Connectez-vous S'inscrire






Culture & Médias

La chasse aux « musulmans radicaux » est bonne

France: 17 contrôles/semaine et 16 sanctions/semaine

Rédigé par Amara BAMBA | Lundi 17 Avril 2006

La taille d’un article ne fait pas sa valeur. En quelque deux mille signes, sous le titre « Les lieux de prosélytisme de l’islam radical mis en difficulté », Le Monde nous livre un bijou signé Piotr Smolar. Une photo de Pascal Mailhos, le Directeur général des renseignements généraux, illustre cet article paru dans l’édition du 11 avril 2006. Mais l’essentiel est dans les données statistiques du texte.



La chasse aux « musulmans radicaux » est bonne
« Après une année d'activité, les pôles régionaux de lutte contre l'islam radical présentent un bilan encourageant» nous dit Le Monde. Les données statistiques de 2005 appuient cette analyse :
• 47 salles de prières musulmanes ont été contrôlées
• 473 commerces tenus par des entrepreneurs musulmans ont été contrôlés
• 85 cafés et points phone gérés par des acteurs économiques musulmans ont été contrôlés

Ces cibles sont toutes soupçonnées d’être « susceptibles de servir de lieux de financement ou de prosélytisme » musulman. Entendons, des lieux au service du mouvement Salafiste ou du mouvement Tabligh.

La France de « l’islam harcelé »


En janvier 2005, à la création des « Pôles régionaux de lutte contre l’islam radical », l’objectif était dans la dénomination. Mais le mode d’action était inconnu. L’article de Piotr Smolar nous apporte quelques indices : en une année, 276 mesures judiciaires ont été prises, 310 décisions administratives aussi ; des mesures d’éloignement du territoire, des interdictions d’activité etc. On apprend même que 55 de ces sanctions ont déjà été exécutées.
Mais ce n’est pas tout. Car, au cours de la même année, les services du fisc, les services d’hygiène, chargés du contrôle sanitaire, ont spécialement diligenté 283 procédures à l’encontre des mêmes cibles, ces fidèles de « l’islam radical ». On finit par se demander s’il n’y a pas acharnement de nos services sur une catégorie spécifiée de citoyens.

Analysons ces données en prenant la base syndicale de 254 jours ouvrés en 2005. Ce qui fait environ 36,3 semaines. D’où le bilan ci-dessus s’exprime comme suit :
• 605 lieux musulmans contrôlés par les « Pôle régionaux de lutte contre l’islam radical » en 2005. Ce qui fait une moyenne de 17 contrôles par semaine.
• 586 mesures judiciaires et décisions contre des gestionnaires de lieux musulmans en 2005. Ce qui fait une moyenne de 16 sanctions par semaine.

Ces visites et sanctions s’ajoutent au travail de contrôle ordinaire des services réguliers de l’Etat. L’on peut donc légitimement se demander si l’islam n’est pas une religion harcelée en France. Selon M. Milhos, directeur central des RG, « l’objectif est de déstabiliser l'islam radical très en amont, sans perturber l'action des services dans le cadre de la lutte antiterroriste ni interférer avec l'islam républicain. »

M. Milhos ne définit pas « l’islam républicain ». Et le musulman francophone aimerait savoir ce qu’est « l’islam radical ». Car il reste dans nos souvenirs que, lors du débat sur la loi antifoulard, une certaine commission nous a expliqué que la « musulmane radicale » était une jeune fille « enhijabée » et manipulée qui menaçait l’Etat français laïc. Cette musulmane était « radicale » parce qu’elle refusait de troquer son fichu sur la tête pour une « main de fatma » à son cou. Mais à ce jour, « l’islam radical » comme « l’islam républicain » sont des notions qui restent à préciser en complément de l’islam sunnite et de l’islam shiite.

Par contre, du bilan de l’année 2005, rendu public par les Services, il nous est permis de penser que nous sommes entrés dans l’ère de «l’islam harcelé » en France. C’est un islam dont les fidèles sont dans le collimateur des services de l’Etat. A ce titre, ses acteurs économiques et sociaux bénéficient officiellement d’un régime particulièrement intense de contrôles et de sanctions.

La solution est ailleurs


Le Conseil français du culte musulman (CFCM) dont la charge est de s’occuper des affaires de culte musulman, apparaît aujourd’hui comme une imposture géante dans laquelle la communauté nationale se trouve honteusement piégée. Décrédibilisé par ses errements politico-judiciaires, le CFCM fait l’effet d’un pantin désarticulé que quelques ministres marionnettistes ont cessé de faire bouger.

Pendant ce temps, froidement et silencieusement, la liste des victimes de la loi antifoulard s’allonge, année après année. Exclues du système officiel, les jeunes filles qui ont les moyens de payer, font le bonheur des promoteurs d’établissements secondaires privés qui affichent leur label islamique. C’est là un moindre mal dira-t-on.

Face à ces échecs de notre système, alors que les services de renseignements français ont la réputation d’être les meilleurs du monde, avions nous besoin de brigades anti-Salaf et d’escouades anti-Tabligh ? Ce choix du tout sécuritaire, visant le citoyen français de confession musulmane, ne conforte-t-il pas la misère de leur représentation et le sentiment de stigmatisation qu’expérimentent les musulmans en France aujourd’hui ?

Une chose est sûre, comme l’écrit Le Monde : « cette pression policière provoque un déplacement du prosélytisme dans des lieux privés, aux domiciles des prêcheurs. » Et l’on peut ajouter, sans risque de se tromper, que ces musulmans pressés trouveront de nouveaux lieux et des modes d’expression qui restent à découvrir. Cela était prévisible.

Une autre chose est certaine : ces mesures de harcèlement, créent le terreau propice au développement d’une vraie radicalité. Et là est notre crainte la plus profonde. Car, quelle autre réaction peut-on attendre de ces citoyens qui se sentent acculés, par une pression policière et judiciaire qu’ils savent à la limite de l’arbitraire et que l’Etat justifie par le fait qu’ils sont musulmans ? L’histoire contemporaine ne manque pourtant pas d’exemples.

Car, si le harcèlement était la solution contre le sentiment politique de l’islam, le Hamas ne serait pas plébiscité aux affaires palestiniennes cette année. Si le harcèlement suffisait à vaincre la politisation de l’islam, le Front islamique du Salut n’aurait jamais gagné les élections en Algérie. Encore une fois, si le harcèlement pouvait éviter l’islamisation des questions sociales, il y a bien longtemps qu’il n’y aurait plus de Frères musulmans dans l’Egypte d’aujourd’hui. Souvenons-nous quand même, que c’est un Khomeiny « harcelé » que la France accueillit avant de le voir s’envoler vers Téhéran à la tête d’une révolution… au nom de l’islam ! On peut multiplier les exemples à souhait.

Quand s’installe un « islam officiel » et que l’on harcèle un « islam non officiel », le schéma a souvent été le même : ce dernier s’est radicalisé et s’est renforcé en légitimant ses positions sur la base du harcèlement injuste et flagrant dont il était effectivement l’objet. Le fil à couper le beurre n’est plus à inventer. La France aura l’islam qu’elle mérite.

Un « islam harcelé » ? Non, merci. La solution est certainement ailleurs.






Loading










Nos services web

Recevez le meilleur de l'actu