Connectez-vous S'inscrire






Monde

Etats-Unis : ce qu'on sait de l'attentat à la bombe visant une mosquée du Minnesota

Rédigé par | Lundi 7 Août 2017



Des fidèles du centre islamique Dar Al-Farooq de Minneapolis prient devant leur lieu de culte pris pour cible par un attentat dimanche 6 août. © DFC / Facebook
Des fidèles du centre islamique Dar Al-Farooq de Minneapolis prient devant leur lieu de culte pris pour cible par un attentat dimanche 6 août. © DFC / Facebook
« Il s’agit d’un acte terroriste. » C’est sans détour que le gouverneur du Minnesota Mark Dayton a qualifié, lors d'une conférence de presse organisée dimanche 6 août, l’attaque à la bombe dont a été victime la veille le centre islamique Dar Al-Farooq à Bloomington, située dans la banlieue sud de Minneapolis.

L’attentat, qui a eu lieu samedi 5 août à 5h du matin, a occasionné des dégâts matériels principalement dans le bureau de l'imam mais n’a, fort heureusement, pas fait de victimes, alors que des fidèles se préparaient à effectuer leurs prières matinales.

Les responsables du lieu de culte, ouvert depuis 2011 sur le site d’une ancienne école élémentaire, ont affirmé avoir déjà reçu par le passé des appels et des lettres de menaces. Avec l’attentat, l’inquiétude est montée d’un cran.

Selon Mohamed Omar, directeur exécutif du centre islamique, Dar Al-Farooq peut accueillir jusqu’à 300 fidèles le jour de la prière hebdomadaire du vendredi et est un lieu de rassemblement communautaire très vivant, principalement fréquenté par des personnes d’origine somalienne. Selon les dernières données de recensement relayées par la presse locale, l’Etat du Minnesota abrite la plus forte communauté somalienne aux Etats-Unis, avec quelque 57 000 personnes.

Une bombe artisanale jetée par une fenêtre de la mosquée

Le gouverneur Mark Dayton, accompagné notamment des élus du Minnesota Keith Ellison et Illan Omar, la première femme musulmane d'origine somalienne à obtenir en 2016 un siège à la Chambre des représentants, a visité dimanche le centre islamique en signe de solidarité.

L’enquête a été prise en charge par le FBI, qui n’écarte pas la piste d’un crime de haine à ce stade. L’explosion aurait en effet été provoquée par un engin artisanal selon les premiers éléments de l’enquête. Des témoins ont indiqué aux autorités qu'un individu à bord d'une camionnette aurait jeté un objet non identifié à travers la fenêtre de l'imam avant de prendre la fuite.

Le directeur de la Muslim American Society du Minnesota Asad Zaman a fait savoir que toute personne détenant une information qui mène à une arrestation ou à une condamnation sera récompensée à hauteur de 24 000 $ (20 000 €). La section locale du Conseil des relations américano-islamiques (CAIR) a, quant à elle, annoncé une récompense de 10 000 $ (8 500 €). En parallèle, une cagnotte en ligne dédiée à la réparation de Dar Al-Farooq a d'ores et déjà rassemblé plus de 24 000 $.

Les organisations musulmanes américaines appellent les mosquées à redoubler de vigilance. Le nombre d’actes islamophobes ont explosé cette année, marquée par l’avènement au pouvoir de Donald Trump qui n’a, jusque là, pas fait de déclarations.* Selon le CAIR, au moins 35 mosquées et lieux d’intérêts islamiques en ont été la cible.

* Mise à jour mercredi 9 août : Attentat à la mosquée du Minnesota : quand la Maison blanche justifie le silence de Trump

Mise à jour jeudi 17 août : Le FBI a promis une récompense de 30 000 dollars pour permettre l'avancée de l'enquête. Pour en savoir plus.

Lire aussi :
Islamophobie : 2017 en passe d'être la pire année aux Etats-Unis après l'élection de Trump
Etats-Unis : l'émoi après le meurtre d'une jeune musulmane en plein Ramadan
Etats-Unis : le nombre de groupes islamophobes ont triplé en 2016
Islamophobie : 2015, la pire des années depuis 2001 aux Etats-Unis
Aux Etats-Unis, l'islamophobie passe par la lutte « contre la charia »


Rédactrice en chef de Saphirnews En savoir plus sur cet auteur



Loading














Recevez le meilleur de l'actu