Connectez-vous S'inscrire






Société

La jeunesse : une priorité délicate pour François Hollande

Rédigé par Maria Magassa-Konaté | Mardi 22 Mai 2012

François Hollande veut faire de la jeunesse sa priorité. Tout au long de la campagne présidentielle, le candidat socialiste a répété qu’il mettrait la jeunesse au cœur de l’action publique. Une fois élu, le Président de la République n’a pas changé de cap. Pour preuve, le ministère de l’Education nationale arrive au 3e rang protocolaire dans la liste des ministères dévoilée mercredi 16 mai.



La jeunesse : une priorité délicate pour François Hollande
Vincent Peillon prend les rênes du ministère de l’Education nationale.

Le professeur de philosophie a été le responsable du pôle éducation dans l’équipe de campagne du candidat socialiste. Il devra mettre en place les propositions faites par François Hollande tout au long de la campagne présidentielle. Une mission difficile car les réformes de l’Education nationale suscitent souvent des rejets, mais importante car la jeunesse française est au plus mal.

60 000 postes en plus dans l’Education nationale

« Je veux redonner confiance dans l’avenir et retrouver la promesse républicaine, et d’abord pour notre jeunesse. En permettant à chaque génération de vivre mieux que la précédente. », c’est le but que s’est fixé François Hollande. Pour y parvenir, il a dégainé plusieurs propositions à destination de la jeunesse dans son programme.

Premier point : François Hollande souhaite créer en 5 ans 60 000 postes supplémentaires dans l’Education nationale. Cette mesure importante devrait couvrir tous les métiers et un prérecrutement des enseignants avant la fin de leurs études sera mis en place.

Du côté de l’enseignement supérieur, le président de la République veut garantir une plus grande autonomie aux établissements et créer une allocation d’études et de formation sous conditions de ressources dans le cadre d’un parcours d’autonomie. Son gouvernement tâchera également d’encadrer les stages « pour empêcher les abus » et abrogera la circulaire sur les étudiants étrangers instaurée par Claude Guéant, l’ancien ministre de l’Intérieur, qui voulait restreindre la possibilité pour les diplômés étrangers d'obtenir un statut de salarié après leurs études.

Concernant le grand chantier de l’insertion, François Hollande a promis deux grandes mesures phares. La première, le contrat de génération, a pour but de permettre à l’entreprise d’embaucher un jeune tout en conservant un senior dans l’ entreprise en la faisant bénéficier d’exonérations de charges pendant 3 ans sur les deux contrats. De plus, avec ce dispositif, le senior jouera un rôle de tuteur auprès du jeune.

La seconde mesure est celle des 150 000 emplois d’avenir, qui visent à faciliter l’insertion des jeunes dans l’emploi et l’action des associations. Elle sera menée en priorité dans les quartiers populaires.

Plus anecdotique, le président de la République veut garantir « pour tous les jeunes, valides ou non, la possibilité de pratiquer le sport dans un club ou une association ».

« Génération sacrifiée »

Toutes ces mesures sont très attendues car la jeunesse d’aujourd’hui rencontre plus de difficultés à s’insérer sur le marché du travail que les générations précédentes. Les jeunes sont les premières victimes de la crise économique. Le chômage des jeunes de moins de 25 ans ne cessent de s’aggraver. En mars 2012, le taux de chômage a augmenté de 1,2 % pour les moins de 25 ans (+ 4,3 % sur un an).

L’enquête « Génération » du Centre d’étude et de recherche sur les qualifications (Cereq), publiée en avril, souligne que « l’emploi précaire est devenu la norme pour les premiers emplois qu’occupent les jeunes ». L’étude réalisée au printemps sur un échantillon représentatif de 25 000 jeunes sortis de formation initiale en 2007 démontre que plus de la moitié des jeunes a connu le chômage au cours de ses 3 premières années d’activité.

Face à cette situation préoccupante − certains vont même jusqu’ à parler de « génération sacrifiée » −, François Hollande a donc décidé de mettre les moyens, bien que le pays soit endetté. La mise en place des contrats de génération devrait coûter 8 milliards d’euros. La création des 60 000 postes dans l’Education nationale devrait également faire grimper le budget de l’Etat.

Reste à savoir, si ces réformes pourront améliorer l’insertion professionnelle des jeunes. Nicolas Sarkozy avait misé sur l’apprentissage, sans grands résultats, les jeunes rencontrant des difficultés pour trouver un maître d’apprentissage.

Autre problème : le nouveau gouvernement devra faire face aux réticences nombreuses quand il s’agit de réformer le système de l’Education nationale. Vincent Peillon est d’ores et déjà confronté à cette difficulté avec la réforme des rythmes scolaires. La semaine dernière, le Ministre avait annoncé le retour à la semaine de 5 jours de classe en primaire « pour la rentrée 2013 ». Une annonce qui n’a pas manqué de susciter l’inquiétude des associations de parents d’élèves qui pointaient du doigt le manque de concertation.

Les réformes menées auprès de la jeunesse seront également regardées attentivement par les Français. L’Observatoire de la jeunesse solidaire de l’Association de la fondation étudiante pour la ville (AFEV), publié avant l’élection présidentielle, indiquait que 67 % des Français avaient le sentiment que les politiques publiques menées ces 10 dernières années n’avaient pas été dans le sens de la jeunesse. Au nouveau gouvernement de faire penser le contraire.






Loading










Nos services web

Recevez le meilleur de l'actu