Connectez-vous S'inscrire






Politique

Le Front national a-t-il changé ?

Rédigé par Pauline Compan | Mercredi 11 Janvier 2012

Le 16 janvier 2011, Marine Le Pen prend la tête du Front national (FN). Dans son discours d'intronisation, elle n'oubliera pas de remercier son père, Jean-Marie Le Pen, pour son engagement au sein du parti, qu'il a créé en 1972. Une façon de rendre hommage à une page qui se tourne ? La fille Le Pen est-elle en train de renouveler l'idéologie du FN ? Pour l'universitaire Emmanuelle Joseph-Dailly, le parti veut désormais reprendre en main son image. Néanmoins, les références sémantiques propres à la droite nationaliste sont toujours présentes dans le discours frontiste. Marine Le Pen s'appuie aujourd’hui sur un programme économique retravaillé, pour coller à un contexte social particulièrement difficile.



Marine Le Pen, présidente du FN.
Marine Le Pen, présidente du FN.
Pour les candidats à l'élection présidentielle, la chasse aux précieuses signatures d'élus entre dans sa dernière ligne droite. Ils ont jusqu'au 22 février pour déposer leurs 500 parrainages auprès du Conseil constitutionnel.

Fidèle à une tactique utilisée par son père, Marine Le Pen s'est inquiétée de ses difficultés à récolter, selon elle, les parrainages nécessaires. « Nous en avons moins qu'en 2007 à la même époque », a-t- elle affirmé.

Lors de ses vœux à la presse, le jeudi 5 janvier dernier, la candidate du Front national a voulu dénoncer un système « cadenassé » par le PS et l'UMP. « Elle s'est de manière habituelle placée dans une position de victime, une stratégie classique au sein du Front national», analyse Emmanuelle Joseph-Dailly, diplômée de l'EHESS et à l’origine d'une enquête de terrain sur les militants du FN,.

Déjà, son père, Jean-Marie Le Pen, se plaignait de la diabolisation de son parti par les médias et la classe politique. Est-ce le signe d'une certaine « continuité » de l’héritage de Le Pen sur sa fille ? Qu'est-ce qui a changé au Front national depuis la prise de pouvoir de Marine Le Pen ? Car si la partie économique du programme électoral du FN a été complètement revisitée, Marine Le Pen n'en a jamais renié l'héritage idéologique.

Cependant, elle tente aujourd'hui une « dédiabolisation » du FN, selon le terme consacré, en misant sur des efforts d'image, de communication et un discours toujours accusateur envers un système corrompu et élitiste.

Les nouveaux habits d'une stratégie économique revisitée

« Marine Le Pen semble avoir clairement rompu avec les idées ultralibérales de son père », pointe Emmanuelle Joseph-Dailly. Le nouveau programme économique du FN plaide pour un État fort et protecteur. A la faveur d'une conjoncture économique difficile due à la crise de la dette, le FN s'affirme désormais comme un pourfendeur de l'Etat libéral et capitaliste. Très critique envers les accords de Schengen et l’euro, Marine Le Pen accuse l’Europe d’avoir largement contribué à la perte de souveraineté de la France et à la croissance morose de ces dernières années.

Un revirement qui se retrouve aussi dans le rapport aux fonctionnaires. Alors que le programme de Jean-Marie Le Pen présentait à l’époque l’Éducation nationale comme un repère « de professeurs marxistes», « Marine Le Pen prétend désormais défendre les professeurs et les retraites », continue Emmanuelle Joseph-Dailly, alors que le parti n'avait pas pour habitude de s'en préoccuper. Un changement de bord opportuniste ? « Même si le contexte économique peut faire penser à une opportunité de conjoncture, Marine Le Pen peut aussi exprimer des convictions propres », tempère la chercheuse. « Elle s'est, par exemple, exprimée en faveur de la retraite à 60 ans, alors que son père militait pour une retraite à 65 ans. »

Parallèlement, lorsque Marine le Pen a dû choisir entre son mandat de conseillère municipale de Hénin-Beaumont et son mandat de député européen, elle est restée à Strasbourg. « Un choix incohérent avec les idées présentées contre l'Europe dans son programme », commente Emmanuelle Joseph-Dailly.

Une continuité d'idées qui ne trompe personne

Fidèle à une certaine tradition d'idées, le programme du FN version 2012 conserve une forte hostilité à l’encontre de la discrimination positive, quand bien même la préférence nationale est une composante assumée du programme FN. De plus, une telle discrimination est proposée envers les femmes. En effet, « le programme, propose aux femmes de bénéficier de tous les avantages d’un travail salarié en restant à la maison, mais n’étend pas cette mesure aux pères de famille qui souhaiteraient faire ce choix », rappelle Emmanuelle Joseph-Dailly.

Mais cette vision du monde correspond aux valeurs des droites nationalistes traditionnelles. « Les têtes pensantes du FN sont pour la plupart issues de familles qui partagent des valeurs autoritaires», constate Emmanuelle Joseph-Dailly, qui a travaillé sur les « diplômés du FN ».

D'ailleurs, les élites du Front ont toujours été associées aux instances décisionnelles du parti, tout en restant dans l'ombre pour permettre au FN de coller à l’image d'un parti populaire.

Ces diplômés partagent avec la base un vocabulaire aux connotations spécifiques. Le thème de la liberté d'expression est ainsi utilisé par le FN pour dénoncer l'omerta médiatique et politique dont le parti se dit victime. « Le mot vérité est également très utilisé ; il s'oppose aux mensonges dont les technocrates abreuveraient quotidiennement les citoyens », explique la chercheuse.

Une image qui se veut soignée

Désormais, un contrôle nouveau de l’image du FN et de ses militants auprès du grand public entend masquer cette continuité dans les idées. Si les efforts déployés par Marine Le Pen pour présenter une image moins sulfureuse que son père sont visibles sur tous les plateaux de télévision, ceux-ci ne s'arrêtent pas là.

« En 2011, lors de la traditionnelle manifestation du 1er mai, les participants au défilé étaient surveillés de près par les membres du service de sécurité du FN, les DPS (Défense, Protection, Sécurité), qui avaient pour consigne de veiller à dissimuler tous les symboles de type skinheads ou néo-nazis », explique Emmanuelle Joseph-Dailly.

Marine Le Pen, elle-même, évite de s'étaler à commenter ce genre de pratiques. Pourtant, cette branche reste active au sein du parti et constitue toujours une réserve de voix. Les fondements problématiques du parti sont donc toujours bien présents.







Loading














Recevez le meilleur de l'actu