Connectez-vous S'inscrire






Economie

Halal, haram ou douteux ? L’application mobile « Just Halal » est lancée

Rédigé par Hanan Ben Rhouma | Lundi 18 Juin 2012

Les musulmans pratiquants veulent pouvoir être sûrs du caractère halal des produits alimentaires avant d’acheter. Pour répondre à cette demande, une nouvelle application mobile vient d'être lancée à quelques semaines du mois du Ramadan. « Just Halal » se propose d’être un outil pratique qui saura, par le simple scan de codes-barres, classer plus de 50 000 produits en trois catégories qui sont halal, haram ou douteux. L’application manque encore de précisions mais devrait être complète dans les prochaines semaines. La créatrice de l'outil, Reese Maabich, explique à Saphirnews le concept.



Avec 50 000 produits alimentaires enregistrés, l'application mobile « Just Halal » a été lancée samedi 16 juin pour aiguiller les musulmans lors de leurs courses.
Avec 50 000 produits alimentaires enregistrés, l'application mobile « Just Halal » a été lancée samedi 16 juin pour aiguiller les musulmans lors de leurs courses.
Décoder la liste des ingrédients et des additifs contenus dans les produits est souvent un vrai casse-tête pour l’écrasante majorité des consommateurs. Face au manque de transparence des marques et au dédale d’informations qui prête à confusion, comment être sûr de la licéité des produits alimentaires ? La réponse avec « Just Halal ». Cette nouvelle application pour smartphones devrait pouvoir répondre aux attentes des consommateurs musulmans, de plus en plus avertis sur le halal.

L’application a été officiellement lancée samedi 16 juin. Le concept a été développé par l’agence Smart&Geek, spécialisée dans le positionnement de marque sur les réseaux sociaux, l’animation des community managers sur le net et la création d’application mobile, le tout habituellement pour le compte de clients. Cette fois, « Just Halal » est une « initiative personnelle » qu’on doit à Reese Maabich, 29 ans, directrice associée de Smart&Geek. « Je suis moi-même musulmane et je sais combien il peut être très compliqué pour les musulmans d’acheter des produits dans les grandes surfaces. Il existe plus de 1 400 additifs et on ne peut pas connaître la nature de chacun d’eux » à l’exception – et encore - du « E441, connu sous l’appellation de la gélatine de porc » dans la plupart des cas, explique la créatrice de l’application.

Pour 0,79 centimes d’euro, les musulmans pratiquants détenteurs de téléphones intelligents type Iphone pourront donc vérifier, d’un clic en faisant leurs courses, s’ils peuvent consommer les produits alimentaires en rayon dans nos magasins. Une simple photo suffira : après avoir scanné le code-barre de la marchandise, le consommateur saura s’il est halal ou pas, en fonction des ingrédients et additifs contenus dans le produit.

Le doute pour laisser le choix aux consommateurs

A ce jour, la base de données contient 50 000 produits alimentaires de toute nature, selon les créateurs de l’application. Un travail fastidieux de qualification a commencé depuis janvier dernier. Halal ou haram ? Parce que tous les produits ne peuvent être mis dans une des deux catégories, un troisième statut existe : celle des produits « douteux ». Selon Mme Maabich, il se peut qu’un additif puisse autant être fabriqué à partir de graisse animale qu’à partir de graisse végétale ou minérale mais que « l’industrie agro-alimentaire ne communique pas sur l’exactitude de sa composition ». Dans ce cas, le produit est classé parmi les douteux.

D’autre part, en raison des divergences parmi les théologiens qui entourent le statut de certains additifs, notamment ceux contenant de l’alcool en infime quantité permettant l’évaporation et dont les propriétés changent, les produits sont aussi considérés comme douteux. « Il y a quatre écoles juridiques et deux d'entre eux (hanafite notamment, ndlr) sont plus flexibles sur le statut du douteux. Libre à chacun de suivre une école selon ses affinités », explique la jeune femme. La liberté de choix est ainsi laissée aux musulmans de consommer ou non les produits dits « douteux ».

Les explications manquent, mise à jour attendue pour Ramadan

Une ombre subsiste au tableau. Pour le moment, aucune explication n’est fournie à l’utilisateur de l’application quant aux raisons qui font que le produit soit listé comme haram ou douteux. « Nous n’avons pas eu le temps de mettre ces précisions mais on va les intégrer à l’application dans quelques semaines au moment du lancement pour Android », nous dit Mme Maabich, sans doute avant le lancement du Ramadan le 20 juillet.

Parmi les produits enregistrés, on compte aussi ceux estampillés « halal » mais aucune indication sur leur certification et ses méthodes n’est fournie. Smart&Geek refuse de rentrer dans les polémiques autour de la fiabilité des certifications, ne voulant pas ajouter plus de confusion dans les têtes des musulmans. « On a aucune légitimité à dire si telle marque serait halal ou pas », répond simplement la créatrice. Seuls les additifs de ces produits ont été analysés pour parvenir à les qualifier. Si aucun n’a été recensé dans la catégorie du « haram », « quelques uns » ont été placés dans le statut « douteux », affirme-t-elle. Signe que le tampon halal n'est pas forcément gage de sûreté à l'heure où le faux-halal fait l'objet de grands débats au sein de la communauté musulmane.

Halal Scanner
Halal Scanner

Halal et mobile, des créneaux très porteurs

« Just Halal » n’est pas la première application du genre pour déceler les produits impropres à la consommation des musulmans. « Halal Scanner », développé en Nouvelle-Zélande, avait été lancé en avril 2010 et continue encore à ce jour d’être vendu. Contrairement à l'appli française, « Halal Scanner » se base sur le visionnage du texte : il ne faut pas photographier les codes-barres mais la liste des ingrédients. Le nombre de produits n'est donc plus limité comme sur « Just Halal » mais selon les créateurs, la technologie de scan sur codes-barres est plus performante et instantanée que celle de scan sur textes.

Une appli sur les certifications halal n’a pas encore vu le jour. Seule AVS s’est dotée, depuis avril 2011, de son propre outil Iphone afin de lutter contre la fraude, qui mine le secteur du halal dans l’Hexagone. Les consommateurs peuvent, grâce à l’utilitaire, avoir la liste des restaurants et boucheries certifiés par la marque et signaler les usages frauduleux du label. Fort de son succès avec plus de 20 000 téléchargements, l’agence de certification a lancé en février dernier la version Android de l’application.

La marché du halal comme le marché de la mobilité sont en plein boom. Smart&Geek a flairé le bon filon et le lancement de cette application à cinq semaines du mois du Ramadan est un bon coup marketing. Compte-tenu des améliorations envisagées, « Just halal » saura trouver son public.






Loading










Nos services web

Recevez le meilleur de l'actu