Connectez-vous S'inscrire






Religions

Europe et spiritualité, un singulier pluriel

Rédigé par Faïza Ghozali | Jeudi 9 Septembre 2010

Qu’est la spiritualité devenue en cette Europe du XXIe siècle ? Est-elle singulière ou plurielle ? Diffère-t-elle d’une religion à l’autre ? A-t-elle toujours sa place à l’ère du matérialisme et de l’individualisme triomphants ? Autant de questions auxquelles ont tenté de répondre les participants à la conférence organisée par l’Institut des cultures d’islam (ICI), le 7 septembre, dans le cadre des Veillées du Ramadan.



Les enjeux des nouvelles religiosités en Europe, avec pour en débattre, de g. à dr., Moussa Niambélé, Philippe Gaudin, Frédéric Procopio, Bruno Guiderdoni et Père Christian Delorme. Au centre : Alain Le Gouguec.
Les enjeux des nouvelles religiosités en Europe, avec pour en débattre, de g. à dr., Moussa Niambélé, Philippe Gaudin, Frédéric Procopio, Bruno Guiderdoni et Père Christian Delorme. Au centre : Alain Le Gouguec.
Autour de la table, le Père Christian Delorme, prêtre catholique investi dans le dialogue interreligieux, Bruno Guiderdoni, astrophysicien et musulman, Moussa Niambélé, président de l’Association des musulmans de l’ouverture, Frédéric Procopio, moine bouddhiste, et Philippe Gaudin, philosophe spécialiste des religions. Thème du débat : Europe et spiritualité. L’exercice est difficile. Que recouvre la « spiritualité », cette notion quasi éthérée ? L’un après l’autre, chacun cherche ses mots pour en donner la plus juste définition.

« Pour nous, musulmans, mais aussi pour les chrétiens et les juifs, “spiritualité” fait référence étymologiquement au “spiritus”, au souffle, – “el-rûh” en arabe – que Dieu a mis en l’homme au moment où Il l’a créé », commence Bruno Guiderdoni. Christian Delorme acquiesce : « Comment trouver en nous ce souffle ? C’est ça, la quête spirituelle. » À son tour, Federico Procopio, qui dirige le temple zen, à Paris, expose ce qu’est la spiritualité dans le bouddhisme : « Il faut d’abord comprendre ce que signifie Bouddha. Ce n’est pas un nom propre, mais un adjectif qui veut dire : “Celui qui est éveillé, c’est-à-dire éveillé à l’esprit véritable”. »

La parole tourne autour de la table, les mots diffèrent peu. « Au fond, on a le même Dieu, mais les voies sont multiples », résume à sa manière Bruno Guiderdoni. Une position que partage Federico Procopio : « Malgré nos choix et leurs formes différentes, nous partageons l’essentiel. » Avant d’embrasser le bouddhisme, l’homme a d’ailleurs été moine bénédictin près de dix ans durant.

Qu’en est-il alors de ceux qui ne professent aucun Dieu ? La spiritualité leur est-elle absolument fermée, inconciliable avec l’absence de foi ? Pour Christian Delorme, la spiritualité n’est pas le domaine réservé des seuls croyants : « Tout être humain, même s’il n’appartient pas à une foi précise, a le besoin de cultiver cette dimension intérieure. » Habitué des concepts, Philippe Gaudin, philosophe versé dans l’étude des religions, établit la nuance : « La religion renvoie à une doctrine constituée et enseignée, tandis que la spiritualité fait référence à quelque chose de moins formel, dont tout le monde peut faire l’expérience. »

Tout le monde et partout, de l’avis de Moussa Niambélé : « La spiritualité ne se définit pas par rapport à un cadre géographique. » Pas plus qu’elle n’est la propriété exclusive des dogmes religieux, selon Philippe Gaudin : « Il y a trois domaines particulièrement où la spiritualité se manifeste : la religion, l’art et la philosophie. Ce sont les trois manières qu’a l’esprit pour tenter de se saisir lui-même. »

Une certitude : spiritualité exige discipline. Que l’on soit musulman ou bouddhiste. Croyant ou non. Si celle-ci peut se cultiver en dehors de tout dogme religieux, elle ne peut se départir d’une forme de rigueur, d’un esprit d’exigence. Qui, d’ailleurs, souvent sollicite le corps. « Essayez de rester en méditation neuf heures durant face à un mur », lance Federico Procopio, en souriant. Car la spiritualité n’est pas la négation du corps, bien au contraire. Bruno Guiderdoni a cette formule : « Le corps est le temple de l’esprit. » Ainsi, les ablutions, en islam, sont-elles une façon de purifier l’âme avant d’entrer en prière. De la même manière, le chant liturgique, qu’il soit soufi, monastique ou autre, permet d’accéder à une forme de transe mystique.

Le plus gros obstacle à la vie spirituelle ? « L’individualisme », de l’avis de Bruno Guiderdoni. Dans ce cas, quelle place les sociétés européennes, peuvent-elles accorder à la spiritualité ? « Au-delà des dogmes, des Églises et des institutions, cette soif de spiritualité résiste », assure le même. Partout en Europe, une soif de spiritualité se fait jour, de plus en plus pressante. Comme en réaction à des modèles de société qui érigent individualisme et matérialisme en credo moderne, on aspire de plus en plus à une quête d’authenticité et de retour à soi. « Si on ne se connaît pas parfaitement soi-même, toute relation avec l’extérieur est déséquilibrée », glisse Federico Procopio.






Loading










Nos services web

Recevez le meilleur de l'actu