Connectez-vous S'inscrire






Politique

Législatives : vers une Assemblée nationale un brin colorée ?

Rédigé par Maria Magassa-Konaté | Jeudi 31 Mai 2012

Des personnalités aux origines maghrébine ou africaine réussiront t-elles à franchir le seuil de l’Assemblée nationale ? A moins de deux semaines des élections législatives, la question se pose. Martine Aubry, la première secrétaire du PS a annoncé, mardi 22 mai, que le parti présentera 25 candidats issus de la diversité. C’est plus qu’en 2007, où le nombre total de candidats issus de la diversité avait été un record mais où seule une candidate de la diversité avait été élue. De gros efforts restent cependant à faire dans tous les partis politiques traditionnels français.



Législatives : vers une Assemblée nationale un brin colorée ?
« Aujourd’hui, il y a une seule élue, George Pau-Langevin qui est aujourd’hui ministre. Nous aimerions arriver à au moins 10. Pour cela, il y a 25 candidats, dont 10 sont dans des bonnes circonscriptions », a déclaré Martine Aubry. En effet, même si dans les collectivités d’outre-mer on dénombre 15 députés antillais sur les 22 qui y sont désignés, en France métropolitaine on compte une seule députée antillaise George Pau-Langevin sur les 555 députés de la métropole à l’issue des dernières élections législatives de 2007. De plus, on ne compte aucun élu d’origine africaine ni maghrébine.

Face à ce constat, le Parti socialiste (PS) dit vouloir assurer des sièges de députés à des personnalités issues des « minorités visibles ». Le parti a réservé des circonscriptions à des candidats de la diversité pour arriver à ce chiffre de 25, dont est fière Martine Aubry, mais qui paraît insignifiant comparé à l’objectif que s’est fixé le PS. En effet, le PS vise pas moins de 300 sièges de députés pour s’assurer une majorité à l’Assemblée nationale et pouvoir mettre en place toutes les propositions faites par François Hollande durant la campagne présidentielle.

Le chiffre de 25 ne pèse pas lourd, d’autant que peu d’entre eux ont des chances d’être élus.

Faites place aux candidats de la diversité !

Des circonscriptions ont été « gelées » pour laisser la place à des candidats issus de la diversité. Kader Arif, le nouveau ministre délégué aux Anciens Combattants, en fait partie. Il se présente dans la 10e circonscription de Haute-Garonne. C’est le cas également du médiatique Malek Boutih qui fait campagne dans la 10e circonscription de l’Essonne.

Du côté de l’UMP, on compte une quinzaine de candidats de la diversité aux législatives. Au parti de l’ancien chef de l’Etat, Nicolas Sarkozy, on assure que ce nombre « augmente d’année en année » mais que des circonscriptions ne sont pas réservées aux candidats de la diversité. Notons que ce sera sans compter sur Rachida Dati , qui a finalement renoncé à se présenter dans la 2e circonscription de Paris face à François Fillon qui y a été parachuté.

Au MoDem, on annonce « 10 % de candidats issus de la diversité ». Sans annoncer de chiffres, on sait par ailleurs qu’Europe Ecologie-Les Verts (EELV), le Front de gauche et les autres partis de gauche vont proposer plusieurs candidats de la diversité, sans parler des candidats indépendants.

Peu de sièges pour les députés de la diversité

SI les partis politiques font quelques efforts pour proposer plus de candidats de la diversité, ils ne les aident pas vraiment à intégrer l’Assemblée nationale. Les portes de l’hémicycle leur restent encore fermées. Les candidats des « minorités visibles » peinent à se faire élire car les partis politiques les présentent le plus souvent dans des circonscriptions où ils n’ont aucune chance d’être élus.

En 2007, les candidats issus de la diversité ont pu le constater. Ils avaient été nombreux à poser leurs candidatures : un record, disait-on (17 au PS, 15 à l’UMP, 28 au MoDem et plus de 70 au PCF) ; mais seule George Pau-Langevin, actuellement ministre déléguée à la Réussite éducative, avait accédé à l’Assemblée nationale. Des personnalités médiatiques comme le champion olympique de judo Djamel Bourras, désigné par le MoDem dans la 2e circonscription de Saint-Denis, n’avait pas convaincu.

Cette année, le scénario risque de se répéter. Mais ce n’est pas l’avis du PS qui se veut optimiste.
Sur les 25 candidats de la diversité, 10 ont des chances d’être élus, a assuré Martine Aubry. Pour Christophe Borgel, le secrétaire national du PS aux élections, il s’agit de : Kheira Bouziane (3e circonscription de Côte-d’Or), Sabrina Ghallal (1re de la Marne), Seybah Dagoma (5e de Paris), George Pau-Langevin (15e de Paris), Malek Boutih (10e de l’Essonne), Yacine Djaziri (4e des Hauts-de-Seine), Razzy Hammadi (7e de Seine-Saint-Denis), Chaynesse Khirouni (1re de Meurthe-et-Moselle), Kader Arif (10e de Haute-Garonne), Hélène Geoffroy (7e du Rhône) et Pouria Amirshahi (9e des Français de l’étranger).

Dans le meilleur des scénarios, ceux qui accéderont à l’Assemblée nationale ne seront donc qu’une poignée. D’autant plus que les candidats de la diversité encartés à l’UMP ont des chances quasi nulles d’entrer à l’Assemblée nationale. La plupart sont dans des circonscriptions difficilement gagnables. « Ce n’est pas un choix, c’est parce qu’ils sont issus de ces circonscriptions, ils n’y sont pas parachutés », justifie le parti politique. « S’ils sont candidats, c’est parce qu’ils sont dans l’appareil politique de la circonscription et non pas parce qu’ils sont issus de la diversité », explique-t-on.

Un combat face à la dissidence

Même quand ils sont en bonne positon, les candidats de la diversité doivent parfois mener un autre combat : prouver leur légitimité. Au PS, la place réservée aux candidats de la diversité fait grincer des dents certains. Conséquence : ils doivent faire face à des candidats dissidents.

En 2007, Malek Boutih en avait fait les frais, dans la 4e circonscription de la Charente. Il avait dû faire face à la candidature dissidente de Marine Pinville, qui l’avait remporté. Malek Boutih avait accusé François Hollande, alors premier secrétaire du PS, de l’avoir « envoyé au casse-pipe ».. Comme d’autres candidats de la diversité, il ne s’était pas du tout senti soutenu par son parti.
Pour les prochaines législatives, il a été investi après un vote des militants face à Fatma Ogbi, dans la 10e circonscription de l’Essonne, l’ancien fief de Julien Dray, réservé à la diversité. « Ce qui avait été vécu pendant des années comme un handicap en politique ne l’est plus », note Malek Boutih au sujet de la diversité.

Cette année, c’est Kader Arif qui devra faire face à la dissidence. Gilbert Hébrard et Daniel Ruffat, deux candidats PS dissidents, lui font face dans la 10e circonscription de Haute-Garonne. Le ministre délégué aux Anciens Combattants y joue sa place au gouvernement. En effet, Jean-Marc-Ayrault a prévenu que tout ministre battu aux législatives ne pourrait pas rester au gouvernement. La Franco-Marocaine Najat Vallaud-Belkacem ne prendra pas ce risque. La ministre des Droits des femmes et porte-parole du gouvernement a préféré retirer sa candidature aux législatives à Lyon.

Comme beaucoup de candidats de la diversité, la benjamine du gouvernement allait devoir se battre dans une circonscription « ingagnable » car les « minorités visibles » n’accèdent pas encore aussi facilement à l’hémicycle.
On l’aura compris, le jour où l’Assemblée nationale représentera toute la diversité de France n’est pas encore venu.






Loading










Nos services web

Recevez le meilleur de l'actu