Connectez-vous S'inscrire






Ramadan

Ramadan : préserver sa santé, une obligation au-dessus du jeûne

Rédigé par Hanan Ben Rhouma | Lundi 6 Juin 2016

Le jeûne du Ramadan est une obligation pour tout musulman, homme ou femme pubère, en bonne santé physique et sain d'esprit. Mais préserver sa santé est tout autant un devoir auquel le jeûne ne doit pas nuire. Le point avec Dalil Boubakeur, recteur de la Grande Mosquée de Paris et médecin de profession.



Ramadan : préserver sa santé, une obligation au-dessus du jeûne
Alors que le mois du Ramadan a cours pendant les journées les plus longues de l’année, « ceci nous amène à insister fortement sur les conditions médicales de santé recommandés pour le jeûne mais aussi sur l’abstention de jeûne », fait part le recteur de la Grande Mosquée de Paris Dalil Boubakeur, médecin de profession. Une abstention à laquelle ceux qui ont des maladies chroniques comme le diabète ou encore des insuffisances cardiaques et rénales sont en effet tenus de se plier pour éviter toute complication médicale nuisible à la santé du musulman.

« On voit souvent des malades jeûner malgré l’avis des médecins. Mais Dieu demande à ce qu’on préserve sa santé, Il n’a pas envoyé l’islam pour faire des hommes malades mais, au contraire, des hommes forts avec de bonnes conditions de santé pour vivre l’islam », lance-t-il, en particulier à l’adresse de « ceux qui abusent du Ramadan alors qu’ils sont malades et qu’aucun médecin ne les autorise à jeûner ».

Le devoir de garder le corps en bonne santé

Mettre sa santé en danger est « haram », rappelle l'ex-président du Conseil français du culte musulman (CFCM) : « Nous avons des devoirs envers notre corps car il ne nous appartient pas, il appartient à Dieu et Il ne nous a pas donné de corps pour l’humilier, le rendre malade ou lui refuser les devoirs que les gens connaissent mal alors que chaque partie du corps sera amené à témoigner le Jour dernier. Il s’agit d’éviter une plainte vis-à-vis de soi. Il y a toute une éthique du corps humain en médecine musulmane. La santé en islam est le résultat d’un équilibre. »

« L’islam n’est pas une religion qui vise à faire souffrir les musulmans. (…) Il y a plein d’exemptions de jeûne », souligne Dalil Boubakeur. Mis à part la maladie, le voyage fait partie des exemptions de jeûne. A l’heure où se joue l’Euro, le championnat d’Europe de football en France, qu’en est-il du cas des sportifs français de confession musulmane ? « Nous n’entrons pas dans le débat de savoir s’ils doivent jeûner ou non. S’ils le veulent et qu’ils le peuvent, qu’ils le fassent ; s’ils ne le font pas, c’est entre lui et le Seigneur qui jugera mais il devra remplacer chaque jour manqué par un autre en cas d’impossibilité », indique le recteur de la Grande Mosquée de Paris.





Loading










Nos services web

Recevez le meilleur de l'actu