Connectez-vous S'inscrire






Arts & Scènes

Nadia Roz : « Je crois aux bienfaits de la gentillesse »

Rédigé par Fatima Khaldi | Vendredi 13 Novembre 2015

Nadia Roz a été révélée au grand public en juin par le Marrakech du Rire 2015, mais elle officie dans l’humour depuis quelques années déjà. A l’heure où les femmes s’imposent sur les planches du rire, Nadia Roz nous invite à faire la connaissance de personnages hauts en couleurs : de sa tata Zoumeta, coach sportif pour femmes au foyer, à sa cousine qui traîne à Pôle Emploi, en passant par la princesse Disney déjantée et malicieuse, la comédienne nous amuse autant qu’elle nous émeut. Rencontre.



La comédienne Nadia Roz © Rachel Sadeddine
La comédienne Nadia Roz © Rachel Sadeddine

Saphirnews : A quel moment vous êtes-vous dit « Je veux être comédienne » ?

Nadia Roz : Depuis toute petite. Mais je pensais aussi que ce n’était pas un métier sérieux, j’ai donc voulu travailler dans la « vraie vie », avant que l’appel ne soit trop fort. Après un bac L, une fac de ciné à la Sorbonne Nouvelle, j’ai travaillé un peu comme secrétaire, j’ai fait de l’intérim… J’ai réalisé que je m’ennuyais et me suis dit : « On va quand même essayer de faire de la comédie ».

A quel moment vous êtes-vous dit « Je suis drôle » ?

Nadia Roz : J’ai toujours pratiqué l’humour. Depuis toute petite. J’ai toujours eu conscience que c’était un super pouvoir. L’humour est très important dans notre culture orientale. On désamorce beaucoup de choses avec l’autodérision. Il y aussi les femmes arabes qui sont tellement drôles, il faudrait les filmer dans les familles, lorsqu’elles sont entre elles, qu’elles se lâchent, qu’elles dansent, qu’elles font des sketchs. Ma tata Zoumeta (l’un des personnage du spectacle, ndlr) est un extrait de la puissance comique des femmes… J’ai toujours baigné dans l’univers de l’humour. J’ai des parents drôles et j’ai compris très tôt que l’humour ouvrait des portes. Je le pratique dans ma vie de tous les jours. J’adore.

Quand avez-vous vraiment mis le pied à l’étrier ?

Nadia Roz : J’ai commencé en 2008. J’ai eu la chance de monter mon premier spectacle. Quand je suis arrivée dans le métier, il n’y avait pas beaucoup de filles. Nous étions quelques-unes. C’était l’avènement de Florence Foresti. Elle mettait tout le monde d’accord sur l’idée que les filles aussi pouvaient être drôles. Elle a pris la place de la patronne de l’humour en France. Elle a dépassé les garçons. C’est à ce moment là qu’on a commencé à s’intéresser un peu plus aux filles. On m’a appelé tout de suite sur plein de scènes et de plateaux. J’ai fait de la tournée assez vite. J’avais à peine trois mois de carrière que je me suis retrouvée à faire la première partie à l’Olympia du Festival Paris fait sa comédie. J’ai travaillé deux ans en autoproduction, puis j’ai eu de la chance de trouver une production qui a cru en moi. J’ai fait aussi une parenthèse pour faire mon petit bébé. Je suis donc maman…

La maternité n’est pas un sujet que vous abordez beaucoup dans votre spectacle. Pourquoi ?

Nadia Roz : J’ai toujours eu beaucoup de mal à parler de ma vie privée. C’est peut-être dû a ma culture. J’ai fini par lâcher prise, car être maman est une aventure tellement incroyable qu’il fallait que j’en parle un peu. Cela fait partie de moi maintenant et c’’est vrai que, sur scène, je me dévoile un petit peu plus, même si ce sont des personnages. On me découvre quand même un peu à travers eux. Dans mon spectacle, je compare la maternité à une remise de prix, parce que dans ce sketch là, il y a des passages que j’ai vraiment vécu.

On aurait pu croire aussi que vous ne voulez pas aborder ce sujet, car Florence Foresti l’a déjà fait…

Nadia Roz : Non. Peu importe ce que font les autres, mes envies ne sont pas calés sur ce qu’ils font. Si j’ai envie de parler d’un sujet, je le fais. Je n’ai pas la prétention de dire que je vais faire un truc nouveau, car je sais que tout a été fait. Mais rien n’a été fait par moi encore. Il faut oser. On se met souvent des barrières pour pas grand-chose.


Dans ce spectacle, il y a beaucoup de femmes. Sont elles inspirées de votre entourage ou sont-elles totalement fictives ?

Nadia Roz : A votre avis ? (rires) Il y a un peu des deux. Ma tata Zoumeta est un mélange de mes tantes et de femmes que j’ai pu rencontrer. J’ai beaucoup joué pour des associations de femmes, ça m’a permis de croiser des personnages incroyables. Il y a du vrai, du fantasmé, mais au final, on la connait, car on a toute une tata Zoumeta dans notre entourage. Quand au personnage de ma cousine, elle est inspirée de copines du collège. Elles sont maman aujourd’hui et c’est drôle de constater qu’elles continuent à parler de cette manière. Ce sont des personnages très attachants.

Avec ce genre de personnage, vous n’aviez pas peur que ce soit justement trop caricatural ?

Nadia Roz : Non, le mot caricatural ne me fait pas peur. Dans ma formation de théâtre, j’ai fait de la Comedia dell'arte où on travaille des personnages hyper caricaturaux, hyper marqués avec des caractéristiques très fortes. Arlequin est une « caillera », je trouve ! C’est quelqu’un de la rue qui a du bon sens, qui est vif… Et ma cousine « caillera » est un arlequin des temps modernes. Quant à tata Zoumeta, c’est plus un capitaine, elle a l’impression d’en savoir plus que tout le monde... Elle fait un peu la maligne comme ça, mais elle a un cœur énorme. Les clichés ne me gênent pas car j’ai envie de faire ce qui m’amuse.

Nadia Roz : « Je crois aux bienfaits de la gentillesse »

A travers elles, on ressent comme un message féministe très fort. Est-ce volontaire ? Est-ce quelque chose d’important pour vous ?

Nadia Roz : Je ne porte pas le féminisme en bannière. Je pense que je l'ai digéré. Ce mot ne me fait pas peur, car j’ai eu beaucoup de féministes autour de moi. Ma mère est une féministe dans le sens pragmatique du terme, car elle s’est battue pour sa liberté, entravé un moment donné. Elle s’est battue pour vivre, pour donner à manger à ses enfants, pour payer un loyer. C’est une femme forte. J’ai l’impression d’avoir intégré tout ça et je n’ai pas envie d’avoir à me justifier de défendre les droits de la femme. Parce que si on ouvre un peu les yeux, on est tous d’accord pour dire qu’il y a des problèmes. Être féministe, c’est comme être antiraciste. J’ai eu des femmes très fortes autour de moi, des femmes en souffrance aussi et c’est peut-être ce qui m’influence.

Je suis toujours fascinée, impressionnée par les femmes qui se sont battus et qui s’en sortent. Quand vous parlez avec des grands-mères et qu’elles vous racontent les vies qu’elles ont vécues, comment elles ont tenu des maisons avec dix enfants... Cette force là me fascine. Ce n’est pas un gros mot de dire qu’il faut défendre les femmes.

Quel message avez-vous envie de transmettre quand vous êtes sur scène ?

Nadia Roz : J’ai envie de transmettre un moment de partage. J’envisage vraiment le spectacle comme une fête où on est tous ensemble, où il peut se passer des choses dans la salle. C’est un moment de communion, de convivialité entre nous. C’est l’occasion de dire : vous voyez, nous pouvons être tous ensemble, nous pouvons être tous différents et rire des mêmes choses, c’est possible. C’est là que réside ma plus grande joie dans ce spectacle.

Pensez-vous que l’humour et la politique soient compatibles ?

Nadia Roz : A mon niveau non. Je n’en ai pas envie, je n’en ai pas les épaules et ça ne m’intéresse pas. Ce n’est pas mon travail. J’ai envie d’interpréter des rôles, de faire passer des émotions. Ce n’est pas ce que les gens viennent chercher chez moi et ce n’est pas ce que j’ai envie de transmettre tout simplement.

Après tata Zoumeta et la cousine, on découvre le personnage de Blanche Neige, surprenant, tout en légèreté et en chanson, et quelle voix !

Nadia Roz : J’adore chanter, j’adore être sur scène. Être artiste pour moi, c’est pouvoir faire plein de choses différentes dans la mesure du possible. Ne pas s’en priver est le plus grand des bonheurs et des privilèges. Je chante, mais je me cache derrière l’humour, car si ce n’est pas juste, ce n’est pas grave, je suis comique ! J’ai cette caution là qui me permet d’oser. Je chante sans pression et avec plaisir.

Il y a aussi le personnage de la fille qui rêve et qui se fait beaucoup de films. Vous retrouvez-vous un peu en elle ?

Nadia Roz : Evidemment. Je rêve tout le temps et j’espère que ça ne s’arrêtera pas. J’ai tendance à me faire des films mais je pense que nous le faisons tous.

Quels sont les moments où vous aimez vous réfugier dans vos rêves ?

Nadia Roz : Les moments de stress, les moments où j’ai besoin de me déconnecter. Je fais de la sophrologie, qui consiste beaucoup à faire des projections d’images et mentales sur des situations qu’on appréhende. J’ai découvert ça avec ma grossesse et je continue de le pratiquer pour ma vie de comédienne. Ça aide beaucoup quand, par exemple, j’ai une échéance un peu stressante ou une grosse émission télé. (...) J’essaie d’éviter de communiquer mon stress et je travaille aussi à l’évacuer, parce qu’il ne faut pas garder tout ça.

On vous retrouve également sur le petit écran, avec une série où vous incarnez le personnage de Cléopâtre.

Nadia Roz : Oui, il s’agit de la série Peplum sur M6. J’ai eu le grand bonheur d’être invitée à jouer la reine d’Egypte dans deux épisodes qui ont, contre toute attente, incroyablement buzzé. J’ai été invitée sur plusieurs émissions pour faire la promo de la série car le personnage a beaucoup marqué. On croise les doigts pour une saison 2 où Cléopâtre prendrait un peu plus de place.

Vous avez fait le Marrakech du rire cet été. Pensez-vous que cela à donné un coup de boost a votre carrière ?

Nadia Roz : Enormément. Ça m’a ramené beaucoup de gens au spectacle et il y en a beaucoup qui viennent me voir à la sortie du théâtre pour me dire : « On vous a découvert au Marrakech du Rire, on a eu envie de voir le spectacle ».

Pourquoi avoir intitulé le spectacle « Ça fait du bien » ?

Nadia Roz : Nous sommes dans une période anxiogène, lourde de sens. J’ai l’impression qu’on a passé un cap et que c’est dur. Je pense que c’est maintenant qu’il faut qu’on se mobilise et qu’on affirme qu’on est vivants, qu’on a besoin de se mélanger et de partager. Sortons, rions, débattons, parlons. Il ne faut pas s’enfermer.

Est-ce compliqué de dire des choses qui font rire dans un contexte anxiogène justement ?

Nadia Roz : Il y a eu des moments où c'était compliqué, mais il faut garder le sourire. C’est ce que je dis d’ailleurs à la fin de mon spectacle. Je pratique le sourire au quotidien. Quand la boulangère fait la tête, je lui sors mon plus beau sourire pour désamorcer le truc et ça marche ! Je crois aux bienfaits de la gentillesse sans être un bisounours bien sûr, mais je crois à ce pouvoir là…

Quels sont les artistes qui vous inspirent ?

Nadia Roz : Ma référence ultime est Charlie Chaplin. Chez les Arabes, on regardait beaucoup les films de Charlie Chaplin car il n’y aucune scène osée. Et comme ça ne parlait pas, tout le monde pouvait comprendre. Le génie comique de ce mec là et sa force étaient d’aborder des sujets hyper graves. Il parlait de la pauvreté, du chômage, de l’exclusion sociale. C’est ce personnage de clochard qui en prend plein la gueule mais qui a toujours son petit sourire, sa petite canne et sa façon de marcher d’un pas léger, tout en voyant le bon côté des choses qui m’inspire !


Spectacle « Ça fait du bien »
Jusqu'au 9 janvier 2016
Théâtre Apollo
18 rue Faubourg du Temple, Paris 11e.
M° République.
A partir de 15 €





Loading










Nos services web

Recevez le meilleur de l'actu