Connectez-vous S'inscrire






Finance éthique

Allemagne : KT Bank, première banque islamique d’Europe continentale, ouvre ses portes

Rédigé par | Mercredi 15 Juillet 2015

Mercredi 1er juillet, en plein mois de Ramadan, KT Bank a enfin pignon sur rue. Annoncée par la presse depuis 2012, son ouverture fait de cette filiale à 100 % de la banque Kuveyt Türk Participation ‒ dont le siège est à Istanbul et les capitaux majoritairement koweïtiens ‒, la première banque islamique de détail d’Allemagne. Basée à Francfort, la banque a ouvert trois agences (Francfort, Mannheim et Berlin) et envisage de se développer à Düsseldorf, à Hambourg et à Munich. Entretien avec Kemal Ozan, administrateur et président de la KT Bank AG Allemagne.



Avec une population de 4,3 millions de musulmans, l'Allemagne a sa première banque islamique depuis le 1er juillet 2015 : la KT Bank. Ici, l'agence de Francfort. (Photo : © KT Bank AG)
Avec une population de 4,3 millions de musulmans, l'Allemagne a sa première banque islamique depuis le 1er juillet 2015 : la KT Bank. Ici, l'agence de Francfort. (Photo : © KT Bank AG)

Saphirnews : En tant que président de la KT Bank AG, pouvez-vous nous en dire plus au sujet de votre carrière dans l’industrie de la finance islamique ?

Kemal Ozan : Ce sont mes croyances religieuses qui m’ont conduit au secteur bancaire islamique. J’ai grandi intégré dans la communauté musulmane en Turquie et en Allemagne, mon père était un immigrant travailleur de la première génération en Allemagne, employé par Ford. La famille a déménagé en partie d’Ankara vers l’Allemagne et mon enfance a été passée dans les deux pays. Je suis allé à l’école allemande et me suis spécialisé en économie et finance à Ankara. Mon premier emploi dans le secteur bancaire était avec Turkich İşbank Istanbul et puis, plus tard, avec eux à Francfort. Je travaillais comme contrôleur interne, mais j’ai rapidement été promu en raison de mon expérience internationale.

Cette expérience extraordinaire m’a donné l’occasion d’observer la façon dont nos clients commerçants turcs et musulmans développaient de plus en plus leurs activités en Europe et dont le potentiel devenait de plus en plus important. Pourtant, İşbank n’est pas une banque islamique.
En tant que musulman, je me demandais pour quelles raisons aucune banque en Europe n’offrait des produits financiers islamiques en zone euro, car il y a des millions de musulmans qui vivent ici. Nos clients de confession musulmane ont également commencé à demander quand nous allions offrir des solutions financières islamiques.

Pour Kemal Ozan, président de la KT Bank, « l’Allemagne est potentiellement le plus grand marché pour la finance islamique en Europe ». (Photo : © KT Bank AG)
Pour Kemal Ozan, président de la KT Bank, « l’Allemagne est potentiellement le plus grand marché pour la finance islamique en Europe ». (Photo : © KT Bank AG)
J’ai commencé ma première expérience dans le domaine de la murabaha, un type particulier de vente pratiqué par les banques islamiques, où le vendeur mentionne expressément le prix de revient des produits vendus à ses clients en ajoutant un bénéfice connu par l’acheteur. Nous avons réalisé ces ventes à İşbank sans les étiqueter comme islamiques, mais c’est à ce moment que j’ai évoqué au conseil d’administration de la banque l’énorme potentiel que je voyais dans le domaine de la finance islamique.

En 2012, je participais au 2e Congrès Islamic Banking à Francfort, et à ce moment j’étais le banquier « interculturel » le plus connu de l’industrie bancaire. C’est à cette occasion que les représentants de la banque Kuveyt Türk Participation ‒ banque leader de la finance islamique en Turquie depuis plus de 26 ans ayant pour actionnaire majoritaire la Kuwait Finance House ‒ sont entrés en contact avec moi au sujet de leurs efforts déjà en cours pour mettre en place des opérations bancaires islamiques en Allemagne. En août 2012, j’étais en charge de la fondation de KT Bank AG Allemagne.

On pense souvent que la finance islamique est destinée aux seuls clients musulmans. Or nous savons que les banques islamiques répondent aux besoins de tous types de clients. Comment commercialisez-vous les produits et les services de la banque à une clientèle élargie ?

Kemal Ozan : Nous apprécions les clients de toutes les religions, origines et nationalités, du moment qu’ils s’identifient avec notre système de valeurs morales et éthiques, qui est représenté dans notre approche bancaire. Nous commercialisons nos produits et services à nos clients turcs et musulmans en Allemagne avec l’affirmation d’être le pionnier de la finance islamique en Allemagne. La demande au sein de ces communautés est énorme par nature.

De leur côté, nos clients non musulmans sont attirés par l’investissement socialement responsable (ISR) que nous, banque islamique, fournissons. Lorsque nous avons annoncé, en mars 2015, que nous avions été autorisés par l’Autorité fédérale de surveillance financière (BaFin) pour offrir des services bancaires à grande échelle en Allemagne, l’intérêt des médias a été massif. Il est devenu évident que les composantes éthiques de la finance islamique sont des valeurs universelles, ce qui a touché l’opinion publique allemande.

Nous sommes la première banque islamique dans la zone euro et donc nous sommes aussi l’une des banques éthiques en Allemagne qui suscitent un intérêt grandissant de la part du grand public.

Comment voyez-vous le développement du marché financier islamique de détail en Allemagne ?

Kemal Ozan : Très positif. Avec une population de 4,3 millions de musulmans en Allemagne ayant une richesse estimée à 25 milliards d’euros, l’Allemagne est potentiellement le plus grand marché pour la finance islamique en Europe pour la banque commerciale et de détail.

On estime que les revenus nets des ménages musulmans vont encore augmenter à l’avenir, les musulmans ont aussi un taux d’épargne remarquable de près du double de la moyenne nationale (18 % contre 10 %). La capacité d’épargne est environ de 2,2 milliards d’euros. La majorité des musulmans en Allemagne est relativement jeune, trois sur quatre ont entre 14 et 49 ans.
En outre, 41 % des musulmans turcs en Allemagne se considèrent comme très religieux. De ce fait, ils constituent une cible privilégiée pour les produits de la finance islamique. Aujourd’hui, seuls 5 % des musulmans en Allemagne utilisent des produits bancaires islamiques.

Quelles sont les principales difficultés que vous rencontrez ?

Kemal Ozan : Implanter la première banque islamique continentale d’Europe a été un travail de longue haleine. La mise en place du cadre réglementaire pour le secteur bancaire islamique en Allemagne a commencé avec l’ouverture d’un bureau de représentation en Allemagne en 2004, puis par l’obtention d’une licence de courtage de pays tiers en 2010, qui a abouti à la licence bancaire en 2015.

Nous avons joué un rôle de pionnier dans la promotion du système bancaire islamique sur le marché allemand et avons été bien soutenus par les autorités compétentes en Allemagne. Il a fallu fournir des efforts durables et un travail constant tout au long de ces années pour parvenir au résultat escompté.

En France, beaucoup de personnes se demandent si KT Bank sera en mesure d’offrir ses services et ses solutions de financement dans l’Hexagone. Que leur répondez-vous ?

Kemal Ozan : KT Bank AG a fait une étude de marché approfondie et a décidé de commencer les opérations européennes en Allemagne. Après la phase de mise en place, nous prévoyons d’étendre nos activités à d’autres marchés en Europe continentale.

Avez-vous des conseils pour les entrepreneurs en France qui veulent implémenter la finance islamique dans ce pays ?

Kemal Ozan : Pensez à long terme, soyez transparents, établissez des relations de confiance, une coopération durable avec les autorités compétentes et communiquez afin de montrer à la population les avantages de la banque islamique.





Ezzedine Ghlamallah
Directeur de SAAFI, cabinet de conseil, spécialiste de la distribution et de la conception de... En savoir plus sur cet auteur


Loading










Nos services web

Recevez le meilleur de l'actu