Connectez-vous
Islam | Musulman | Toute l’actu sur Saphirnews.com
Facebook
Twitter
Google+
Dailymotion
YouTube
Rss





Points de vue

Quand les non-musulmans invoquent Allah

Par Seyfeddine Ben Mansour

Rédigé par Seyfeddine Ben Mansour | Jeudi 28 Juin 2012



Quand les non-musulmans invoquent Allah
Etienne Naveau, chercheur affilié au CNRS, a présenté à la Maison de l’Asie, le 31 mai dernier, une communication intitulée « L’intraduisible nom de Dieu. Le contrôle du vocabulaire théologique chrétien par les autorités malaisiennes ».

Le 31 décembre 2009 en effet, la Cour suprême de Malaisie mettait fin aux mesures interdisant aux non-musulmans d’employer dans leurs publications des termes considérés comme « spécifiquement musulmans », parmi lesquels le nom Allah.

Le terme, issu de l’arabe, est pourtant le mot malais qui signifie en propre « Dieu », et, à ce titre, a toujours été employé dans les Bibles en malais.

La décision de justice a donné lieu quelques jours plus tard à de violentes attaques contre des églises du pays, dues à des musulmans radicaux.

Etienne Naveau a souligné à cet égard la « fureur de se distinguer » propre à certains musulmans. Il conviendrait sans doute d’y ajouter la « fureur de distinguer », si commune en Occident lorsqu’il s’agit d’islam. En effet, pour beaucoup, Allah désigne « le Dieu des musulmans ». Ce qui est doublement faux. Tout d’abord, du point de vue musulman, l’islam étant une religion universelle, il n’est qu’un Dieu, et il est celui de tous les hommes, qu’ils suivent, ou non, les enseignements de Son Prophète.

Allah, Dieu des juifs, chrétiens et musulmans…

Ensuite, comme l’illustre le cas malais, pour nombre de fidèles d’autres religions, le terme Allâh (sous ses différentes formes locales) est le nom par lequel chacun, de manière exclusive ou non, désigne, invoque, prie Dieu l’Unique.

C’est notamment le cas des arabophones non musulmans, qu’ils soient Arabes chrétiens, Juifs mizrahim, ou encore Maltais (Européens catholiques parlant un idiome dérivé de l’arabe tunisien, et dans lequel Dieu se dit « Alla » et carême, « ramdan »). Il s’agit là d’un phénomène d’acculturation lié à l’expansion de la civilisation islamique, et, plus précisément, à la diffusion de la langue qui en constitue le support conceptuel, l’arabe.

Car le nom Allâh est avant tout un nom arabe. Etymologiquement, il s’agit de la contraction de l’article défini al-, « le », et du nom commun ilâh, « dieu » : « le dieu ».

Allâh désignait en effet, à l’époque anté-islamique (al-Jâhiliyya) une divinité polythéiste de rang supérieur au sein d’un panthéon mecquois : le père des trois déesses al-Lât, al-’Uzza et Manât. Lors de la révélation de la sourate de « L’Etoile » (LIII), Satan (Iblîs) aurait dicté au Prophète des versets recommandant qu’on rende un culte à ce que les Mecquois appelaient les « filles d’Allâh » dans un récit considéré comme faux, et que relate sans y apporter sa caution l’historien et exégète at-Tabarî. Ces versets, d’abord prononcés, seront abrogés après l’intervention de Gabriel. Il s’agit des fameux « versets sataniques ».

Le biographe du Prophète Ibn Hishâm (m. 833) et l’exégète al-Baydhâwî (m. 1287) rappellent par ailleurs que, lors du traité de paix de Hudaybiya conclu en 628 entre Muhammad et les païens, les Mecquois avaient refusé la formule Bi-smi Llâhi ar-Rahmâni ar-Rahîm, voyant dans l’appellatif ar-Rahmân une « invention » du Prophète. Le compromis a consisté à la remplacer par Bi-smika yâ Allâh, « En ton nom, ô Dieu », vieille forme mecquoise.
Enfin, on se souvient que le nom du père du Prophète lui-même était ’Abd Allâh.

Avec l’avènement de l’islam, le nom Allâh désignera un sens radicalement autre : Dieu l’Unique, expression la plus pure du monothéisme, Dieu universel auquel sont attachés « les plus beaux attributs » (VII : 180), ces 99 épithètes qui permettent à l’esprit humain d’appréhender malgré sa finitude l’Etre parfait qui subsiste par lui-même.
Le nom Allâh est désormais suivi des formules ’azza wa-jalla, « grand et majestueux », ou jalla jalâluhu, « grande est Sa majesté ».



Seyfeddine Ben Mansour


Points de vue | Débats Interactifs | Chroniques




Loading


Inscription à la newsletter





L'actu vue par Yace