Connectez-vous S'inscrire






Société

Comment l'école amplifie les inégalités sociales et migratoires en France

Rédigé par Samba Doucouré | Vendredi 30 Septembre 2016

Les dispositifs d'éducation prioritaire sont une nouvelle fois remis en cause. Cette fois, un rapport accablant pointe du doigt 30 ans de politiques éducatives inefficaces qui ont favorisé la croissance des inégalités dans le pays.



Comment l'école amplifie les inégalités sociales et migratoires en France
Le Conseil national d’évaluation du système scolaire (Cnesco) a publié, lundi 26 septembre, un rapport aux conclusions alarmantes : les politiques scolaires sont responsables de l’accroissement des inégalités.

Plus de 30 ans de dispositifs visant à donner plus de moyens aux écoles classées en réseaux d’éducation prioritaire (REP) ont été analysés par 22 équipes de chercheurs français et étrangers. Pendant deux ans, sociologues, économistes, didacticiens et psychologues ont travaillé « à partir des données les plus récentes pour dresser un bilan solide de la justice à l’école ». Ce travail inédit (plus bas) a permis de « mesurer et de comprendre, dans son exhaustivité, l’ampleur et les formes réelles des inégalités sociales et migratoires à l’école et comment l’école française en 2016 fabrique de l’injustice scolaire ».

La chaîne des inégalités vue par le Cnesco (cliquer dessus)
La chaîne des inégalités vue par le Cnesco (cliquer dessus)

Une chaine d’inégalités

Le rapport dénonce une véritable course d’obstacles qui ponctuent la scolarité des jeunes issus de quartiers défavorisés. Le premier obstacle se situe dans les conditions de travail des élèves qui continuent d’étudier dans des classes en effectifs trop importants.

« Tant dans le primaire qu’au collège, la différence entre les effectifs par classe entre l’éducation prioritaire et les autres établissements demeure trop faible pour avoir un impact pédagogique positif véritable », pointe le Cnesco qui rappelle que, selon les recherches dans ce domaine, « seule une réduction importante de la taille des classes dès le primaire permet l’amélioration significative des résultats scolaires des élèves socialement défavorisés, à condition qu’elle soit associée à une adaptation des pratiques pédagogiques ».

Deuxième facteur d’inégalité, le temps effectif de cours. De nombreux enseignants peine à faire régner la discipline dans leur classe. Le temps consacré à l’apprentissage et au respect du programme est donc réduit. En REP, les enseignants estiment user 21 % du temps de classe au maintien de l’ordre contre 16 % dans les écoles publiques classiques et 12 % dans le privé. Une difficulté qui est liée en partie à l’inexpérience des enseignants dont les exigences de recrutement ont été vues à la baisse ces dernières années. « Le recours à des enseignants contractuels et débutants s’est accru sur la dernière décennie », explique le rapport. Le Cnesco affirme en outre que « la recherche a montré que le sentiment d’efficacité d’un enseignant est nettement plus faible lorsqu’il a moins de cinq ans d’expérience ». Seuls 60 % des enseignants s’estiment bien préparés à la pédagogie.

L'ascenseur social bloqué pour les familles issues de l'immigration

Selon PISA, l'organisme qui évalue le niveau des élèves, « l’écart de performances scolaires entre les élèves issus de l’immigration et les natifs s’est accru » en dix ans. Un écart inquiétant car on constate que, même à niveau économique et social équivalent, « l’écart de résultats scolaires entre élèves issus de l’immigration et les natifs est largement supérieur à la moyenne de l’OCDE », faisant de la France le pays de l’OCDE où les écarts augmentent le plus.

En 2012, Pisa révélait que « près de la moitié des jeunes appartenant aux secondes générations d’immigrés présente des difficultés sévères ». D’après les analyses des auteurs du Cnesco, « de plus en plus, les enfants d’immigrés ont des résultats inférieurs aux natifs, sans que l’élévation du niveau d’éducation/CSP de leurs parents ne joue aussi favorablement que pour les natifs ». En effet, depuis une dizaine d’années, si les contextes socio-économiques des familles issues de l’immigration se seraient améliorés, ils n’ont qu’un impact limité notamment du fait de la détérioration de l’école.

Le Cnesco rapporte que « les jeunes issus des familles immigrées sont surreprésentés en voie professionnelle. Ainsi, 43,6 % d’entre eux entrés en 6e en 2007 ont été orientés en voie professionnelle contre 35,7 % des jeunes natifs. De même, les élèves de parents immigrés sont sous-représentés dans la voie générale et technologique par rapport aux élèves natifs, exceptés les élèves d’Asie du Sud-Est qui sont même surreprésentés », ce qui démontre l’effet cumulatif des inégalités à l’école. Des inégalités qui ont par conséquent un impact direct sur les possibilités d’ascension sociale pour les familles issues de l’immigration.

La situation en l’état n’est pas près de s’améliorer à moins d’une refonte totale des dispositifs d’éducation prioritaire. Pour le Cnesco, la France « doit en urgence réagir désormais, dans un cadre politique consensuel autour d’orientations politiques réellement efficaces et clairement mises en œuvre ».






Dans la même rubrique :
< >

Loading










Nos services web

Recevez le meilleur de l'actu