Connectez-vous S'inscrire






Economie

Isla Délice : Saphirnews touché par la fausse rumeur

Rédigé par Hanan Ben Rhouma | Mardi 7 Septembre 2010

Nombreux ont été ceux qui ont cru ces derniers jours qu’Isla Délice, « société israélienne », vendait du porc sous le label halal. La rumeur a ébranlé une partie de la communauté musulmane.
En cause : des hoax (ou canulars informatiques) qui n’ont cessé de tourner en ces derniers jours du mois du Ramadan pour accuser la société Zaphir, détentrice de la marque Isla Délice et dirigée par Jean-Daniel Hertzog.



Isla Délice : Saphirnews touché par la fausse rumeur
Parmi l’un des hoax, un article a interpellé la rédaction de Saphirnews. La stupeur a été d’autant plus grande, que nous avons été cités dans un des courriels frauduleux.

Quelques recherches ont suffi pour constater que celui-ci, diffusé à des centaines, voire à des milliers de personnes, n’est autre qu’une reprise d'un article publié le 30 décembre 2005 sur notre site sous le titre « Ils vendent du porc sous le label halal ». Le pirate a simplement ajouté au début de l’article « La société israélienne "Isla Délice" condamnée » tout en prenant le soin de gommer la date de publication avant de lâcher sa bombe sur le Net.

Recontextualiser l’article

A l’heure du tout-Internet, peu de personnes prennent le temps aujourd’hui de vérifier ses sources. Le tour est donc joué pour les pirates informatiques, qui se jouent de la crédulité de certains pour monter des polémiques.

La rumeur diffamant Isla Délice s’appuie, entre autres, sur une affaire portée en 2005 par Abdelkader Aoussedj, président alors de la Fédération des associations musulmanes du Nord-Pas-de-Calais. L’article avait pointé du doigt – sans la nommer en 2005 – la société de charcuterie « Aux collines de l’Artois », condamnée seulement en 2007 par le tribunal correctionnel d’Arras pour avoir commercialisé, pendant quatre ans, des merguez estampillés « halal » mais qui étaient préparées, en partie, avec du porc. Démasquée, l’entreprise, qui vivait grâce à sa clientèle musulmane, a depuis coulé.

Il ne s’agissait en aucun cas d'Isla Délice dans cet écrit. Quant à la condamnation pour fraude en mars 2000 dont a fait l’objet Isla Délice et évoquée dans un autre hoax, elle ne concernait nullement le caractère halal des viandes mais la teneur en amidon des produits de charcuterie ainsi que la teneur majoritaire en dinde dans les saucisses au veau et au bœuf. Celles-ci n’étaient pas précisées dans l’étiquetage.

Reconnue auprès de la communauté musulmane de France comme un organisme de certification et de contrôle de produits halal de grande qualité, l’association AVS certifie Isla Délice depuis plus d’une dizaine d’années. Elle met un point d'honneur à ne pas certifier les marques qui ne se plient pas aux règles strictes édictées dans sa charte. Isla Délice, le leader de la charcuterie halal en France, s’y conforme. AVS prend.

Isla Délice, cible d'anti-sionistes

L’auteur du canular informatique qui appelle au boycott de la marque est et restera sûrement inconnu. Cependant, celui qui l’a fait a une sérieuse dent contre M. Hertzog, le PDG de Zaphir, qui, comme beaucoup le savent déjà, est de confession juive. Un point qui ne devrait pas être souligné et, pourtant, qui a son importance dans cette affaire car les amalgames sont vite faits : M. Hertzog soutient-il Israël ? Serait-il un sioniste ?

Les questions se bousculent. Mais sans preuve, les accusations sont nulles. Comme le dit Al-Kanz dans un récent billet, il « est juif, c’est vrai, mais cela ne suffit pas pour porter des accusations sur son soutien à Israël. En islam, il existe ce que l’on appelle une preuve. Sans preuve, on n’accuse pas. Et mille soupçons ne font pas une preuve. (…) Si on a de très gros doutes ou si l’on considère qu’être juif, c’est forcément soutenir Israël, alors on s’abstient d’acheter les produits Isla Délice, mais on n’accuse pas sans preuve ».

« Comme il se trouve être de confession juive, beaucoup de personnes souhaiteraient que nous résilions nos relations avec lui », souligne Lahcène Belatoui, président d’AVS, dans un communiqué. « Rappelons (…) que cet avis n’est basé sur aucun fondement islamique. Le Prophète (pbsl) et ses compagnons ont à plusieurs reprises commercé avec des juifs selon plusieurs hadiths authentiques. »

Les clarifications faites, aux consommateurs de faire désormais leur choix.







Loading










Nos services web

Recevez le meilleur de l'actu