Connectez-vous S'inscrire






Religions

Etats-Unis : juifs et musulmans unis dans une nouvelle organisation

Rédigé par Samba Doucouré | Vendredi 18 Novembre 2016



Etats-Unis : juifs et musulmans unis dans une nouvelle organisation
Alors que l’élection de Donald Trump à la tête des Etats-Unis laisse augurer une période de divisions dans la société américaine, un groupe de citoyens juifs et musulmans ont décidé d’aller à l’encontre des préjugés.

Le Comité Juif américain (AJC) et la Société islamique d’Amérique du nord (ISNA) ont annoncé, lundi 14 novembre, la création du Conseil consultatif judéo-musulman (Muslim-Jewich Advisory Council). Cette alliance interreligieuse regroupe pour l’instant 31 membres. Parmi eux, on compte des hommes politiques tels que l’ancien sénateur Joe Lieberman, des cadres religieux comme l’imam Mohamed Magid et l'aumônière Tahera Ahmad, des universitaires comme Deborah Lipstadt, des leaders associatifs comme Daisy Khan de l'Initiative des femmes musulmanes pour la spiritualité et l'égalité (WISE) ainsi que des hommes d'affaires à l’instar de Stanley Bergman, PDG de Henry Schein, un distributeur mondial de fournitures médicales, dentaires et vétérinaires, et de Farooq Kathwari, PDG d'Ethan Allen, une chaîne américaine de design et de meubles.

« Il ne s'agit pas d'une réaction à l’élection » de Donald Trump, explique Bob Silverman, directeur du service des relations judéo-musulmanes à l’AJC. « Nous avons observé un besoin stratégique d’unité pour ces deux communautés. Elles travaillent en parallèle pour les mêmes buts, alors pourquoi ne pas bosser ensemble ? », ajoute-t-il.

Le Conseil consultatif judéo-musulman s’octroie la mission de travailler en faveur de la protection des droits des minorités religieuses aux Etats-Unis et de souligner les contributions musulmanes et juives dans la société américaine. Il aura aussi pour tâche de s’attaquer à l'islamophobie et à l'antisémitisme de même qu'aux préjugés et antagonismes qui existent entre juifs et musulmans. Une mission qui pourrait ne pas s'avérer simple compte tenu de la position ouvertement pro-israélienne de l'AJC. La question proche-orientale devrait être éludée pour ne se préoccuper que sur des questions d'intérêts nationaux.

Il reste encore à réfléchir à une stratégie commune selon Bob Silverman. Il affirme que l'organe devrait s’engager dans la voie diplomatique et agir comme un lobby : « Nous allons travailler avec quiconque en position de pouvoir afin d’avoir de l’influence et changer les choses. » Un premier congrès doit se tenir en février 2017.






Loading










Nos services web

Recevez le meilleur de l'actu