, cette dimension est clairement inscrite dans les objectifs de l’établissement, qui œuvre à la sensibilisation des élèves à l’environnement en organisant, notamment, des classes vertes en Normandie.

Alors que la communauté internationale peine à s’entendre sur la résolution des menaces qui pèsent sur la planète, une nouvelle génération sensible à ces problématiques est la bienvenue pour préserver la Terre.






Dans la même rubrique :
< >

Loading










Nos services web

Recevez le meilleur de l'actu