Connectez-vous S'inscrire






Arts & Scènes

Don’t Laïk, la charge de Médine contre la laïcité d'exclusion (vidéo)

Rédigé par Hanan Ben Rhouma | Mercredi 7 Janvier 2015



Don’t Laïk, la charge de Médine contre la laïcité d'exclusion (vidéo)
Annoncé aux Mokhtar Awards le 28 décembre, le nouveau clip de Médine « Don’t Laïk » comptabilise déjà plus de 500 000 vues depuis sa mise en ligne le 1er janvier. Un joli succès en ce début d'année 2015 qui ne doit rien au hasard tant le message est compris de son public. Dans « Don’t Laïk », prononcé « Don’t like » en anglais, le rappeur s’en prend sans demi-mesure à l'instrumentalisation de la laïcité à des fins d'exclusion qui vise les « musulmans d'apparence ». « Nous sommes épouvantail de la République », lance-t-il à ce titre.

« Crucifions les laïcards comme à Golgotha », « La laïcité n'est plus qu'une ombre entre l'éclairé et l'illuminé »… Sur un ton volontairement provocateur pour dénoncer le laïcisme ambiant de même que le racisme, les paroles distillées tout au long de la chanson sont fortes de manière à marquer les esprits. En outre, hommes à barbe et femmes à voile sont mis en scène dans un clip bien pensé, où s'entremêlent les symboles républicains et les signes d'expression religieuse où, en France, « c'est Don't Laïk ». Avec des pains au chocolat sur table, Médine n'a pu résister à faire référence à l'ex-président de l'UMP, Jean-François Copé, et à ses propos qui ont défrayé la chronique en 2012.

« Que le mal qui habite le corps de Dame Laïcité prononce son nom. Je vous le demande en tant qu'homme de foi. Quelle entité a élu domicile dans cet enfant vieille de 110 ans ? Pour la dernière fois, ô démons, annoncez-vous ou disparaissez de notre chère valeur », appelle l'artiste de ses vœux.

Don’t Laïk, la charge de Médine contre la laïcité d'exclusion (vidéo)

Préserver la laïcité, la vraie, un combat

Deux jours avant la mise en ligne de « Don’t Laïk », le rappeur, pressentant que son morceau pourrait être mal interprété, prévenait sur sa page Facebook : « Aucune valeur n'a été brutalisée durant ce tournage. Nous conseillons tout de même aux âmes sensibles de s'abstenir. Nous espérons que la distinction entre laïcité et laïcisme sera perçu de chacune et chacun... ». Visiblement pas du côté de Caroline Fourest - chez qui Marianne a été « séquestrée » lors de « l'affaire d'la crèche » Baby Loup, dixit Médine : piquée au vif, elle a qualifié le 2 janvier sur Twitter le clip d’« ultra-réac et intégriste » qui va « ravir les xénophobes ».

« Je suis pour le principe de laïcité », a réaffirmé l'auteur de Don't Panik lors d’une conférence à Gennevilliers le 20 décembre dernier. « C’est pour cette application stricte de ce principe là qu’aujourd’hui je me bats moi, pas pour une version galvaudée de ce principe qui ne sert qu’à exclure une partie de la population », à savoir les musulmans.

A cette occasion, l'artiste s'était exprimé sur ses relations avec Kémi Séba, qui a « évolué ». Un clin d’œil au militant controversé est fait dans le clip dans lequel on aperçoit son livre Supra-Négritude (2013) coincé entre deux ouvrages sur les Black Panthers et Mohammed Ali...

Au bout, Médine réussit son morceau engagé et empreint d'énergie. « Vade retro satana » (« Va-t'en, Satan ») qui habite Dame Laïcité : que cette invocation soit exaucée !







Loading










Nos services web

Recevez le meilleur de l'actu