Connectez-vous S'inscrire






Livres

Je rêvais d'un autre monde : l'adolescence sous l'emprise de Daesh expliquée

Rédigé par Amara Bamba | Jeudi 1 Juin 2017



Je rêvais d'un autre monde : l'adolescence sous l'emprise de Daesh expliquée
« Que signifie ce vilain mot "déradicalisation" ? Tout le monde le critique mais en attendant d’en trouver un autre, tout le monde l’emploie », s'interroge Dounia Bouzar en se tournant vers son lecteur. Dans Je rêvais d'un autre monde (Ed. Stock, 2017), l'anthropologue tente de répondre à sa question. avec le psychologue Serge Hefez, qui offre une approche du sujet à partir de sa longue expérience des ados.

Au début des années 2000, le mot « radicalisation » appliqué à l'islam sonnait comme un néologisme islamophobe. Il s'est progressivement installé dans notre langage grâce aux écrits de chercheurs, dont Dounia Bouzar.

Depuis son Monsieur Islam n'existe pas (Hachette Littérature, 2004), elle n'a cessé de démarquer le musulman de l'islamiste, l'islamiste du fondamentaliste, le fondamentaliste de l'intégriste, du jihadiste... Avec le Centre de prévention contre les dérives sectaires liées à l'islam (CPDSI), celle que l'on nomme « Madame Déradicalisation » a réussi à prendre une longueur d'avance sur ses pairs ; elle nous offre une expertise que d'autres pays envient à la France. La première partie de Je rêvais d'un autre monde montre d’ailleurs la complexité de la « déradicalisation » dont les définitions ont été affinées par le CPDSI.

Deux angles croisés pour un livre

En janvier 2017, Dounia Bouzar a défié l'establishement médiatique et politique en donnant publiquement la parole à Rachid Benyettou dans Mon djihad. Itinéraire d'un repenti (Ed. Autrement, 2017). Ce livre, qui raconte une victoire sur le radicalisme, a été largement boycotté. Pour les quelques journalistes qui en ont parlé, il ne fut pas le livre d'un repenti, mais celui d'un « repenti ». Une guerre des guillemets qui a dénaturé la portée d'un témoignage qui se voulait plein d'espérance.

En réaction, Dounia Bouzar s'est doublée de son mentor pour répondre avec Je rêvais d'un autre monde. Un clin d'œil au groupe de rock Téléphone qui contraste avec le sérieux de l'ouvrage. Mais entre ces deux livres, on voit vite que la thèse de l'anthropologue est sensiblement la même.

Pour celui qui découvre son travail (Saphirnews a mis de longs mois à convaincre Dounia Bouzar à prendre la parole pour au moins faire connaître sa méthode, voir ici : 1 ici – 2 – 3 et là), la première partie est une belle synthèse des thèses de l'auteure. Même si les exemples et citations sont abondamment détaillés pour un public averti, ceux qui ont lu La Vie après Daesh (Editions de l'Atelier, 2015) ou Ils cherchaient le paradis, ils ont trouvé l'enfer (Editions de l'Atelier, 2014) ainsi que Mon Djihad. Itinéraire d'un repenti reconnaîtront les témoignages et pourraient s'ennuyer.

La deuxième partie du livre est plus rafraîchissante. Serge Hefez est déjà connu pour ses livres sur la vie du couple et la famille comme l'inaltérable La Danse du couple (Ed. Fayard, 2002) et La Fabrique de la famille (Ed. Kero, 2016). Psychiatre et psychanalyste, il dirige l’Unité de thérapie familiale dans le service de psychiatrie de l’enfant et de l’adolescent à l'hôpital de la Pitié-Salpêtrière, à Paris.

Serge Hefez est un pédagogue à la plume jubilatoire, au propos émaillé d'images, d'exemples et de formules évocatrices avec des phrases qui parlent seules, tels des slogans, en titillant notre imaginaire, notre réflexion. Comme dans un algorithme, chaque paragraphe est une boucle de raisonnements qui donnent la main à d'autres subroutines à l'intérieur d'un tout édifiant de logique.

Je rêvais d'un autre monde : l'adolescence sous l'emprise de Daesh expliquée

Une triple certitude

Le problème de la radicalité n'est pas simple ; on sait désormais que sa compréhension commence par se poser en des termes appropriés qui plongent leurs racines dans la psyché. Partir de la réalité desdits jihadistes conduit à une impasse sur la place de l'islam dans leurs motivations. Pour commencer à comprendre leur démarche, il faut, au préalable, disposer de données scientifiques, connues des psychologues, et à partir desquelles ils aident déjà des adolescents qui ont les mêmes symptômes que les jihadistes mais qui ne parlent pas de Dieu.

Plus que cela, J'ai rêvé d'un autre monde vient montrer en quoi l'islam, une religion millénaire, est soudainement devenue si attrayante pour répondre à une forme de mal-être qui a toujours existé et continuera d'exister parce que l'adolescence est un passage déstabilisant mais obligé de l'épanouissement humain. Une zone de transit avec ses étapes, ses angoisses et ses spécificités et dont la sortie était, autrefois, ritualisée par la société. Mais il faut croire que la sortie de l'adolescence, expliquent Serge Hefez et Dounia Bouzar, s'est individualisée à l'image de nos sociétés occidentales. Pour grandir, accéder au monde adulte, l'ado n'est plus porté par les valeurs de la cosmogonie sociale. Il échappe aisément aux repères qui fondent le vivre-ensemble pour se retrouver davantage seul, face à la structure et à l'histoire authentique de sa filiation personnelle.

Enfin, ce livre m'a convaincu que le jihadiste n'est pas une création du discours de Daesh. Il serait un opportuniste, une victime, un individu plongé dans un état psycho-affectif qui en fait un terreau où la graine jihadiste peut germer, comme d'autres passions, pour finir par exploser dans la mort perçue comme voie de sortie de son conditionnement psychologique.

Cette donnée, confrontée au discours idéologique de Daesh mêlant religion, désir d'éthique avec projet d'un nouveau monde (personnel ou collectif) me paraît essentielle. Elle révèle la poignée par laquelle le discours dit jihadiste se saisit d'un ado parce que nous attendons qu'il devienne adulte alors que nul, parmi nous, ne saurait vraiment lui dire ce qu'il ou elle doit faire pour devenir un(e) adulte.

Je rêvais d'un autre monde est un livre sage, qui nous apporte des données, nous fournit des références pour aller plus loin. Ce sont 250 pages instructives qu'on avale vite, mais qu'il faut patienter pour digérer.

Dounia Bouzar et Serge Hafez, Je rêvais d'un autre monde. L'adolescence sous l'emprise de Daesh, Stock, février 2017, 250 p., 18,50 €.





Loading














Recevez le meilleur de l'actu