Connectez-vous S'inscrire






Sur le vif

Interdiction du niqab : un mois après, la guerre des chiffres

Rédigé par La Rédaction | Mercredi 11 Mai 2011



Une trentaine de femmes en niqab auraient été verbalisées depuis un mois, après l'entrée en vigueur de la loi le 11 avril, d’après des chiffres du ministère de l’Intérieur. Une annonce vivement démentie par l’association « Touche pas à ma constitution » qui est à l’origine de la manifestation de femmes intégralement voilées le 11 avril dernier devant le parvis de l’église Notre-Dame de Paris pour dénoncer l’anti-constitutionalité de la loi.

L’association, qui se propose de payer les amendes, dispose ainsi de chiffres sur le nombre de verbalisations dressées depuis un mois. Et il est très éloigné des considérations du ministère. « Seulement quatre procès-verbaux d’auditions ont été dressés, mais il n’y a pas eu d’amende déposée », estime Jean-Bruno Roumégoux de « Touche pas à ma constitution ».

Si le décalage entre ces chiffres est flagrant, il n’est pas surprenant. Sur le terrain, il est en effet très difficile d’appliquer une telle directive, les syndicats de police l’avaient déjà fait savoir lors des délibérations sur le projet de loi. Le ministère comptait surtout sur l’effet dissuasif de cette loi. Une tactique qui aurait fonctionné sur la moitié des femmes voilées d’après « Touche pas à ma constitution ». L’autre moitié se retrouverait désormais cloîtrer chez elles.

Le ministère estime que 2 000 à 3 000 femmes portent le niqab en France. L’Observatoire du Religieux d’Aix-en-Provence, estime, comme le révélait son directeur Raphaël Liogier à Saphirnews, que ces femmes sont entre 200 et 300 sur tout le territoire. L’association « Touche pas à ma constitution », quand à elle, revendique un réseau de 288 femmes voilées.

Lire aussi :
Raphaël Liogier : « Les musulmans doivent défendre la République ! »
Islamophobie : agressée pour son niqab avec son fils
Le niqab, le "New York Times" et le pasteur Jones
Le voile intégral interdit des rues dès lundi
Loi anti-niqab : le Conseil constitutionnel valide
Son niqab au volant lui coûte une amende





Loading












Recevez le meilleur de l'actu