Connectez-vous S'inscrire






Sur le vif

Fichage des musulmans : Amnesty et 16 ONG montent au créneau

Rédigé par Imane Youssfi | Mardi 28 Février 2017



Fichage des musulmans : Amnesty et 16 ONG montent au créneau
Amnesty International et 16 ONG tirent le signal d’alarme. Les organisations signent une lettre, adressée lundi 27 février à une cinquantaine de « data brokers » (courtiers en données, en français) à qui leur est demandé de s'engager publiquement à ne jamais autoriser la divulgation de données à caractère privé.

« Nous leur demandons d’annoncer publiquement les mesures prises pour prouver qu’elles agissent de manière éthique et ne contribuent pas à des abus. Nous leur demandons de donner un gage qu’elles n’autorisent pas aux autorités de recourir à leurs données pour des violations des droits humains, surtout ceux des musulmans et des migrants, clairement menacés aujourd’hui », réclament-ils.

Des géants du Web comme Google, Facebook et Twitter s’étaient déjà engagés à ne pas participer à un tel fichage si le nouveau résident de la Maison Blanche leur demandait. Ce n’est probablement pas le cas d’autres sociétés « dont vous n’avez probablement pas entendu parler » qui collectent et revendent des données, selon les ONG.

La proximité d'entreprises du data avec Donald Trump inquiète

Le plus inquiétant reste que des dirigeants d’entreprises du data font partie ou ont fait campagne pour Donald Trump. C’est le cas de Stephen Bannon, membre de la société Cambridge Analytica qui fut directeur exécutif de la campagne présidentielle de Donald Trump puis conseiller du président élu.

La collecte et vente de données d’ordre privée de ces entreprises laisse craindre Amnesty que ces pratiques donnent lieu à une surveillance de masse, détentions arbitraires et expulsions de millions d’individus vivant aux Etats-Unis. Certaines entreprises détiendraient déjà des données que l’administration Trump pourrait être tentée de reprendre.

L’exemple du site Exact Data est largement relayé dans la presse. Ce site internet permettrait en quelques clics de retrouver des données sur 1 845 071 individus fichés comme musulmans aux Etats-Unis, sur les 200 millions que compte sa banque de données. Avec près de 140 000 dollars, il serait possible d’obtenir possible d’obtenir les détails comme des noms ou des adresses.

Plusieurs sociétés comme Acxiom, Recorded Future et CoreLogic, rapporte Le Monde, ont déjà promis qu’elles ne participeraient pas à la création d’un registre de musulmans. Amnesty n’est pas pour autant rassurée : « Il n’y a besoin que de la coopération d’une petite ou d’une moyenne entreprise pour que les autorités puissent avoir accès à des informations extraordinairement détaillées sur les musulmans ou les immigrés aux Etats-Unis ».






Loading











Recevez le meilleur de l'actu