Connectez-vous S'inscrire






Sur le vif

Israël coupable de crimes de guerre, assure Amnesty

Rédigé par La Rédaction | Jeudi 6 Novembre 2014



Dans un rapport dévoilé mercredi 5 novembre, Amnesty International accuse Israël d’avoir commis des crimes de guerre pendant l’opération Bordure protectrice, l’été dernier, et d’avoir fait preuve d’un « mépris choquant » pour les vies civiles à Gaza.

En se basant sur l’étude de huit attaques perpétrées par l’armée israélienne, l’ONG dénonce le bombardement systématique des habitations à Gaza, sans avoir averti les habitants et en ne leur laissant aucune chance de s’enfuir.

Le prétexte de « cibles militaires », avancé par l’Etat hébreu tout au long de sa campagne militaire, a parfois pu être identifié par Amnesty International, mais les attaques menées par l'armée étaient « manifestement disproportionnées » et violaient le droit international humanitaire. « Dans tous les cas, la dévastation en termes de vies civiles et de biens détruits était clairement disproportionnée par rapport aux gains militaires des attaques », poursuit l’ONG.

Dans certains des cas étudiés par l’organisation de défense des droits de l’Homme, « il n’est pas possible de trouver une cible militaire ». Les attaques étaient alors « dirigées directement et délibérément sur des civils ou des biens de caractère civil, ce qui constitue un crime de guerre ».

Aucune reconnaissance des crimes par Israël

Israël a rejeté les accusations d'Amnesty International, affirmant que son rapport est « un outil de propagande pour le Hamas et les autres groupes terroristes ». Celui-ci ne fournit « aucune preuve », et ne tient pas compte « des crimes de guerre perpétrés par le Hamas », dont « l’utilisation de boucliers humains », s'est défendu Israël.

Plus de 2 100 Palestiniens, en majorité des civils, sont morts durant l’opération militaire tandis que côté israélien, près de 70 ont péri, presque tous des soldats. Le Conseil des droits de l'Homme de l'ONU a ouvert une enquête sur les violations du droit international commises lors de l'offensive contre Gaza, la troisième sanglante vécue par les Palestiniens en six ans.

En mars dernier, Amnesty a appelé les Etats à décréter un embargo sur les armes à destination d'Israël. L'urgence est, encore et toujours, à l'application du droit - et des sanctions lorsqu'il n'est pas respecté - pour les défenseurs des droits de l'homme.

Lire aussi :
Des milliards pour reconstruire Gaza... jusqu'à nouvelle destruction ?
Les principaux événements de l'opération Bordure protectrice
Les mythes de la propagande israélienne – Mythe n° 2 : « Les civils de Gaza, boucliers humains du Hamas »
Visite virtuelle dans les ruines de Gaza bombardée
Massacres à Gaza : les larmes d'un responsable de l'ONU en direct (vidéo)
Gaza : la CPI saisie par la Palestine pour les crimes d'Israël
Amnesty réclame un embargo sur les armes pour Israël




Loading












Recevez le meilleur de l'actu