Connectez-vous S'inscrire






Religions

Islam et avenir des religions dans le monde : les perspectives démographiques à l'étude

Rédigé par Jean-François Mayer | Lundi 17 Juillet 2017

À côté d’autres ressources, les outils de la démographie sont intégrés dans les recherches sur les futures répartitions des appartenances religieuses. À l’initiative de l’Institut Donner, du Département de religions comparées de l’Åbo Akademi, université finlandaise de langue suédoise, et de l’Institut de la migration, un colloque s’est tenu les 12 et 13 juin, à Turku, en Finlande, sur le thème de l’avenir religieux et ethnique de l’Europe. Parmi la palette assez large de recherches présentées à l’occasion de ce colloque, une place importante a été donnée aux travaux en cours portant sur les musulmans.



Lors du colloque à Turku, Conrad Hackett, directeur associé du Pew Research Center (PRC) a présenté les principaux résultats des recherches publiées ces dernières années par le PRC sur l'avenir des religions dans le monde. © Religioscope
Lors du colloque à Turku, Conrad Hackett, directeur associé du Pew Research Center (PRC) a présenté les principaux résultats des recherches publiées ces dernières années par le PRC sur l'avenir des religions dans le monde. © Religioscope
A Turku, en Finlande, l’auditeur ne pouvait manquer d’être frappé par la place importante donnée aux musulmans dans les sujets traités au cours du colloque « Europe : recherches sur les perspectives démographiques et l’avenir des religions », organisé les 12 et 13 juin.

Islam et avenir des religions dans le monde : les perspectives démographiques à l'étude
Il est vrai que, comme le rappelait Conrad Hackett (Pew Research Center), à l’échelle mondiale, l’islam est la religion dont l’âge moyen des membres est le moins élevé et présente les plus fortes perspectives de développement.

Sur la base des études publiées ces dernières années par le Pew Research Center, au cours des 45 prochaines années, l’islam est destiné à croître plus que toutes les autres religions : malgré l’augmentation globale du nombre de naissances chez les chrétiens, il naîtra en 2035 plus de bébés musulmans que chrétiens dans le monde. Le nombre des musulmans dans le monde devrait dépasser le nombre des chrétiens après 2070. Comme pour les chrétiens, c’est en Afrique que la croissance sera la plus forte.

Un rapport du Pew Research Center sur les musulmans en Europe est annoncé pour les mois qui viennent, et peut-être déjà dans le courant de l’été 2017. Il devrait permettre d’apporter des précisions.

Lire aussi : Pourquoi les musulmans seront majoritaires après 2050

L’adolescence, période cruciale pour la définition de l’identité

Nombreuses sont aujourd’hui les recherches sur les musulmans en Europe ou dans certains pays européens. Ainsi, Müge Simsek (Université d’Utrecht) a présenté des travaux sur les développements religieux dans la jeunesse en Europe, avec une attention particulière prêtée aux musulmans en incluant des données comparatives. Elle s’intéresse notamment à la façon dont la religion évolue pendant l’adolescence, période cruciale pour la définition de l’identité.

Les jeunes musulmans tendent à être en moyenne plus religieux que les jeunes chrétiens, tant européens qu’immigrés, mais qu’ils seraient moins religieux que leurs parents. Des données recueillies entre 2010 et 2013 en Angleterre, en Allemagne, aux Pays-Bas et en Suède auprès de 5 000 adolescents (14 - 17 ans) dans chaque pays montrent que les musulmans présentent des résultats plus élevés quand ils sont interrogés sur l’importance subjective de la religion, sur la fréquence de la participation à des services religieux et sur la fréquence de la prière.

Lire aussi : Musulmans au quotidien. Une enquête européenne sur les controverses autour de l’islam

Le Global Muslim Diaspora (GMD) Project, sous l'égide de l’OCI

Venus de la Turquie, Neslihan Cevik (Université d’Ankara) et Onur Unutulmaz (Université d’Anakara) ont présenté un nouveau projet qui en est à ses premiers pas, le Global Muslim Diaspora (GMD) Project. Particularité de ce projet : il est patronné par l’Organisation de la coopération islamique (OCI) et une de ses agences, le Statistical Economic and Social Research and Training Centre for Islamic Countries (SESRIC). Établi à Ankara où il emploie plusieurs dizaines de chercheurs venus de différents pays musulmans, le SESRIC s’était surtout concentré jusqu’à maintenant sur des thèmes économiques.

L’approche du SESRIC se veut impartiale et refuse la polarisation, affirme Neslihan Cevik, même si ses recherches doivent tenir compte des sentiments des pays membres. La jurisprudence islamique n’avait pas envisagé la perspective de communautés musulmanes émigrant vers des zones non musulmanes du globe pour des raisons économiques ; cela dit, la nécessité, pour de grandes organisations islamiques, de mieux comprendre ce qu’implique le phénomène.

Dans une première étape, une enquête dans le cadre du GMD est actuellement menée au Royaume-Uni. Cet ambitieux projet s’étendra ensuite à l’Allemagne et à la France. La recherche se poursuivra dans d’autres pays et espère déboucher sur un atlas interactif de la diaspora musulmane, sur des rapports nationaux et sur un important rapport final. L’enquête ne se limite pas à des données statistiques, mais entend intégrer le contexte historique, social, légal et politique. Si le projet atteint ses objectifs, il pourrait donc offrir une importante base documentaire.

Lire aussi : La diversité religieuse mesurée à travers le monde

Musulmans au Royaume-Uni : observations préliminaires

Onur Unutulmaz a présenté quelques observations préliminaires recueillies sur la situation des musulmans au Royaume-Uni dans le cadre de l’enquête en cours.

Le Royaume-Uni comptait une population musulmane de quelque 2,7 millions de personnes en 2011 (par rapport à 1,55 millions en 2001), soit 5 % de la population du pays. Sur le plan ethnique, l’origine prédominante est asiatique (68 %), ce qui la distingue des populations musulmanes en Allemagne (prédominance turque) et en France (prédominance nord-africaine).

Onur Unutulmaz (université d’Ankara) a présenté les premières observations de la recherche sur le Royaume-Uni menée dans le cadre du Global Muslim Diaspora (GMD) Project. © Religioscope
Onur Unutulmaz (université d’Ankara) a présenté les premières observations de la recherche sur le Royaume-Uni menée dans le cadre du Global Muslim Diaspora (GMD) Project. © Religioscope
La région de Londres présente une forte concentration de musulmans : 35 % de tous les musulmans du Royaume-Uni y résident, et les musulmans représentent 12,4 % de la population londonienne.

Toujours selon le recensement de 2011, 47 % des musulmans britanniques sont nés dans le pays. 33 % des musulmans au Royaume-Uni sont âgés de 15 ans ou moins (par rapport à 19 % de l’ensemble de la population pour cette classe d’âge). Le taux de chômage est plus important parmi les musulmans que dans le reste de la population, mais le niveau de formation s’améliore par rapport aux précédents recensements.

Si l’on en vient aux résultats préliminaires de l’enquête en cours, on constate que les musulmans du Royaume-Uni n’acceptent pas tous la notion de diaspora : cette notion, explique l’un d’eux, suppose de cultiver l’idée d’un retour dans un pays d’origine : « Mais probablement la plupart d’entre nous ne pensent-ils pas que nous y retournerons. » Si l’on est musulman et citoyen britannique, on ne se sent pas membre d’une diaspora, fait remarquer un autre interlocuteur. Un troisième souligne que la notion de diaspora n’est plus adaptée pour la génération née au Royaume-Uni, qui n’a plus de liens avec un autre pays. D’autres acceptent, en revanche, la notion de diaspora à travers la perception d’identités multiples.

Résider au Royaume-Uni présente pour un musulman nombre d'avantages, remarquent les personnes interrogées dans le cadre de la recherche, à commencer par les droits et libertés respectés dans le pays ainsi que les avantages sociaux et éducatifs dont bénéficient les résidents. On peut entendre de telles remarques lors de recherches menées dans d'autres pays européens aussi. Certains mentionnent cependant les problèmes rencontrés par les musulmans ou les frictions avec le mode de vie et la culture britanniques (la consommation d’alcool étant souvent mentionnée).

Pour ce qui est des problèmes internes à la communauté, le manque d’unité et de leadership est souligné : le désir de figures représentant l’ensemble de la communauté, par exemple un grand mufti qui pourrait être l’équivalent de l’archevêque de Canturbery, est exprimé, tout en ayant conscience de la difficulté à s’entendre sur de telles figures, avec le risque de créer des divisions supplémentaires.

Spontanément viennent des comparaisons avec la communauté juive qui, bien moins nombreuse, est bien mieux représentée dans la société. La part importante jouée encore par des migrants de première génération dans les institutions musulmanes est perçue comme l’une des sources du problème.





Loading












Recevez le meilleur de l'actu