Connectez-vous S'inscrire






Votre revue de presse

Le niqab, le "New York Times" et le pasteur Jones

Rédigé par Alain Frachon - www.lemonde.fr | Jeudi 14 Avril 2011



Surprise, mardi 12 avril, en ouvrant notre excellent confrère The International Herald Tribune (IHT). Ce matin-là, la plupart des quotidiens européens consacrent leur "une" à l'événement international de l'heure : la chute de l'Ivoirien Laurent Gbagbo, peut-être la fin de la guerre civile en Côte d'Ivoire. Propriété du New York Times, qui le présente comme son "édition mondiale", l'IHT a choisi de donner la priorité à un autre sujet. Il affiche en gros une photo prise la veille à Paris, sur le parvis de Notre-Dame. La scène est tirée d'une brève manifestation au cours de laquelle une femme est interpellée par la police. Motif : elle porte le voile intégral.

Ce lundi 11 avril marquait l'entrée en vigueur de la loi interdisant le port de cet accoutrement - le niqab - dans les lieux publics en France. Une dizaine de manifestants avaient choisi de protester contre une législation qu'ils jugent attentatoire aux libertés. Ils dénoncent un texte qui, sans le dire, viserait d'abord l'islam : certaines musulmanes pensent que le port du niqab est obligatoire. La femme du parvis a été rapidement libérée, sans être verbalisée (quatre lignes dans Le Monde du 12 avril).

L'IHT donne la parole à plusieurs responsables de la police qui disent la loi inapplicable et dangereuse pour l'ordre public : "C'est une source de problèmes plus qu'autre chose, observe l'un d'eux ; dans certains quartiers où les immigrés sont nombreux, nous ne pouvons l'appliquer littéralement, sauf à déclencher des -émeutes."

Parmi les démocraties, la France est spécialiste de cette monstruosité politico-juridique : la loi non appliquée ou peu appliquée. Mais là n'est pas le problème. Ce qui pousse l'IHT à consacrer sa "une" à cette photo, c'est un sentiment à cheval entre l'étonnement et l'indignation. Pareille scène serait impossible aux Etats-Unis. Dès lors qu'il n'y a pas atteinte à la pudeur ou menace à l'ordre public, une Américaine est libre de s'habiller comme elle l'entend.

Un citoyen américain a le droit de marcher dans la rue vêtu selon ses goûts. Il peut ostensiblement afficher ses convictions religieuses. Cela fait partie des libertés dont il dispose. C'est l'un de ses droits fondamentaux garantis au titre de la liberté de parole, protégée, préservée, sacralisée par le premier amendement à la Constitution : "Le Congrès ne fera aucune loi qui (...) interdise le libre exercice d'une religion, restreigne la liberté de parole ou de presse."

Le lendemain, mercredi 13 avril, le New York Times consacre un éditorial à l'affaire. Féroce, le grand quotidien new-yorkais dénonce une loi "rétrograde", une "attaque cynique contre l'islam", "une manifestation d'intolérance religieuse" destinée à "recueillir les faveurs d'une extrême droite française de plus en plus anti-immigrés", mais qui ne "servira qu'à encourager les agressions contre les musulmans de France".

Une première salve avait été tirée début avril par un intellectuel américain, Ronald Sokol, essayiste et juriste de renom, installé en Provence, et qui, toujours dans l'IHT (2-3 avril), qualifiait de "crime" contre la liberté, pas moins, l'entrée en vigueur de la loi sur le voile. Ronald Sokol convoque les pères du libéralisme politique, les Anglais Thomas Hobbes (1588-1679) et John Stuart Mill (1806-1873), pour nous asséner sa conviction : laissons les femmes défendre leur dignité comme elles l'entendent - loin, le plus loin possible de l'intervention de l'Etat.

Pas question d'entrer dans l'argumentaire du législateur français qui, en prohibant le niqab dans les lieux publics, assure s'en prendre à un signe d'infériorité incompatible avec les principes de liberté, d'égalité et de dignité humaine défendus par la République.

A Paris, le voile intégral dans la rue, c'est le début de la charia, la marque de la soumission d'une femme ; à Washington, cela relève de son libre choix vestimentaire et religieux.

On pencherait volontiers du côté du libéralisme politique à "l'anglo-saxonne" s'il n'y avait aussi l'embarrassant pasteur Terry Jones. Celui-ci a surgi dans l'actualité un peu plus tôt, le 20 mars, en brûlant un Coran dans son église de Floride. L'autodafé visait à stigmatiser l'islam, une religion qui, selon le pasteur Jones, nourrit le terrorisme et la guerre.

La Maison Blanche et le département de la défense ont plaidé en vain : Terry Jones ne les a pas écoutés. Son geste a été suivi de violences en Afghanistan, notamment l'attaque du bureau de l'ONU dans le nord du pays. Plus d'une dizaine de personnes ont été tuées, près d'une centaine d'autres blessées. Certes, les responsables de ces assassinats sont ceux qui ont posé les bombes, attaqué des innocents en prétendant défendre l'islam. Jones n'est pourtant pas totalement étranger à ces violences.

Mais il n'y avait aucun moyen, ont dit les autorités américaines, de l'empêcher de brûler le Coran ; cela fait partie de sa liberté de parole, défendue, ont-elles expliqué, par ce même premier amendement à la Constitution qui interdit d'empêcher une femme de se promener en niqab. En Amérique, tout le monde a le droit de profaner le Coran - comme la Bible, les textes du Bouddha ou le drapeau national - et les musulmanes du pays, celui de faire leurs courses en voile intégral.

Le jour de l'entrée en vigueur de la loi sur le voile en France, lundi 11 avril, le procureur de Strasbourg a requis trois mois de prison avec sursis et 1 000 euros d'amende contre un jeune internaute français. Il s'était filmé en direct, à l'aide de sa "web-télévision", en train de brûler un Coran, avant d'uriner sur les flammes - séquence mise sur la Toile "pour faire de l'humour", a-t-il expliqué.

Les droits des musulmans sont-ils mieux défendus à Strasbourg ou en Floride ?

Source : LeMonde.fr




Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 27 Mai 2011 - 20:37 Yusuf Islam (Cat Stevens) à Paris Bercy


Loading










Nos services web

Recevez le meilleur de l'actu