Connectez-vous S'inscrire






Société

Sartrouville : la mosquée, fraîchement inaugurée, au cœur de l'action sociale

Rédigé par Hanan Ben Rhouma | Mercredi 19 Février 2014

L’Association culturelle des musulmans de Sartrouville (ACMS) a officiellement inauguré, samedi 15 février, la mosquée En-Nour. L'ACMS, qui a dix ans d'existence derrière elle, ne se suffit pas de gérer le lieu de culte : elle a réussi à se bâtir une crédibilité certaine sur le terrain grâce à ses actions sociales, dont la notoriété a dépassé depuis longtemps les frontières de Sartrouville.



L'ACMS, gestionnaire de la mosquée de Sartrouville, inaugurée le 15 février, developpe depuis deux ans un volet social à destination des familles, musulmanes ou non, dans le besoin.
L'ACMS, gestionnaire de la mosquée de Sartrouville, inaugurée le 15 février, developpe depuis deux ans un volet social à destination des familles, musulmanes ou non, dans le besoin.
Pour les fidèles et les responsables de la mosquée En-Nour de Sartrouville (Yvelines), samedi 15 février fut un moment particulier. C’est ce jour qui a été choisi pour inaugurer très officiellement le lieu de culte, géré par l’Association culturelle des musulmans de Sartrouville (ACMS), en présence du maire Pierre Fond (UMP), à la tête de la ville depuis 1995.

Les relations entre l’ACMS, créée en 2002, et la municipalité n’ont pas toujours été au beau fixe mais « l’essentiel est de se concentrer sur le présent », nous indique Abdelhakim Medjaoui, président de l’ACMS, pas peu fier d’avoir réussi à installer « une relation de confiance » avec la mairie.

Que d’ambitions pour l’ACMS

L’édifice religieux, l’ACMS en est propriétaire depuis 2003. Auparavant, ce fut dans des locaux exigus du foyer Sonacotra que les musulmans de la commune étaient contraints de prier. Dès 2003, des travaux de rénovation sont entrepris dans le bâtiment nouvellement acquis situé dans la zone industrielle des Perriers, mais tout reste à faire pour ouvrir la totalité des locaux au public : le permis de construire n’est donné à l’ACMS qu’en 2008. Il faudra une décennie pour permettre à la mosquée d’être ce qu’elle présente aujourd’hui.

L’arrêté d’ouverture de l'ensemble du centre En-Nour, qui s’étend sur deux étages, a finalement été délivré voilà quelques mois. Un soulagement pour l’ACMS qui peut désormais se projeter dans l’avenir. L’association propose des cours d’arabe, de sciences religieuses et des sorties éducatives en France et à l’étranger destinées aux enfants, mais déclare son ambition d’ouvrir une école privée à Sartrouville avec l’objectif assumé d’être sous contrat avec l’Etat. Les Yvelines ne comptent à ce jour que deux établissements privés musulmans : le collège de Saint-Quentin-en Yvelines, à Montigny-le-Bretonneux, et la nouvelle école primaire Tariq ibn Ziyad, aux Mureaux.

660 familles bénéficiaires de l’action sociale

L’ACMS ne manque pas d’activités et fait déjà part d’un manque d’espace pour les accomplir, particulièrement sur le plan social. Depuis deux ans, l’Association de Solidarité et de Bienfaisance (ASB), en partenariat avec Carrefour de Sartrouville mais aussi celui de Flins-sur-Seine (78), de Gennevilliers (92) ou de Montigny-lès-Cormeilles (95), récupère les invendus et les « invendables » de ces grandes surfaces pour les redistribuer aux familles nécessiteuses et ainsi lutter contre le gaspillage. Fait à souligner, le directeur de Carrefour Sartrouville, Alain Truc, était présent à la cérémonie d’inauguration de la mosquée pour y délivrer quelques mots chaleureux à la communauté musulmane.

Ce sont 10 tonnes de denrées alimentaires qui sont distribuées chaque mois, à raison de quatre ou cinq distributions par semaine grâce à la vingtaine de bénévoles de l’ASB, dirigés par Saïd Touraif. 660 familles, toutes religions et origines confondues, bénéficient de l’aide alimentaire et de la restauration sociale, précise également Abdelhakim Medjaoui. Pour ce faire, un chapiteau est installé de longue date dans le parking, dans l'attente d'un local qui conviendrait à l'ASB.

Vivre à Sartrouville n’est pas un critère de sélection des bénéficiaires, seuls des documents attestant de la précarité des personnes (avis d'imposition en tête) sont demandés pour obtenir des paniers. Une initiative aussi pertinente que nécessaire dans ces temps où la crise économique plonge des familles entières dans une grave détresse sociale. A cet égard, l'ACMS-ASB, qui revendique son indépendance de toute fédération musulmane, peut assurément inspirer et faire figure de modèle pour d'autres associations cultuelles.






Loading










Nos services web

Recevez le meilleur de l'actu