Connectez-vous S'inscrire






Sur le vif

Hajj 2016 : l'Iran traite les dirigeants saoudiens de « diables »

Rédigé par | Lundi 5 Septembre 2016



L'ayatollah Ali Khamenei, guide religieux suprême de l'Iran.
L'ayatollah Ali Khamenei, guide religieux suprême de l'Iran.
Il n'aime vraiment pas le régime saoudien et le fait savoir. L’ayatollah Ali Khamenei s’est adressé aux musulmans du monde entier dans un communiqué publié sur son siteIinternet lundi 5 septembre. A l’occasion du début du hajj 2016, il a fortement égratigné l'Arabie Saoudite. « Le monde musulman, aussi bien les gouvernements que les peuples, doit connaitre les dirigeants saoudiens et leur nature irrévérencieuse, non croyante et dépendante », a-t-il lancé.

Le guide suprême iranien, qui dénonce depuis longtemps le contrôle des Lieux saints de l’islam par l’Arabie Saoudite, incite les musulmans à « réfléchir sérieusement à la gestion des Lieux saints sinon le monde musulman sera confronté à des problèmes plus grands ».

Des « satans » au service du « Grand Satan » américain

Suite à la bousculade qui a coûté la vie à quelque 2 300 pèlerins; dont 464 Iraniens à La Mecque il y a tout juste un an, l’Iran a pris la décision d’annuler l’acheminement de ses ressortissants pour le hajj 2016. Environ 60 000 Iraniens s’étaient rendus en Arabie Saoudite en 2015 pour accomplir le cinquième pilier de l’islam. Selon Ali Khamenei, la monarchie saoudienne est seule responsable de cette situation. Il dénonce « les dirigeants saoudiens qui ont bloqué le chemin du hajj aux fidèles iraniens ».

Le guide iranien accuse les autorités saoudiennes d’être « ceux qui ont réduit le hajj à un voyage touristico-religieux », allant jusqu'à les traiter « de médiocres petits diables qui ont peur que les volontés du Grand Satan, à savoir les États-Unis, soient mises en danger » et « des égarés infâmes qui pensent que la préservation de leur trône et de leur pouvoir despotique passe par (…) l'alliance avec le sionisme et les États-Unis ». L’ayatollah Khamenei ne se borne pas à la question du pèlerinage et s’en prend également à la politique étrangère de l’Arabie Saoudite, qui, selon lui, forme et arme les groupes terroristes qui « ont mis à feu et à sang le Yémen, l'Irak, la Syrie, la Libye et d'autres pays » de la région. Autant de propos qui ravivent des tensions déjà fortes entre les deux puissances régionales rivales.

Lire aussi :
Hajj 2016 : les travaux de La Mecque au point mort
Hajj : instauration d’une taxe sur les visas, sauf pour les primo-pèlerins
Hajj 2016 : l’Iran poussé à annuler le grand pèlerinage à La Mecque
Entre soulagement et colère, des familles de pèlerins français au Hajj racontent


Rédactrice en chef de Saphirnews En savoir plus sur cet auteur



Loading














Recevez le meilleur de l'actu