Connectez-vous S'inscrire






Société

Cinq idées reçues sur la « modest fashion »

En partenariat avec Lallab

Rédigé par Fatima Bent | Jeudi 20 Octobre 2016

La Modest quoi ? La Modest Fashion ! Quésako ? Cet anglicisme que les médias français utilisent à foison signifie tout simplement la « mode pudique ». Parce que la modest fashion concerne aussi bien les musulmanes que les non musulmanes, cet article vient lister cinq fausses idées que l’on entend à tort et à travers sur la Muslim modest fashion.



La Modest Fashion ! Quésako ? Cet anglicisme que les médias français utilisent à foison signifie tout simplement la « mode pudique ». Ce terme ne reste cependant pas facile à expliquer. En effet, chaque femme est à même de donner sa propre définition de la « mode modeste ». Pour certaines, il s’agira de se couvrir de la tête aux pieds avec des couleurs foncées, pour d’autres, il s’agira d’un mélange de couleurs vives, avec ou sans voile. Qu’importe la manière dont une femme applique vestimentairement la mode pudique, l’idée principale réside dans la réappropriation de la mode par celle-ci tant que les vêtements portés n’incitent pas à une attirance sexuelle. La mode pudique est une forme de retenue, une nouvelle forme d’expression qui contre l’image de la femme sexy, trop souvent utilisée dans les publicités.

Parce que la modest fashion concerne aussi bien les musulmanes que les non musulmanes, cet article vient lister cinq fausses idées que l’on entend à tort et à travers sur la Muslim modest fashion.

Dina Torkia (à g.) et Hana Tajima.
Dina Torkia (à g.) et Hana Tajima.

1. On ne peut pas être musulmane et suivre la mode

En effet, selon certains observateurs peu enclins à laisser les femmes musulmanes combiner spiritualité et mode, pratiquer sa foi et faire preuve de coquetterie serait incompatible. Absolument rien n’empêche une femme de s’accoutrer comme bon lui semble si elle estime que sa tenue respecte les principes de sa religion. C’est cela même qui caractérise la modest fashion : se réapproprier la mode tout en restant pudique, en utilisant des vêtements amples accompagnés ou non d’un voile, d’un turban, d’un chador. Ces derniers temps, de nombreuses femmes musulmanes se sont lancées dans cette aventure en créant leur marque de vêtements ou des blogs en ligne. C’est le cas de deux jeunes femmes : Dina Torkia et HanaTajima.

Dina Torkia est une Britannique qui présente plusieurs cordes à son arc. Elle est youtubeuse, bloggeuse, styliste. Dans ses vidéos Youtube, elle aborde plusieurs thématiques comme la beauté, les vêtements, la vie quotidienne… Son cœur de cible est les jeunes femmes âgées de 18 ans et plus et souhaite étendre la mode aux femmes modestes et prouver par ses créations, toutes plus surprenantes les unes que les autres, que la mode concerne TOUTES les femmes y compris celles qui sont voilées.

Hana Tajima est une créatrice de mode. Son blog expose ses créations vestimentaires et en a également profité pour lancer une marque de prêt-à-porter « Maysaa », véritable succès dans plusieurs pays du monde. Elle est également connue pour sa collaboration avec la marque Uniqlo.

2. La modest fashion n’a aucune singularité : toutes pareilles !

Voici un autre cliché bien répandu et dont on se lasse péniblement ! La modest fashion n’a aucune singularité. Cet argument est d’autant plus faux que plusieurs créatrices de mode en Asie, Afrique ou Europe, bref dans le monde, ont assimilé les codes de l’industrie de la mode pour lancer leur propre marque de vêtements en y ajoutant leur propre singularité. C’est le cas de Franka Soréal, cette créatrice de mode indonésienne a co-crée le site Alahijab.com où des femmes partagent leurs expériences « modest fashion ». Cette plateforme recense plusieurs photos de femmes habillées modestement toutes plus différentes et originales les unes des autres. Un petit aperçu :

© Modeste-Paris
© Modeste-Paris

3. La modest fashion ne concerne que les musulmanes

Plusieurs femmes non-musulmanes se sont réappropriées le concept de « modest fashion ». Ce sont pour la plupart des femmes juives, chrétiennes, athées, agnostiques. Des personnes qui mettent tout d’abord en avant l’importance de s’habiller comme elles le veulent. La mode pudique est aussi une manière d’aller à contre-courant des modes mainstream que l’on voit à la télé ou dans les magasins.

Pour certaines femmes non-croyantes, la mode pudique revêt un aspect anticonformiste qui va à l’encontre de l’image de la femme sexy que l’on a tendance à voir dans les publicités. Les concepts de pudeur, d’humilité remplacent donc le discours religieux. Plusieurs marques se sont même illustrées dans la mode islamique comme Dolce & Gabbana, Marks&Spencer, Mango… C’est dans cette même ligne de pensée que s’est inscrite une marque française de mode pudique nommée Modeste créée en 2015 par Valérie Bénita. La marque s’est lancée dans l’aventure de la mode pudique, non pas pour cacher telle ou telle partie du corps féminin, mais pour conjuguer retenue et élégance, renouer avec une attitude discrète, donner libre choix à chacune de s’exprimer comme elle le veut. Aucun rapport avec le religieux, mais une nouvelle conception de la mode. « Parce que nous croyons que la modestie n'est pas une manière de cacher sa beauté, mais plutôt l'art de la révéler. »

4. La modest fashion ne concerne que les musulmanes ... voilées !

Mon précédent exemple pourrait très bien illustrer ce quatrième point. Il n’y a pas de critères pour être une « modest fashionista ». Trop souvent affiliée à la religion, la mode pudique est avant tout une nouvelle forme d’expression qui trouvent très souvent écho auprès de celles qui sont à la recherche de pudeur, de retenue et de modestie. Elles concernent également celles qui souhaitent tout simplement sortir des carcans marketing de la femme sexy pour ainsi retrouver une autre forme d’expression vestimentaire.

C’est pour ces raisons que le terme « mode islamique » me dérange. À titre personnel, je suis musulmane et non voilée, et si je devais définir mon style vestimentaire, je dirai qu’il se rapproche de la mode pudique. Nous lisons trop souvent que cette mode concerne uniquement les musulmanes voilées alors que plusieurs femmes souhaitent tout simplement retrouver une forme de modestie, une coquetterie sans décolleté, un chic sans jambes nues, un glamour sans robe fendue à la cuisse.

5. La modest fashion, c’est ségrégationniste.

Enfermement et ségrégation, tels sont les termes que l’on entend de la bouche de certains défenseurs d’une conception étriquée de la liberté de la femme (cf. Laurence Rossignol, ministre des Droits des femmes). Pour elles, eux, le voile et la mode pudique agissent à l’encontre de la femme. Ainsi, l’enfermer dans des vêtements larges qui lui couvrent tout le corps serait signe d’oppression et d’enfermement, une forme de rupture avec les conventions de notre société. Heureusement que plusieurs grandes marques très connues se sont lancées dans cette mode pour ainsi briser l’image mode pudique = religion.

Parce que la mode pudique c’est avant tout laisser la femme libre de décider la manière dont elle se vêtit. La vraie ségrégation, c’est de laisser de côté une frange de la population et de juger qu’elle n’a pas sa place dans notre culture parce qu’elle est différente. La vraie ségrégation c’est aussi celle de reprendre des termes utilisés lors d’une période esclavagiste douloureuse pour les assigner à des femmes qui sont, bien au contraire, libres ET à leurs manières.






Dans la même rubrique :
< >

Loading










Nos services web

Recevez le meilleur de l'actu