Connectez-vous S'inscrire






Monde

Les hostilités religieuses à travers le monde en hausse continue

Rédigé par Maria Magassa-Konaté | Jeudi 16 Janvier 2014

Selon une étude du centre de recherche américain Pew Research dévoilée mardi 14 janvier, les conflits religieux sont en hausse dans la plupart des pays depuis six ans. Beaucoup d’Etats ont connu en 2012 une hausse plus ou moins significative des violences et discriminations visant majoritairement les chrétiens et les musulmans.



En 2012, plus de 40 % des 198 pays étudiés par le Pew Research Center ont connu une hausse significative du nombre de conflits religieux et/ou ont augmenté leurs restrictions religieuses à l'égard de certaines catégories de croyants, dévoile le centre de recherche américain, mardi 14 janvier.

Les chercheurs qui mènent des études à ce sujet depuis 2007 constatent que les citoyens sont de plus en plus attaqués en raison de leurs convictions religieuses dans le monde. Pew Research Center distingue l’oppression sociale exercée par les peuples et celle émanant de gouvernements prenant des mesures allant à l’encontre de la liberté religieuse.

En 2012, ce sont ainsi 33 %, soit un tiers des pays, qui ont connu une hausse des « hostilités sociales » envers des groupes religieux provenant d’autres habitants, contre 29 % en 2011 et 20 % en 2007. Ce chiffre est important car ces pays englobent 74 % de la population mondiale.

Tensions en hausse dans les pays arabes

Toutes les régions du monde sont concernées par cette hausse, à l’exception des Amériques, est-il remarqué. La progression la plus forte est enregistrée au Moyen-Orient et en Afrique du Nord, « deux régions qui ressentent toujours les effets du "Printemps arabe" de 2010-2011», selon les chercheurs américains. L'Egypte occupe le haut du classement. L’Asie du Pacifique est également touchée par une hausse significative des conflits religieux.

Du côté des gouvernements promulguant des restrictions religieuses, le taux reste relativement stable entre 2011 et 2012, avec respectivement 28 % et 29 % d’Etats. La situation est toutefois loin de s’être s’améliorée ces six dernières années. En 2007, ils étaient 20 % dans ce cas. L’Europe connaît la plus forte hausse sur ce plan, suivi de près par le Moyen-Orient et l’Afrique du Nord.

La Chine et la Birmanie épinglées

Dans l’ensemble, l’hostilité religieuse est visible dans 43 % des pays, regroupant 79 % de la population mondiale, notamment en raison de la présence de la Chine, pays le plus peuplé au monde avec 5,3 milliards d’habitants, où l'ethnie musulmane des Ouïgours fait face à des attaques et pressions régulières des autorités.

Parmi les 25 pays les plus peuplés, l'Egypte, l'Indonésie, la Russie, le Pakistan et la Birmanie sont ceux qui ont connu le plus de conflits religieux en 2012. Ces conflits ont explosé en Birmanie, qui atteint pour la première fois un niveau qualifié de « très élevé ». Les nombreuses persécutions et exactions menées contre la minorité musulmane des Rohingyas tout au long des années 2012 et 2013 l'expliquent largement.

Musulmans et chrétiens, principales victimes

Les musulmans et les chrétiens sont les cibles principales des violences recensées. « Les chrétiens et les musulmans, qui forment plus de la moitié de la population mondiale, ont été stigmatisés dans le plus grand nombre de pays », écrivent les chercheurs.

L’hostilité à leur encontre ne cesse d’augmenter depuis six ans. Au Sri Lanka, pays majoritairement bouddhiste, les moines ultranationalistes attaquent régulièrement musulmans et chrétiens à plusieurs endroits. Ils ont ainsi attaqué une mosquée de la ville de Dambulla en avril 2012 et occupé une église à Deniyaya en août de la même année pour la transformer en un temple bouddhiste.

En 2012, les chrétiens ont été pris pour cible en raison de leur conviction religieuse dans 110 pays, les musulmans dans 109 Etats. Quant aux juifs qui, avec les musulmans, ont connu un niveau record d’hostilités en 2012, ils ont été visés dans 71 pays. Sur les six années étudiées, Pew Research précise que les chrétiens ont été pris à parti dans 151 pays, les musulmans dans 135 et les juifs, qui représentent moins d’1 % de la population mondiale, dans 95 Etats. Ces derniers sont davantage visés par des individus (66 %) que par les gouvernements (28 %). Les musulmans sont presque autant sujets au rejet de leurs concitoyens (88 %) que par les responsables des pays (83 %).

Les femmes de plus en plus harcelées

Les brimades envers les femmes concernant notamment leur habillement ont également progressé dans près d’un tiers des pays (32 %), contre 25 % en 2011 et 7 % en 2007. En Europe, l’augmentation des hostilités religieuses émanant de la population est d’ailleurs due la progression des harcèlements contre les femmes, note le centre de recherches américain.

En France, les récents rapports du Collectif contre l’Islamophobie en France (CCIF) ou d'Amnesty International, indiquent que les femmes voilées sont le plus souvent victimes des actes anti-musulmans. L’Hexagone, qui voit progresser son niveau global d’hostilités religieuses, obtient un niveau élevé concernant celui émanant des citoyens et un niveau modéré pour les restrictions gouvernementales, selon les données de Pew Research.

La Côte d’Ivoire, la Serbie, l’Éthiopie, Chypre ou la Roumanie sont des pays où la violence religieuse a, au contraire, baissé. La Corée du Nord, elle, n’a pas été incluse dans l’étude de Pew Research. Mais ce pays reste « le plus répressif au monde, y compris pour la religion », notent les chercheurs. L'ONG Open Doors International (Portes Ouvertes), qui a dernièrement publié son classement des 50 pays où les chrétiens sont les plus persécutés, a d’ailleurs classé la Corée du Nord en tête.

Au regard de cette nouvelle étude du Pew Research, il reste encore tant à faire pour que la liberté religieuse, inscrite dans la Déclaration universelle des droits de l'Homme, soit une réalité à travers le globe.





Loading










Nos services web

Recevez le meilleur de l'actu