Connectez-vous S'inscrire






Politique

La Fondation de l’islam de France, ce sera sans la Grande Mosquée de Paris

Rédigé par | Mardi 21 Février 2017



La Fondation de l’islam de France, ce sera sans la Grande Mosquée de Paris
Non, c’est non. La Grande Mosquée de Paris (FNGMP) a réitéré, mardi 21 février, sa décision de ne pas participer aux travaux de la Fondation de l’Islam de France, présidée par Jean-Pierre Chevènement, et de son Conseil d’orientation dont la présidence avait été proposée au recteur Dalil Boubakeur.

Si le recteur avait bien été pressenti pour ce rôle, la Fédération nationale de la Grande Mosquée de Paris (FNGMP), « après concertation et débats entre ses membres », relève dans un communiqué « qu’il a été totalement marginalisé dans l’élaboration et la composition déséquilibrée de celui-ci (du conseil d’orientation, ndlr) malgré l’accueil favorable fait à Jean-Pierre Chevènement par la Grande Mosquée de Paris et sa fédération ».

Le ton ferme, « la FNGMP dénonce de nouveau toute forme d’ingérence directive dans la gestion du culte musulman et de sa représentation. Elle regrette que le montage hétéroclite de cette fondation n’ait pas fait l’objet d’une concertation avec les musulmans de France », souligne la fédération, « créée en 1922 par une loi d’État qui lui conférait et lui confère toujours le devoir de veiller à la dignité et au respect du culte musulman en France, notamment dans le cadre de la laïcité républicaine et de l’égalité entre les cultes sans aucune forme d’ingérence ».

Un mode de désignation dénoncé

Selon une source proche du cabinet du recteur, la FNGMP reproche le mode de désignation, « sans consultation », des membres de la fondation par l’Etat. Elle dénonce aussi « la rapidité » à laquelle l’Etat souhaite faire fonctionner une telle structure, de surcroît « dirigée par un non-musulman », et créer une association cultuelle. « On veut travailler dans les mêmes conditions qu’à la période de la consultation (istichara) » qui a mené, après plusieurs années, à la création du Conseil français du culte musulman (CFCM), « avec l'ensemble des fédérations », indique-t-on.

Pour Chems-Eddine Hafiz, membre de la FNGMP et vice-président du CFCM, le recteur ne souhaitait pas, pour être élu, « demander le suffrage de membres du Conseil d’orientation alors qu’il ne sait pas comment ils ont été désignés, qu'il ne les connaît pas, ou qu'il sait, pour certains, qu’ils sont hostiles à la Grande Mosquée de Paris ». Il rappelle aussi qu'il ne faut pas exagérer le rôle du conseil, « un organe consultatif qui se réunit deux fois par an et qui discute de projets eux-mêmes discutés en amont par la fondation ».

La décision de la FNGMP confirme celle annoncée le 23 janvier. Le rendez-vous de Dalil Boubakeur avec Jean-Pierre Chevènement, à la demande de celui-ci, le 1er février, n’aura rien changé. Les critiques aujourd'hui formulées par la Grande Mosquée de Paris à l'encontre de la Fondation ne seraient-elles pas tardives, eu égard aux actions déjà engagées ? Chems-Eddine Hafiz assure que sa fédération « freine des quatre fers » depuis des mois à l'idée de s'impliquer dans une organisation de l'islam de France telle que construite à ce jour par l'Etat, et que la démarche actuelle de la FNGMP est aussi « saine » que « nécessaire » à l'égard des musulmans de France.



Rédactrice en chef de Saphirnews En savoir plus sur cet auteur


Loading














Recevez le meilleur de l'actu