Connectez-vous S'inscrire






Arts & Scènes

« Cherchez l’erreur » : la banalité du quotidien en temps de guerre

Rédigé par Fatima Khaldi | Mardi 20 Janvier 2015

L’Institut des cultures d’Islam accueille l’exposition « Cherchez l’erreur », du 15 janvier au 19 avril 2015. Aux commandes, la commissaire d’exposition Michket Krifa, qui réunit six artistes du monde arabe et d’Iran invitées à partager un regard différent sur la guerre : celui du quotidien dont on occulte l’existence.



« Cherchez l’erreur » : les œuvres exposées à l'Institut des cultures d'islam, jusqu'au 19 avril 2015, dénoncent nos sociétés marquées par une violence	mortifère mais montrent que, pour autant, la vie l’emporte.
« Cherchez l’erreur » : les œuvres exposées à l'Institut des cultures d'islam, jusqu'au 19 avril 2015, dénoncent nos sociétés marquées par une violence mortifère mais montrent que, pour autant, la vie l’emporte.
Difficile d’imaginer la vie d’un être, son quotidien autrement que perdu, criant, pleurant sous les débris et les bombes. Pourtant, face à ce déchaînement d’horreurs et de destructions donné comme lugubre héritage aux printemps arabes, des femmes et des hommes luttent pour sauver une apparente normalité dans leurs vies quotidiennes. La banalité devient une forme de résistance face à la destruction.

C’est en poussant ce constat à l’extrême que s’articule l’exposition « Cherchez l’erreur » à travers les œuvres et les approches de six femmes artistes du monde arabe et d’Iran. A l’origine de cette thématique, la Tunisienne Michket Krifa, commissaire d’exposition, qui vit et travaille à Paris. « J’ai monté cette exposition au cours de l’été 2014 avec, comme sentiment, une immense tristesse par rapport à tout ce qui s’est passé dans le monde arabe avec tous les conflits en cours. Je me suis demandé comment faire, comment on peut supporter ce qui devient vraiment insupportable et se sentir aussi impuissant », explique-t-elle. « En même temps, j’ai eu une réflexion inverse en me disant que, de toute façon, ce qu’il faut voir, c’est la meilleure manière de résister tout seul et de montrer que la vie continue, qu’on peut trouver dans les moments les plus terribles un moment de poésie. »

Un hommage à la vie

« Cette exposition est plus un hommage à la vie qu’une dénonciation de la guerre : comment, à travers des regards d’artistes femmes, on découvre un hymne à la vie ; comment la résistance d’un individu se fait en essayant de conserver des rituels du quotidien », nous confie cette femme qui a monté cette exposition comme un manifeste. Tel un cri du cœur lancé par six artistes aux regards complémentaires : les Iraniennes Gohar Dashti et Shadi Ghadirian, la Palestinienne Raedah Saadeh, la Franco-Algérienne Zoulikha Bouabdallah, la Jordanienne Tanya Habjouqa et l’Egyptienne Nermine Hammam.

Les six artistes de « Cherchez l’erreur » et Michket Krifa, commissaire d'exposition. (Photo : ©  Institut des cultures d'islam)
Les six artistes de « Cherchez l’erreur » et Michket Krifa, commissaire d'exposition. (Photo : © Institut des cultures d'islam)
« Mon choix s’est porté sur ces artistes car je trouve leurs œuvres très pertinentes. Tout en dénonçant la guerre et en rendant un hommage à la vie, leurs œuvres sont subtiles, elles ne sont pas frontales, elles désamorcent par l’humour et par la poésie », nous explique la commissaire d’exposition pour qui un 100 % féminin est justifié. « Les femmes ont un regard plus aigu que les hommes sur la trivialité du quotidien. Ce sont elles qui s’occupent généralement de l’entretien de la vie quotidienne, de faire que ce rituel se perpétue. Cela m’a semblé important de leur rendre hommage aussi. Dans toutes ces guerres, beaucoup de femmes et d’enfants sont victimes. Ce sont souvent les femmes qui sont réfugiées, qui sont en larmes, perdent leurs fils, leurs pères, frères et époux et ce sont elles qui doivent recomposer ce qui reste de leur vie. »

Ce qui subsiste d’humanité même au plus profond du désastre

Michket Krifa se souvient de ce qui s’est passé en Tunisie lors des soulèvements populaires de 2010 et 2011. « J’ai suivi avec beaucoup d’espoir, avec beaucoup de passion et de peine aussi. Il y a eu des moments qui ont été très durs, jalonnés de quatre années très difficiles où il y a eu des actes de violence. Cela n’a pas été un long fleuve tranquille. Ce que je trouve formidable toutefois, c’est cette mobilisation de la société civile », nous rappelle cette femme qui plaide pour la dignité humaine et pour la liberté d’expression des artistes à travers ses expositions.

Jamel Oubechou, président de l'ICI, devant la série « Today's Life and War » de l'artiste iranienne Gohar Dashti. (Photo : ©  Institut des cultures d'islam)
Jamel Oubechou, président de l'ICI, devant la série « Today's Life and War » de l'artiste iranienne Gohar Dashti. (Photo : © Institut des cultures d'islam)
« En revanche, la tournure que ça a pris dans d’autres pays est désastreuse, il n’y a pas de mot pour décrire ce qu’on peut ressentir. C’est un cri du cœur. Ce qui était parti pour annoncer un réveil se retourne contre ceux qui se sont battus pour. C’est un regard humaniste que je porte, c’est un constat très humain, humoristique, sarcastique », dit-elle pour justifier le titre « Cherchez l’erreur », plutôt bien choisi.

« Lorsque Michket Krifa nous a proposé l’idée d’une exposition qui ouvre nos portes à six femmes artistes qui toutes, chacune à sa manière, montrent une capacité de résistance et de vie face à la violence et à la guerre, nous étions loin d’imaginer que nous inaugurerions cette exposition dans le contexte qui est aujourd’hui le nôtre », soutient Jamel Oubechou, président de l’Institut des cultures d’islam, lors du vernissage, jeudi 15 janvier, une semaine après les attentats qui ont frappé Paris. « Ces œuvres nous paraissent aujourd’hui encore plus fortes et nécessaires parce que précisément, elles nous rappellent ce qui subsiste d’humanité même au plus profond du désastre. »

En parallèle de l’exposition « Cherchez l’erreur », performances chorégraphiques, conférences et ciné-débats avec des réalisateurs donnent le tempo de la réflexion sur la question des femmes dans les mondes musulmans autour de trois focus : « Liberté est un mot féminin », « Résistance est un mot féminin » et « Le féminin en question ».


En savoir plus sur la programmation « Cherchez l’erreur », jusqu' au 19 avril 2015 :
www.institut-cultures-islam.org





Loading










Nos services web

Recevez le meilleur de l'actu