Connectez-vous S'inscrire






Monde

Arctique : la petite mosquée des Inuits

Musulmans du bout du monde

Rédigé par Hanan Ben Rhouma | Samedi 2 Octobre 2010

Insolite. Le lieu de culte musulman situé le plus au nord du monde existe depuis le 22 septembre grâce à une fondation caritative islamique du Canada. Construite à 4 500 km de son lieu d’installation, la mosquée a ensuite été expédiée vers Inuvik, dans les territoires du Grand Nord canadien, où vit une petite communauté musulmane.



La mosquée de l'Arctique a pris la route le 1er septembre. 22 jours plus tard, la voici à Inuvik, territoire du Grand Nord canadien, berceau des Inuits.
La mosquée de l'Arctique a pris la route le 1er septembre. 22 jours plus tard, la voici à Inuvik, territoire du Grand Nord canadien, berceau des Inuits.
Qui aurait cru qu’une mosquée verrait le jour au-dessus du cercle polaire ? Après plus de 18 mois d’efforts, la mosquée la plus septentrionale du monde est enfin devenue réalité mercredi 22 septembre.

Après un parcours périlleux de plus de 4 500 km par voie terrestre et maritime, l’édifice religieux de 145 m² est arrivé à bon port à Inuvik, ville de 3 500 habitants, principalement Inuits, située dans les territoires du Nord-Ouest canadien.

Jusque-là, les quelque 80 fidèles musulmans de cette ville de l’Arctique ne disposaient que d’une vieille cabane de 7 mètres sur 3 pour accomplir leurs prières collectives. L’arrivée de la mosquée, qui peut désormais accueillir 100 fidèles, a donc fait la plus grande joie de la petite communauté musulmane, qui n’avait pas les moyens de construire un lieu de culte décent.

Hussain Guisti.
Hussain Guisti.

Genèse d’un projet insolite

A l’origine de ce projet, la Fondation Zubaidah Tallab, une association de bienfaisance islamique sans but lucratif basée dans la région canadienne du Manitoba. Créée en mai 2007, la Fondation a déjà à son actif la construction à distance d’une mosquée pour Thompson, petite ville de 14 000 habitants dans le nord du Manitoba.

Après avoir eu vent des difficultés de la communauté musulmane d’Inuvik en 2009, les responsables de Zubaidah Tallab n’ont pas hésité à soutenir leur projet en organisant rapidement des collectes de fonds. Contacté par Saphirnews, Hussain Guisti, directeur général de la Fondation, nous en dit plus sur cet incroyable projet.

« Ils (les musulmans d’Inuvik) avaient acheté deux lots de terrain de la ville pour 97 000 $ (canadiens, ndlr) et ont approché de nombreuses associations caritatives musulmanes au Canada et à l'étranger, mais aucune n'est parvenue à les aider. Un des membres de la Fondation a alors transmis l'information à la direction et nous avons décidé à l’unanimité en moins de 45 minutes de construire une mosquée pour eux », explique cet ancien médecin saoudien reconverti au journalisme.

Comme la mosquée de Thompson, celle d’Inuvik a été construite à Winnipeg. « Nous voulions au départ construire la mosquée à Inuvik même. Cependant, après avoir lancé des appels d'offres pour le projet à 11 entreprises, le prix moyen de la mosquée s’élevait à 550 000 $. Nous avons alors réfléchi à d'autres options. (…) Nous avons finalement décidé de le construire à Winnipeg, de l'envoyer par camion jusqu'à Hay River, puis par bateau vers Inuvik. Nous avons économisé environ 200 000 $ de cette façon », nous explique M. Guisti.

Un voyage périlleux, qui se termine bien

Malgré tout, « nous devions collecter 300 000 $ en moins de cinq mois. Il nous manque encore 25 000 $. Nous avons également pris un prêt de 21 000 $ sans intérêts, que nous avons encore à rembourser. Ce prêt a permis de payer la caution pour la construction de la mosquée », précise-t-il.

Le voyage n’a pas été de tout repos. En plus des retards de construction, il a fallu bloquer la circulation à de multiples reprises afin de laisser passer le convoi qui prenait deux, parfois trois voies. Un jour, en traversant un pont dans la région de l’Aberta, la mosquée a même failli tomber du camion dans le ruisseau. Une grosse frayeur pour l’équipe. « Al-hamdulillah, elle n'est pas tombée ! », lâche le directeur.

Il ne reste plus désormais que les finitions à terminer, c'est-à-dire à peindre les murs et à aménager les locaux. « La mosquée n’a pas encore de nom. Il y en a beaucoup qui émergent comme la Mosquée de l'Arctique, le Centre islamique d’Inuvik, la Mosquée du Pôle Nord, la Mosquée du bout du monde… mais aucun nom n'a encore été décidé », déclare M. Guisti.

L’inauguration de la mosquée est prévue pour le 5 novembre prochain et risque bien de faire de l’ombre au bâtiment le plus original de la ville : l’église catholique, construite en forme d’igloo.







Loading










Nos services web

Recevez le meilleur de l'actu