Connectez-vous S'inscrire






Archives

Dhaou Meskine, la garde à vue est prolongée

Rédigé par Hanan Ben Rhouma | Mercredi 21 Juin 2006

La garde à vue du cheikh Dhaou Meskine devrait se prolonger jusqu'à vendredi. Arrêté le lundi 19 juin, lors d'une vaste opération menée dans le cadre d'une enquête sur le financement du terrorisme, ils sont plusieurs dizaines (47 selon certaines sources) de responsables associatifs musulmans à avoir été interpellés. La sous-direction antiterroriste de la police judiciaire et l'Office centrale pour la répression de la délinquance financière (OCFGDF) cherchent à comprendre le mode de financement de ces associations qui ne bénéficient pas de subventions de l'Etat.



Dhaou Meskine, la garde à vue est prolongée
« Il s'agit d'une vaste opération qui ne concerne pas particulièrement le Cheikh Dhaou » nous dit-on dans l'entourage du cheikh dont l'épouse et les enfants ont été entendus ainsi que certains de ses collaborateurs. Son fils est lui, interpellé et toujours en garde à vue. Le coup de filet touche plusieurs dizaines d'acteurs sociaux qui ne se connaissent pas tous. Ils ont en commun d'être musulmans.

La filière du terrorisme

L'objectif de l'OCFGDF est de comprendre le mode de financement des associations dirigées par les personnes interpellées. Et comme hypothèse de travail, l'Office invoque la filière terroriste. Des soupçons qui inquiètent l'Union des musulmans de Seine Saint-Denis. Dans un communiqué diffusé au lendemain des arrestations, « l'UAM 93 exprime son inquiétude face à cette arrestation en masse de responsables associatifs musulmans et souhaite leur relaxe au plus vite. L'UAM témoigne sa solidarité aux familles des interpellés. »

Secrétaire général du Conseil des imams de France, cheikh Dhaou Meskine œuvre auprès des jeunes musulmans du département depuis une trentaine d'années. Initialement connu comme opposant au régime tunisien, il s'est progressivement fondé l'image d'un imam ouvert au dialogue autant avec les politiques qu'avec les autres religions. Dans ce département où siège la puissante Union des organisations islamiques de France (UOIF), Dhaou Meskine a quand même réussi à se faire une place respectable au prix de quelques inimitiés.

Le collège Réussite qu'il fonde en 2001, sans soutien de l'Etat, traduit son esprit d'initiative. Cinq ans plus tard, il demeure le seul collège musulman de France malgré de récurrentes difficultés financières. En plus de cet établissement, le cheikh Dhaou a ouvert l'Institut supérieur des sciences islamiques (ISSI qui accueille des adultes souhaitant se former aux divers domaines des sciences islamiques.

Le centre de vacances en Normandie

Durant les vacances d'été, l'association Réussite organise un séjour pour les élèves du collège, les étudiants de l'ISSI et leurs familles. Au bout de quelques années, l'association finit par acquérir une maison pour accueillir ses vacanciers et ses séjours pédagogiques.

Rendant compte de l'arrestation du cheikh Dhaou, le quotidien Libération rapporte que « dans le cadre d'une enquête sur un réseau de travail illégal, la gendarmerie avait été amenée à surveiller la maison. Des hommes y auraient été vus en train de s'entraîner. » Le journal ne précise pas la nature de l'entraînement sur cet aire de vacances. Dans une affaire où il est question de financement de terrorisme, le lecteur peut donc faire marcher son imagination.

Pour un collaborateur de cheikh Dhaou, entendu dans cette affaire, « ils ont procédé à toutes ces arrestations en même temps pour leur donner un caractère plus médiatique. Cheikh Dhaou ne connaît même pas certains des interpellés. Pour ce qui est du cheikh Dhaou, ils veulent comprendre le mode de financement du centre que nous avons acheté en Normandie. »

Il y a un an, « les pôles régionaux de lutte contre l'islam radical » ont été créés. Il s'agit de services de l'Etat, placés sous la direction du préfet, avec pour mission de sanctionner les musulmans jugés radicaux. Mais qu'est-ce qu'un « musulman radical » et comment le sanctionner ? L'analyse de la première année d'exercice de ces pôles révèle leur mode d'action : le harcèlement économiquement. La méthode sous-entend que le radicalisme religieux a un coût financier.

Pour M. Menia, directeur adjoint du collège Réussite, « nous interprétons les choses autrement car il y a deux semaines, l'inspecteur pédagogique est venu. Il a fait son travail et est réparti dans un esprit plutôt positif. Si certains veulent arrêter le collège de manière réglementaire, ils savent qu'ils ne le peuvent pas. Alors une opération médiatique comme l'arrestation du Cheikh peut être un bon argument pour nous stopper dans notre travail. »

Dirigé à l'ouverture par M. Zoraï, le collège est actuellement dirigé par M. Fazillaut. Le fondateur, cheikh Dhaou, « en assure la promotion, mais il n'a jamais dirigé le collège lui-même », explique M. Menia.

Comité de Soutien

Pour Abderrahmane Dahmane, secrétaire national de l'UMP et ami de longue date de cheikh Dhaou, « cette arrestation est une bêtise monumentale. Je connais cheikh Dahou depuis plus de vingt ans. Le juge peut bien être un spécialiste du terrorisme mais quand il arrête trente personnes pour n'en garder qu'une, j'estime qu'il y a exagération. Il faut croire que les musulmans sont les juifs d'aujourd'hui. »

Pour cet homme politique qui ne mâche pas ses mots, l'arrestation de cheikh Dhaou est une erreur de cible. « Le juge ferait mieux de s'intéresser au financement d'organisations comme l'UOIF qui a un château. Je ne crois pas qu'ils aient acheté leur château avec les font récoltés par la vente de calendriers. »

M. Dahmane n'exclut pas que cheikh Dhaou soit victime d'ennemis qui veulent l'éliminer. Il a pris l'initiative de monter un comité de soutien au cheikh Dhaou Meskine dont la constitution était en cours au moment où nous l'avons contacté. D'avance, il précise qu'« il y aura des hommes politiques, des élus, des personnes comme Eric Raoult qui va d'ailleurs publier un communiqué et d'autres personnalités. »





Dans la même rubrique :
< >

Loading










Nos services web

Recevez le meilleur de l'actu