Connectez-vous S'inscrire






Ramadan

Ramadan : du brevet au bac, le défi du jeûne face aux examens

Rédigé par Fatna Tahri | Mercredi 15 Juin 2016

Brevet, baccalauréats, épreuves universitaires se déroulent en plein mois de Ramadan. Comment gérer le jeûne qui peut durer jusqu’à 20 heures d’affilée et assurer ses examens ?



Ramadan : du brevet au bac, le défi du jeûne face aux examens
Cette année, le baccalauréat (du 15 au 22 juin), celui de français (17 juin) et le brevet des collèges (23 et 24 juin) ont lieu en plein cœur du mois de Ramadan. Conscients de l’importance de ces examens, nombreux sont ceux qui visent une mention pour avoir un choix réel de leur futur cursus. Or passer les épreuves en période de Ramadan ne semble pas les effrayer pour autant.

Ilyes, 17 ans, en première S option science de l’ingénieur, à Dreux, se prépare aux épreuves du baccalauréat de français. « J’ai passé deux bac blancs. Les révisions constituent une période difficile mais le jour J est bien plus éprouvant et stressant. Il faut restituer toutes ses connaissances en 4 heures pour l’écrit et 1 heure pour l’oral. Ce sont donc pour moi des heures où l’on ne pense à rien d’autre qu’à sa copie ! Et l’estomac me parait assez secondaire ! », explique le lycéen. « Je ne peux m’empêcher de dire al hamdulillah, puisque mes examens ont lieu pendant Ramadan, période de méditation durant laquelle les invocations sont multipliées ! Ce ne sont que cinq heures en tout : pas de quoi mourir de faim ! », ironise-t-il.

Rester concentré

Leila, 18 ans, en terminale L à Saint-Denis, est « prête pour passer le bac ainsi que l’épreuve spirituelle. Je m’obligerai à me réveiller pour le shour (repas de l’aube, ndlr) », dit-elle avec une petite grimace. « Habituellement, je ne prends pas de petit déjeuner, plutôt un encas à 10 heures. Là, ce ne sera pas possible. » Sa principale préoccupation pour tenir et rester concentrée « sera de gérer mon ventre ». Leila envisage même de « prendre des conseils auprès d’une nutritionniste, amie de la famille ».

Bon élève et confiant, Mehdi, 18 ans, de Saint-Ouen, se prépare pour le bac S. Pour lui, « le Ramadan n’est pas un souci. On a eu un échantillon l’an dernier pour le bac de français. Je travaille régulièrement. Je ne serai pas épuisé par les révisions », affirme-t-il en souriant. « Mais je ne ferai pas les tarawih (prières nocturnes durant le Ramadan, ndlr). Il me faudra dormir. »

Reporter son jeûne ?

« Entrainée lors des brevets blancs », Soundousse, en troisième, à Dreux, a déjà « testé ma capacité à jeûner dans les conditions d’examen. Ce n’était pas si difficile ». Entre camarades de classe, le sujet a été soulevé : « Les garçons ont peur de rater leur brevet s’ils ne mangent pas. Les filles sont davantage pour le jeûne », évoque-t-elle. « Pour certains parents de mes camarades, il n’y a pas de problème à manger les jours d’examen, puisque c’est ponctuel. »

Si les élèves sont « stressés », les parents sont là pour les conseiller. Samy, de Courbevoie, père d’un lycéen et d’un étudiant dans une grande école, conseille à ses deux fils de ne pas jeûner lors des examens. « Ils ont toujours eu le choix. Mais je leur ai conseillé de ne pas le faire, parce que j’estime que l’on n’est pas complètement en possession de ses moyens physiques et intellectuels pour bien réfléchir et passer ses examens dans les meilleures conditions. En revanche, j’insiste sur le fait de rattraper les jours de jeûne plus tard. » Samy note que ses « garçons se préparent normalement et n’ont aucune appréhension si ce n’est celle qu’a tout élève à l’approche des examens ».

Tenir le rythme

Outre les examens, des lycéens et des étudiants seront en stage en entreprise pour valider leur année. Devant effectuer trois semaines de stage dans une société à 36 km de son domicile, Élias, 17 ans, scolarisé dans un lycée professionnel de Dreux, fait part de son inquiétude de ne pas tenir le rythme s’il jeûne. Salah, son père, pense qu’il devrait « reporter son jeûne », ajoutant : « Nous avons des facilités dans notre religion. »

Bien qu'une fatwa autorisant les candidats à des examens importants à rompre le jeûne ait été émise cette année, la plupart des élèves de confession musulmane semblent vouloir passer leurs examens en observant le jeûne. Ils y voient même « une belle occasion pour faire des invocations qui aideront les révisions ».

Des révisions régulières et studieuses, une bonne gestion du sommeil, une alimentation saine et équilibrée seront les bons atouts pour décrocher les diplômes tout en ayant jeûné.

Première parution de cet article dans Salamnews, n° 58, juin-juillet-août 2016.





Loading










Nos services web

Recevez le meilleur de l'actu