Connectez-vous S'inscrire






Sur le vif

Israël placé dans la liste des Etats terroristes par la Bolivie

Rédigé par La Rédaction | Mercredi 30 Juillet 2014



Israël placé dans la liste des Etats terroristes par la Bolivie
Au mutisme de la communauté internationale face à Israël et à la complicité des Etats occidentaux s’opposent les décisions exemplaires prises en Amérique du Sud. La Bolivie est un de ces Etats qui prend les devants pour sanctionner l’Etat hébreu pour ses multiples violations du droit international à l’égard du peuple palestinien.

Le pays, dirigé par Evo Morales depuis 2006, a décidé de placer Israël sur sa liste d'Etats terroristes en signe de protestation contre la nouvelle intervention militaire dans la bande de Gaza, apprend Saphirnews de la presse espagnole. « Le gouvernement d'Israël ne respecte ni les conventions internationales ni les droits de l'homme », a déclaré, mercredi 30 juillet, le chef d'Etat pour justifier sa décision.

La Bolivie, qui avait rompu dès 2009, tout comme le Venezuela, ses relations diplomatiques avec Israël après l’opération Plomb durci, a également mis fin à un accord datant de 1972 qui permettait aux Israéliens de se rendre librement en Bolivie sans visa.

Face à l’intensification des frappes israéliennes contre Gaza, le Chili suivi du Pérou ont rappelé, mardi 29 juillet, leur ambassadeur en Israël, suivant une décision similaire prise quelques jours plus tôt par le Brésil et l'Équateur.

Le Chili, qui compte la plus forte population palestinienne en dehors du Moyen-Orient, a qualifié l'opération « Bordure protectrice » de « châtiment collectif à l’encontre de la population civile de Gaza ». La campagne BDS (Boycott, Désinvestissement, Sanctions), prenant toujours plus d'envergure internationale, marque de nouveaux points contre Israël.

En direct de Gaza. Suivez les principaux événements et réactions du jour

Lire aussi :
Gaza : Cruz, Almodovar, Bardem… des stars espagnoles contre le génocide
Des cinéastes israéliens engagés pour un cessez-le-feu
Six Prix Nobel de la paix réclament un embargo contre Israël

Et aussi :
La manif pour Gaza du samedi 2 août, à Paris, autorisée
Manif pour Gaza : un organisateur inculpé, l'intimidation dénoncée
Manif pour Gaza interdite : l'appel à la désobéissance civile entendu par milliers
Manif pour Gaza : les appels à mobilisation renforcés en France
Manif pour Gaza : la LDJ peut-elle tout dire et la presse, tout croire ?





Loading











Recevez le meilleur de l'actu