Connectez-vous S'inscrire






Société

Mariage gay : les musulmans appelés à rejoindre « la Manif pour tous »

Rédigé par Maria Magassa-Konaté | Mercredi 9 Janvier 2013

Après le succès de « la Manif pour tous » en novembre 2012, les opposants au mariage et à l’adoption des couples du même sexe prévoient une nouvelle mobilisation nationale dimanche 13 janvier, à Paris. Une initiative soutenue par l’Union des organisations islamiques de France (UOIF) et le groupe Fils de France, qui incitent les musulmans à participer massivement à ce grand rassemblement.



Mariage gay : les musulmans appelés à rejoindre « la Manif pour tous »
« La Manif pour tous » du 13 janvier, à Paris, s'annonce d’une grande ampleur. Les organisateurs, regroupés au sein du collectif de « La Manif pour tous », espèrent mobiliser encore plus de citoyens que lors la manifestation du 17 novembre, qui avait rassemblé 100 000 personnes dans toute la France. Trois cortèges sont prévus dans la capitale au départ de Porte Maillot (XVIIe), de Place d'Italie (XIIIe) et de Denfert-Rochereau (XIVe), pour rallier le Champ-de-Mars (VIIe).

De son côté, le gouvernement est déterminé à ce que le projet de loi sur le mariage pour tous, qui sera présentée à l’Assemblée nationale fin janvier, soit adopté mais ses opposants ont à cœur de faire entendre leurs voix dans cette bataille idéologique qui fait rage depuis plusieurs mois. Une bataille dans laquelle l’Union des organisations islamiques de France (UOIF) a choisi d’entrer en appelant les musulmans à participer à « La Manif pour tous » du 13 janvier.

L’UOIF appelle à manifester

« L’UOIF soutient la démarche du collectif "La Manif pour tous" et invite les musulmans de France, les organisations et l’ensemble des citoyens, de toutes confessions, à participer au grand rassemblement national du dimanche 13 janvier 2013, à Paris », a-t-elle fait savoir dans un communiqué de l’association, daté du 4 janvier et titré : « Appel à manifester ».

« Ce projet de loi, s’il vient à passer, va irrémédiablement et dangereusement bouleverser les structures familiales, sociales, ainsi que le Code civil », redoute l’UOIF, qui « appelle de ses vœux à un véritable débat de société et à la mise en place d’un référendum sur ce sujet ».

« Nous avons lancé cet appel en soutien à la manifestation portée par le collectif de "La Manif pour tous" mais nous n’en sommes pas à l’initiative », nous précise Ahmed Jaballah, le président de l’UOIF. Pas plus impliquée que cela, l’UOIF ne met en place aucune logistique pour permettre aux membres associatifs de province de venir manifester à Paris. « Chaque ville s’organise comme elle le peut en s’approchant du collectif "La Manif pour tous" ».

Toutefois, il est important que « les musulmans en tant que citoyens puisent s’exprimer, manifester, montrer leur point de vue », estime M. Jaballah, qui nous annonce qu'il participera « très probablement » à la manifestation du 13 janvier.

Dans une tribune intitulée « Un débat pour tous » parvenue à Saphirnews, des citoyens de confession musulmane appellent également les musulmans à prendre part à cette mobilisation. « Afin de satisfaire des intérêts catégoriels, il (François Hollande, ndlr) prend le risque de bouleverser le cadre traditionnel de la famille, pilier majeur de la cohésion de toute nation », indiquent-ils.

Une organisation musulmane est toute particulièrement investie dans ce combat. Il s’agit du club de réflexion musulman Fils de France, qui se réclame des mouvements souverainistes. « La mobilisation des musulmans de France est essentielle afin de rejoindre la pluralité des initiatives républicaines de tous horizons. Les musulmans de France sont massivement opposés à ce projet de loi. Faisons-le savoir ! », indique son président Camel Bechikh, co-organisateur de la manifestation du 13 janvier comme ce fut déjà le cas lors de la première grande mobilisation du 17 novembre.

L’adoption en ligne de mire

Plus que l’union entre deux personnes du même sexe, déjà rendue possible avec le PACS, les opposants à cette loi rejettent avant tout la possibilité faite aux couples homosexuels d’adopter des enfants. Parce que le socle familial traditionnel est remis en cause, les associations de défense des enfants se mobilisent largement dans ce combat. Frigide Barjot, l’une des porte-paroles médiatiques du collectif, fondatrice de l'association Pour l’Humanité Durable, dénonce ainsi une loi qui veut « nier la reproduction humaine et inventer une nouvelle filiation ».

Pour Tareq Oubrou, le recteur de la mosquée de Bordeaux, l’adoption par des couples homoparentaux est le cœur du projet de loi car le mariage est une institution en faillite. Ce qui pose grandement problème, d’autant plus qu’en islam, « même dans un mariage hétérosexuel, l’adoption n’est pas possible », rappelle-t-il. En effet, l’adoption plénière n’est pas autorisée dans la religion musulmane. C’est pour cela que l’enfant adoptif doit conserver le nom de ses parents biologiques pour garder un lien de filiation avec eux. L’interdiction du mariage homosexuel et celle de l’adoption d'enfants par des couples homosexuels font par ailleurs l’objet d’« un consensus », d’« un ordre immuable » dans l’islam, commente M. Oubrou.

Cependant, à Bordeaux, ce membre de l’UOIF n’appelle pas pour autant les fidèles à descendre dans les rues. Ce ne sera pas non plus son cas. « Je ne suis pas un homme de manifestation, mais je défends l’idée de principe de manifester pour ses idées », indique-t-il.

Pas d’appel des instances religieuses

Comme le rappelle M. Oubrou, l’opposition à cette loi fait l’objet d’une quasi-unanimité dans la communauté musulmane française.

Avant d’appeler à la mobilisation, l’UOIF avait déjà exprimé son opposition à cette loi dans une tribune, à l’instar du Conseil français du culte musulman (CFCM), qui avait fait part de ses arguments religieux, éthiques et juridiques pour affirmer « clairement son opposition au mariage de deux personnes de même sexe » en novembre dernier.

« Il a été rappelé que le Coran condamne fermement l’homosexualité considérée comme non conforme à la conception de la nature du mariage voulu par Dieu, qui consiste à l’union d’un couple (homme et femme) afin d’assurer la procréation et la perpétuation du genre humain », avait aussi déclaré, en août dernier, Dalil Boubakeur, le recteur de la Grande Mosquée de Paris.

Toutefois, malgré leur opposition à cette loi, le CFCM n’a lancé aucun appel à la manifestation du 13 janvier, qui se veut cruciale car elle intervient deux semaines avant la présentation du projet de loi à l’Assemblée nationale. Même son de cloche pour la Grande Mosquée de Paris, qui nous indique ne donner aucune consigne de manifestation en tant qu’« institution religieuse ».

Aucun responsable des principales religions, pourtant opposés au projet de loi n'a appelé à manifester, à l'exception du Conseil national des évangéliques de France (CNEF), une branche du protestantisme. Le cardinal-archevêque de Paris, Mgr André Vingt-Trois, qui s’est à plusieurs reprises prononcé contre la loi, ne participera pas à la manifestation mais n’exclut pas d’aller saluer les manifestants.

L'extrême droite mobilise aussi ses troupes

Déjà mobilisé dans des manifestations pour des causes « pour la Palestine » et la « loi sur le voile à l’école », Tareq Oubrou indique aussi être « intellectuellement engagé » contre ce projet de loi mais considère que les musulmans, qui ont voté en grande majorité pour François Hollande, doivent « assumer » leur choix politique.

Au final, participer à la « Manif pour tous » sera un choix personnel pour le croyant musulman désireux de défendre ses valeurs. Quitte à défiler en présence de... l’extrême droite qui sera largement représentée dans les cortèges et de militants du Bloc identitaire. Les membres de l'Institut Civitas, qui avaient agressé des féministes du mouvement Femen, lors de la première manifestation, prendront par ailleurs place dans leur propre cortège comme les éléments durs du Front national.

Au-delà de leurs idéaux politiques, les musulmans qui défileront dimanche 13 janvier auront surtout à cœur de montrer leur opposition à une loi qui va à l’encontre de leurs valeurs religieuses. Un droit fondamental à manifester qui leur avait été refusé après la publication des caricatures de Muhammad par Charlie Hebdo et de la vidéo islamophobe L'innocence des musulmans en septembre dernier.






Dans la même rubrique :
< >

Loading










Nos services web

Recevez le meilleur de l'actu