Connectez-vous S'inscrire






Points de vue

L’affaire Adama Traoré nous concerne tous, pour affirmer et défendre l’égalité des droits

Appel des artistes contre l’impunité des violences policières

Rédigé par Ensemble pour Adama | Mardi 14 Février 2017

« Ensemble contre les violences policières et leur impunité. » Cet appel de soutien des artistes à la famille Traoré, initié par Quartiers XXI avant l’horreur de l’agression policière subie par Théo Luhaka, à Aulnay-sous-Bois, rappelle ainsi que les violences des forces de l’ordre ne sont pas des faits isolés. Signé par près de 130 artistes dont Omar Sy, Arthur H, Black M, Christine & The Queens, Eric Cantona, Imany, Akhenaton, Gilles Lellouche, Rachida Brakni ou encore Yannick Noah, le texte appelle « à soutenir l’exigence de vérité et de justice pour Adama, de justice pour Théo, comme pour toutes les victimes des violences des forces de l’ordre ». L'appel, qui paraît dans son numéro du mercredi 15 février, est publié mardi sur Saphirnews.



A Beaumont-sur-Oise, terrain de foot du quartier Boyenval, le 22 juillet 2016. © Patricia Tutoy/Arcobaleni
A Beaumont-sur-Oise, terrain de foot du quartier Boyenval, le 22 juillet 2016. © Patricia Tutoy/Arcobaleni
Nous artistes, sportifs-tives, comédien-nes, écrivain-es (…) considérons que la mort d’Adama Traoré n’engage pas seulement ses proches mais l’ensemble de notre pays, de notre société.

Cet été, à Beaumont-sur-Oise, un jeune Français est mort entre les mains des forces de l’ordre, le jour de ses 24 ans. Et, depuis sept mois, ce qui aurait pu n’être qu’une énième « bavure » meurtrière illustre jour après jour l’impunité de certains gendarmes et policiers en France, telle qu’elle est depuis longtemps dénoncée par les organisations des quartiers populaires et les comités de soutien aux victimes, et par Amnesty International depuis 2009.

Ce 19 juillet 2016, Adama Traoré tente d’échapper à un contrôle d’identité parce qu’il n’avait pas ses papiers sur lui et qu’il connaissait la violence susceptible d’en découler. Interpellé, Adama est plaqué et maintenu au sol par trois gendarmes qui pèsent de tout leur poids sur son corps. Les militaires notent qu’Adama se plaint de ne pas pouvoir respirer, ils l’embarquent dans leur fourgon où il perd connaissance. Plutôt que de le transporter à l’hôpital, ils poursuivent leur route vers la gendarmerie. Ce 19 juillet 2016, vers 17h45, Adama Traoré disparaît entre les mains des forces de l’ordre.

Une partialité constante pour éclipser les actes qui ont conduit à la mort d’Adama

Selon la version officielle, les pompiers constatent le décès d’Adama à 19h05. Mais rien n’est dit à la famille. Ayant entendu dire qu’Adama « a fait une crise », ses proches contactent les hôpitaux pour rechercher sa trace. En vain. Aux alentours de 21h, c’est par un appel aux pompiers qu’ils apprennent que le jeune homme est retenu à la gendarmerie. Oumou Traoré, la mère d’Adama, vient alors demander des nouvelles de son fils à la caserne, où on lui répond qu’« il va très bien ». Elle attend donc sur place, avec ses proches. Jusqu’à 23h30, quand les gendarmes annonceront la mort d’Adama. Soit quatre heures et demie après le constat officiel du décès.

Les suites de cette mort suspecte nous interrogent : déclarations contradictoires des autorités, tentatives de salir la mémoire de la victime, dissimulation de son corps, escamotage des rapports médicaux, mensonges des forces de l’ordre, pressions sur la famille, intimidations des habitants…

Les pouvoirs publics ont manifesté une partialité constante pour éclipser les actes qui ont conduit à la mort d’Adama. Jusqu’au procureur de la juridiction qui évoque « une infection très grave », un « malaise cardiaque » et la présence d’alcool et de cannabis dans le sang d’Adama pour justifier son décès. Autant d’affirmations qui seront rigoureusement démenties, ensuite, par les expertises médico-légales. Le tout afin d’occulter les circonstances réelles de la mort d’Adama Traoré à ses proches, comme aux médias et à l’opinion publique.

Cependant, après qu’il a été démontré qu’Adama est mort asphyxié, après que le procureur qui a sciemment menti à la famille et aux journalistes a été muté et que l’instruction de l’affaire a été dépaysée à Paris, désavouant la juridiction d’origine, nous assistons à un acharnement constant des autorités contre une famille dont la détermination, soutenue par la solidarité des habitants de leur quartier, a permis de mettre à jour les contrevérités officielles.

Depuis le premier jour, la maire de la ville n’a cessé d’entraver les sollicitations de la famille. Refus d’autoriser une marche blanche au lendemain de la tragédie, obstruction aux demandes d’entretien de la mère et des frères et sœurs d’Adama, absence de visite sur place et, après chaque manifestation de soutien, extinction de l’éclairage public nocturne dans le quartier (situation propice à toutes les provocations et dégradations): on est loin d’une recherche d’apaisement. Enfin, après avoir partagé, sur sa page Facebook, un appel à la violence armée des « citoyens de souche » pour « venir en aide à nos pauvres policiers », la maire a menacé de porter plainte en diffamation contre Assa Traoré – la sœur de la victime, devenue porte-parole de la famille – qui avait dénoncé ce parti-pris.

Du côté de l’État, malgré les mensonges avérés, le ministre de l’Intérieur n’a jamais eu un mot, ne serait-ce que de compassion, à l’égard de la famille. Interpellé par un député à l’Assemblée nationale, il refuse même de prononcer le nom d’Adama Traoré ; tandis qu’il assure les gendarmes et la maire de Beaumont de son appui plein et entier.

Dernier acte de cet acharnement, le 14 décembre, Youssouf et Bagui, deux frères d’Adama, ont été condamnés pour « outrage, menaces et violences » lors d’un rassemblement du comité de soutien. Un jugement qui repose sur la base de témoignages contradictoires et modifiés après coup des forces de l’ordre.

Affirmer et défendre l’égalité des droits, une exigence élémentaire

Mépris, esprit de revanche et parti-pris aveugle, c’est donc le message que les pouvoirs publics renvoient depuis sept mois à la famille et aux habitants de Beaumont qui ont manifesté massivement leur solidarité. Finalement organisée, la marche blanche réclamant vérité et justice pour Adama a rassemblé plusieurs milliers de personnes. Une mobilisation sans précédent dans cette commune paisible de 9600 habitants, derrière une famille qui ne réclame aucun privilège, aucune exception mais exige la stricte application du droit républicain : la vérité sur la mort d’une victime quand la violence des force de l’ordre est en cause et la mise en examen de ceux qui en sont responsables.

C’est pour cela que l’affaire Adama Traoré est l’affaire de tous : pour affirmer et défendre l’égalité des droits. C’est cette exigence élémentaire que nous, artistes, sportifs, comédiens, écrivains, (…), partageons et relayons. Nous refusons que les habitants des quartiers populaires qui sont quotidiennement frappés par la violence économique et la violence raciste soient également abandonnés à l’insécurité, aux mensonges, à une culture de l’excuse permanente des excès des forces de l’ordre et au jeu dangereux des politiques qui tentent de monter les citoyens les uns contre les autres. Nous refusons qu’une part croissante de la population française soit abandonnée par la République, et nous réclamons la plus stricte impartialité des pouvoirs publics quand les garants de l’ordre outrepassent les lois.

« C’est une affaire d’État », selon Assa Traoré et nous sommes également convaincus que c’est toute notre société qui se salit, si elle se tait et détourne le regard. Et nous avec si nous ne réagissons pas. Le 2 février dernier, à Paris, des rappeurs solidaires donnaient à Paris un concert de soutien Justice pour Adama. Ce même jour, Théo Luhaka, 22 ans, subissait la barbarie de l’agression policière qui révolte aujourd’hui le pays.

C’est pourquoi nous appelons, par une convergence de toutes nos sensibilités et dans un élan solidaire, à soutenir l’exigence de vérité et de justice pour Adama, de justice pour Théo, comme pour toutes les victimes des violences des forces de l’ordre. C’est notre cause commune à toutes et tous : ensemble contre les violences policières et leur impunité.

Premiers artistes et sportifs signataires :

Jeanne Added - Auteur compositrice interprete ; Alivor - rappeur ; Daniel Allouche - boxeur ; Mehdi Alloune - boxeur ; Sameer Ahmad - rappeur ; Akhenaton - rappeur ; Arthur H – chanteur ; Virginie Aussietre - Chargée de prodcution ; Fred Alpi - chanteur-guitariste ; BABX - chanteur ; Black M - chanteur ; Marine Bachelot Nguyen - auteure et metteure en scène ; Eric Bellinger - chanteur compositeur ; David Bobée - metteur en scène, directeur du Centre dramatique national de Normandie ;Julie Bonan - actrice ; Rachida Brakni – comédienne et metteuse en scène ; Eric Cantona - acteur ; Jil Caplan - chanteuse ; Casey – rappeuse ; Cenza - rappeur ; Cerna - rappeur ; Marc Cheb Sun - auteur ; China Moses – chanteuse ; Chinese Man - hip hop funk ; Christine & The Queens – chanteuse ; Samuel Cueto - photographe ; C2C – DJ ; Gerty Dambury – auteure, comédienne et metteure en scène ; Décoloniser les arts – collectif ; Deluxe - groove ; Vincent Delerm - auteur-compositeur-interprète ; Nadir Dendoune - écrivain ; Alice Diop - auteure réalisatrice ; Eva Doumbia - metteure en scène ; Rokhaya Diallo - auteure réalisatrice ; D’ – auteur, rappeur, réalisateur ; Disiz - rappeur et acteur ; Nicolas Duvauchelle – acteur ; Elephanz - musiciens, chanteurs ; Elom 20ce – rappeur ; Annie Ernaux – auteure ; Feadz - DJ ; Fianso – rappeur ; Fik’s Niavo – rappeur ; Flynt - rappeur ; Fresh Gordon – rappeur ; Edgar Garcia - Directeur de Zebrock ; Georgio – rappeur ; Grain d’Sable - rappeur ; Grand Corps Malade – slameur ; Gringe - rappeur, acteur ; Cyril Gueï – comédien, réalisateur ; Hervé Haine – chanteur, musicien ; Camille Hardouin - chanteuse ; Hocus Pocus - rappeurs ; IAM - rappeurs ; Imany - chanteuse ; Jeff le Nerf – rappeur ; Jow L. – rappeur, graffeur ; JR O Chrome (sexion d’assaut) - rappeur ; Mathieu Kassovitz – acteur et réalisateur ; Kavinsky – DJ ; Kohndo – rappeur ; Krista - rappeuse ; Ladj Ly – réalisateur ; La’Myia Good - chanteuse et actrice ; Lola Lafon - écrivaine ; La Jonction – rappeurs ; La Rumeur – rappeurs ; Albin de La Simone – auteur, compositeur, interprète ; Le Doc – rappeur ; Samuel Légitimus - metteur en scène ; LEJ - Chanteuses ; Gilles Lellouche - acteur et réalisateur ; Le Sous-Marin - rappeur ; Lilly Wood and the Prick – chanteuse ; Lino - rappeur ; Liqid – rappeur ; Edouard Louis – écrivain ; Mademoiselle K – chanteuse ; JP Manova – rappeur ; MC Métis – rappeur ; Missy Ness – DJ ; Mokobe – rappeur ; Yannick Noah - chanteur ; Harek Nadja - réalisatrice ; Nodja — rappeur ; Nasme - rappeur ; Nekfeu – rappeur ; Nnoman Cadoret - photographe ; Nodey - DJ ; Noruff – rappeur ; Samia Orosemane – humoriste ; Julien Pitinome - photographe ; Pone - DJ ; Olivier Rabourdin – acteur ; Ramzy Bedia - acteur ; Ryaam - rappeuse ; Rocé – rappeur ; Océane Rosemarie – auteure, comédienne ; Aurelie Saada - chanteuse ; Safir - rappeur ; Saïdou – rappeur ; Saké – rappeur ; Eros Sana - Photojournaliste, Directeur de publication de Fumigène Magazine ; Lyes Salem – acteur et réalisateur ; Scred Connexion – rappeurs ; Scylla – rappeur ; Singe des Rues – rappeurs ; Sitou Koudadjé – rappeur ; Maboula Soumahoro - cofondatrice du festival Black History Month, historienne ; Sound Pellegrino - label House ; Skalpel (Première ligne) – rappeur ; Skud - rappeur ; Archie Shepp - saxophoniste ; Stresh – DJ ; Omar Sy – acteur ; Tekilatex – rappeur ; Serge Teyssot Gay – guitariste ; Roland Timsit - comédien, metteur en scène ; Jean-Pierre Thorn - cinéaste ; Tonytoxic — rappeur ; Petr Vaclav - réalisateur, scénariste ; Vîrus – rappeur ; Wira – rappeur ; Cathy Yerle – chanteuse, musicienne ; Rhita Zaoujal – karatéka ; Yassin Zaoujal – athlète de haut niveau ; Zebda – chanteurs

Cet appel, à retrouver ici aussi, est ouvert à signatures, en passant par ensemblepouradama@gmail.com.






Loading










Nos services web

Recevez le meilleur de l'actu