Connectez-vous S'inscrire






Economie

Isla Délice/AVS : les raisons d’un divorce inattendu

Rédigé par Hanan Ben Rhouma | Mercredi 28 Novembre 2012

Coup de tonnerre sur le marché du halal. Les produits de la marque Isla Délice ne seront plus certifiés par AVS à compter du 31 décembre 2012. La société Zaphir a mis fin au partenariat historique qui la liait à l’agence de certification. Saphirnews a enquêté pour comprendre les raisons de cette rupture. Les deux parties s'expriment sur cette affaire qui marque un tournant dans leur histoire.



Isla Délice/AVS : les raisons d’un divorce inattendu
L’annonce fait son effet au sein de la communauté musulmane. Les produits de la marque Isla Délice ne seront plus certifiés par AVS à compter du 31 décembre 2012. La société Zaphir, qui appartient à Jean-Daniel Hertzog, a mis fin, jeudi 22 novembre, au partenariat historique qui la liait à l’agence de certification, a-t-on appris ce week-end. Ce sont 15 ans d’une collaboration fructueuse qui s’achève brutalement pour tous.

Contacté par nos soins, Jean-Daniel Hertzog, patron de Zaphir, nous explique que « cette rupture est la conséquence du fait qu’AVS ait pris la décision unilatéralement, sans nous avoir ni consulté ni informé, de ne plus certifier notre principal fournisseur de volaille qui est Celvia » à partir du 1er janvier 2013. « A ce jour, AVS ne nous a proposé aucune solution viable et alternative à Celvia », ajoute-t-il.

AVS fautive dans la rupture, pour Isla Délice

Cependant, AVS tient un tout autre discours. Si elle a décidé de ne plus travailler avec Celvia, c’est parce que ce fournisseur – qui appartient au groupe LDC, détenteur de la marque Reghalal – a fait le choix, en septembre dernier, de généraliser l’étourdissement préalable à l'abattage par choc électrique (électronarcose) dès 2013 à toute sa production. Un choix que ne peut se résoudre à accepter AVS puisqu’il est contraire à son cahier des charges, qu'Isla Délice est tenu de respecter. Ainsi dit, sa décision, aussi unilatérale soit-elle pour M. Hertzog, tombe sous le sens.

Sauf que le patron d’Isla Délice, contrairement aux dires d’AVS, affirme n’avoir nullement été au courant de l’état des discussions entre son certificateur et Celvia. « Nous avons pris connaissance de la décision de Celvia de rompre avec nous dans un courrier daté du 7 novembre », nous explique-t-il, avant de préciser que la décision du fournisseur était motivée par la volonté d’AVS d’imposer, depuis des mois, la fin du choc électrique post-mortem… alors que cette pratique a toujours eu cours durant les 14 années de collaboration avec AVS. Celui-ci reconnaît l’existence de cette pratique et sa volonté d’y mettre fin, mais son arrêt devait se faire en accord avec Celvia.

Le choix de l’électronarcose par Celvia en cause

Le certificateur assure que Celvia ne lui a pas laissé d’autre choix que de partir à l'annonce de sa décision de pratiquer l'électronarcose pré-mortem.

La législation actuelle n’oblige pas à ce jour les abattoirs concernés par l'abattage rituel à faire usage de l’étourdissement préalable, à condition, selon un décret du 28 décembre 2011, de mettre en place un système pour immobiliser les animaux pendant leur mise à mort afin de leur éviter toute souffrance.

Selon AVS, des solutions de contention ont été proposées à Celvia, quitte à « investir sur le projet pour leur éviter de prendre un risque financier ». Le fournisseur les aurait refusées pour décider de généraliser l’assommage.

Une décision aux fâcheuses conséquences

Des alternatives à Celvia, aucune ne pouvait répondre à la totalité des énormes besoins de Zaphir, leader de la charcuterie halal en France. Celvia constituait « 50 % des produits de charcuterie Isla Délice et 40 % de la matière première nécessaire à nos sites de production. Par conséquent, nous nous trouvons dans une impasse et n’aurions d’autre solution compatible avec les exigences d’AVS que de cesser cette activité », explique M. Hertzog.

Les conséquences sont fâcheuses pour AVS. Cette décision, qu’elle qualifie de « brutale », doit conduire à des changements structurels massifs. Isla Délice représentait en effet pour AVS son principal partenaire avec au moins un quart de son chiffre d’affaires.

Outre le licenciement de personnel actuellement à l’étude, le certificateur s'active pour trouver des substituts à la marque Isla Délice pour son premier cercle de partenaires que sont les bouchers et les restaurateurs, nombreux à ne pas vouloir s’en passer. Des projets seraient à l’étude. Reste à voir s’ils peuvent se concrétiser dans des délais aussi courts.

La Grande Mosquée de Lyon dans les rangs ?

Pour continuer à s'afficher halal, la société Zaphir devra trouver une autre certification mais aucune ne saura remplacer la respectabilité que s'est bâtie AVS – et par conséquent Isla Délice – aux yeux de nombreux consommateurs musulmans. L’ascension de la marque est indubitablement liée à la sérieuse réputation d’AVS.

Cependant, rien n’est perdu pour M. Hertzog, qui dit rester « confiant quant à (sa) capacité à surmonter cette crise ». « En confiant à AVS la certification halal de nos produits, l’engagement d’Isla Délice était clairement d’offrir à nos consommateurs une traçabilité halal rigoureuse. Malgré ce contexte de crise, Isla Délice reste dans tous les cas intransigeant vis-à-vis de cet engagement et de son éthique », explique-t-il.

« Nous travaillons ardemment pour mettre en œuvre une solution alternative qui permette de garantir à nos consommateurs une certification halal irréprochable. Cet engagement passe notamment par le maintien de la présence permanente, à chacune des productions, de contrôleurs indépendants qui surveilleront tous les stades de la fabrication, allant de l’abattage jusqu’au conditionnement des produits finis », ajoute-t-il.

Quid de l’électronarcose ? « C’est à l’organisme qu’on aura choisi de donner ses explications religieuses », se contente de répondre M. Hertzog.

Selon toute vraisemblance, le choix de Zaphir devrait s’orienter vers la certification de la Grande Mosquée de Lyon (ARGML), capable de répondre aux besoins de la société tout en lui garantissant une traçabilité. Pour tenir son engagement sur la qualité du contrôle, Isla Délice propose de faire embaucher au sein du nouveau certificateur les salariés d'AVS qui travaillaient pour le compte de Zaphir. Précisons par ailleurs que l'ARGML autorise l’électronarcose pour la volaille.

La crise entre AVS et Isla Délice fera les affaires du prochain certificateur. Plus encore s’il s’agit de l’ARGML qui réussit à s’accaparer de gros clients, dont Quick dernièrement. Affaire à suivre.






Loading










Nos services web

Recevez le meilleur de l'actu