Connectez-vous S'inscrire






Société

Centenaire de la bataille de Verdun : le nécessaire hommage aux soldats des colonies

Rédigé par Hanan Ben Rhouma | Dimanche 29 Mai 2016

La grande cérémonie du centenaire de la bataille de Verdun, co-présidée dimanche 29 mai par le président français François Hollande et la chancelière allemande Angela Merkel, est une opportunité de marquer avec force l’amitié franco-allemande. La commémoration passera par des moments de recueillement en mémoire des soldats tombés pendant la sanglante bataille, qui a fait quelque 700 000 victimes en 1916. En France, cet épisode fort de l'Histoire du 20e siècle, long de neuf mois, laisse encore trop peu de place aux faits d'armes des troupes issues de l'espace colonial et à leur engagement qui contribua sans nul doute à la victoire finale de l'armée française en 1918. Un trou de mémoire qu’il est plus que temps de combler. Un hommage est ici rendu. Diaporama.



Centenaire de la bataille de Verdun : le nécessaire hommage aux soldats des colonies
Pour les poilus appelés à Verdun en 1916, les chances de revenir entier de la Grande Guerre furent très minces. La bataille qui secoua cette région de la Meuse fut un enfer pour les soldats. Durant les 300 jours et 300 nuits que dura cet épisode marquant de la Première Guerre mondiale (du 21 février au 19 décembre 1916), 700 000 victimes ont été dénombrés, dont 300 000 hommes des deux côtés de la ligne de front. Avec eux, neuf villages français ont été rayés de la carte comme Douaumont et Fleury.

« La grande boucherie » n’épargna pas les soldats issus des colonies françaises. Selon des estimations, environ 28 000 hommes, majoritairement musulmans, sont tombés lors de la bataille de Verdun. Cent ans après, les manuels scolaires ne rendent pas encore justice à leur contribution.

Face à ce déficit de l’Education nationale, quelques associations en France organisent des voyages mémoriels à Verdun à l’occasion de commémorations nationales. A Epinay-sur-Seine (Seine-Saint-Denis), une telle initiative avait été organisée par deux associations locales (IMS et SEVE) pour des collégiens le 11 novembre 2015, deux jours avant les attentats de Paris. Un succès auprès des jeunes que les organisateurs appelaient à reproduire ailleurs en France afin de faire vivre un récit national intégrant pleinement l'histoire des Indigènes.

Centenaire de la bataille de Verdun : le nécessaire hommage aux soldats des colonies
Derrière les murs de l'ossuaire de Douaumont sont rassemblés les os de 130 000 soldats des contingents français et allemands qui n'ont pu être identifiés. Le monument, inauguré en 1932 après le transfert des ossements de la chapelle provisoire à l'Ossuaire définitif en 1927, offre ainsi aux familles des disparus un lieu où se recueillir. C’est à l’initiative de l’évêque de Verdun Charles Ginistry que sa construction va être lancée.

Sur les murs intérieurs du bâtiment, dans lequel les photographies sont interdites, des milliers de noms sont gravés sur les pierres mais une extrême majorité d’entre eux ont des consonances bien françaises, les familles ayant payé pour voir le nom de leur(s) disparu(s) apparaître. Selon l’historien Gilles Manceron, il existe de fortes chances pour que les familles de soldats indigènes n’aient pas été tenues au courant d’une telle possibilité.

A l’extérieur, le monument est décoré des armoiries des 140 villes – 18 étrangères – qui ont contribué au financement d'un lieu que l’Etat français ne pouvait prendre en charge au sortir de la guerre.

L’ossuaire de Douaumont, surplombé d’une tour de 46 mètres surnommée « la lanterne des morts », offre la possibilité de retrouver un soldat mort ou disparu au combat à partir de son nom ici.

Centenaire de la bataille de Verdun : le nécessaire hommage aux soldats des colonies
A la sortie de l’ossuaire, le cimetière national de Fleury-devant-Douaumont, dans lequel sont enterrés les soldats qui ont pu être identifiés, s’offre à la vue des visiteurs du site. Des croix blanches se succèdent à perte de vue… On dénombre au total 16 142 tombes chrétiennes.

C’est à Verdun que se sont rencontrés pour la première fois les chefs d’Etat français et allemands en 1984, François Mitterrand et Helmut Khol, comme en témoigne la plaque qui fait face au drapeau français.

32 ans après la poignée de main historique, ce sont François Hollande et Angela Merkel qui réitèrent le geste, dimanche 29 mai, afin de marquer l’amitié durable entre la France et l’Allemagne.

Centenaire de la bataille de Verdun : le nécessaire hommage aux soldats des colonies
Dans le carré musulman, ce sont 592 stèles blanches qui sont dressées vers La Mecque. Le cimetière de Fleury-devant-Douaumont rassemble le plus de grand nombre de tombes musulmanes. Cependant, elles ne représentent qu’une infime partie des morts à Verdun issus des colonies.

Selon l’historien Gilles Manceron, 700 000 hommes, originaires principalement du Maghreb et d'Afrique sub-saharienne, avaient été mobilisés pour la Grande Guerre. Plus de 100 000 d’entre eux ont été tués. Envoyés en métropole, loin de leur patrie et de leurs familles, ces soldats des colonies « ont consenti à un plus grand effort de guerre » que ceux de la métropole qui se voyaient octroyés des permissions pour rentrer chez eux.

Parmi le peu de personnes présentes à Verdun le jour du 11 novembre 2015, on rencontrait Slimani Mohamed, un chibani marocain de 64 ans qui avait fait le déplacement seul depuis Nancy.

Ce retraité de la sidérurgie, arrivé à 19 ans en France, raconte à Saphirnews ne pas avoir d’ancêtres qui a participé à la bataille de Verdun mais il a souhaité passer sur le site de Douaumont pour effectuer une prière du défunt en faveur des soldats musulmans morts. « Pour invoquer la rahma (la miséricorde en arabe) en leur faveur », nous dit-il. Un sacré témoignage de respect qu’il offre.

Centenaire de la bataille de Verdun : le nécessaire hommage aux soldats des colonies
Il fallait attendre 2006 pour que la France rende un hommage appuyé en mémoire aux troupes indigènes engagées entre 1914 et 1918. Jacques Chirac, alors président de la République, inaugurait sur le site de Douaumont un mémorial dédié aux soldats musulmans morts pour la France entre 1914 et 1918. Le monument de style mauresque, composé d'un vaste déambulatoire et d'une coupole, côtoie le carré musulman et témoigne ainsi des gros sacrifices consentis par ces hommes.

Centenaire de la bataille de Verdun : le nécessaire hommage aux soldats des colonies
Abdelkader Arbi, l’aumônier militaire en chef du culte musulman, était présent à l’inauguration du mémorial en 2006. Hier comme aujourd’hui, il appelle les jeunes générations à entretenir la mémoire de ce lieu en s’y rendant régulièrement. Il est lui importe que ce monument, qui est le fruit d'une demande de reconnaissance très ancienne, « ne soit pas à l’abandon ». Il est actuellement entretenu par des associations locales.

Centenaire de la bataille de Verdun : le nécessaire hommage aux soldats des colonies
Au fort de Douaumont, près de l’ossuaire, se dresse un mémorial de 25 mètres de long sur 15 mètres de haut, dressé dès 1938 – période où la montée de l’antisémitisme fut palpable en France – en hommage aux soldats de confession juive tués pendant la Première Guerre mondiale. « Aux Français alliés et volontaires étrangers israélites morts pour la France », est-il inscrit sous une Table des Lois gravée en lettres hébraïques.

Parmi les hauts faits d’armes des troupes coloniales signalés dans une plaque proche du mémorial juif, ceux du 4e régiment mixte de zouaves et de tirailleurs – entre autres troupes indigènes – qui a eu, le 24 octobre 1916, « la gloire et le mérite de reconquérir définitivement La redoute de Thiaumont », un lieu qui avait été perdue et reprise plus de 20 fois auparavant, lit-on. « Son drapeau décoré de la croix de la Légion d’honneur porte dans ses plis la prestigieuse mention tellement enviée "Verdun-Douaumont". »

Centenaire de la bataille de Verdun : le nécessaire hommage aux soldats des colonies
Plusieurs cimetières entourent celui de Fleury-devant-Douaumont, ici la nécropole nationale de Verdun-Glorieux qui compte 4 000 tombes d’hommes tombés dans la région de Verdun lors de la Grande Guerre. Quelques dizaines de soldats musulmans y reposent, une poignée du côté des combattants juifs, éparpillés parmi des milliers de croix blanches. On remarquera que les tombes n’ont pas été orientées vers La Mecque comme l’exige la tradition musulmane.

Centenaire de la bataille de Verdun : le nécessaire hommage aux soldats des colonies

Centenaire de la bataille de Verdun : le nécessaire hommage aux soldats des colonies
Naïma, ici à l’image, a un ancêtre enterré à la nécropole nationale du Verdun Glorieux : Braham Boudechicha, né en 1893 en Algérie et qui a intégré le 3e régiment de tirailleurs algériens (RTA). Cinq générations sont passées depuis mais le moment fut empreint d’émotions pour la jeune femme, qui avait visité pour la première fois, le 11 novembre 2015, la tombe de son aïeul, mort le 27 novembre 1917 des suites de ses blessures.

Naïma n’a appris l’existence de Braham Boudechicha que deux ans plus tôt grâce à une amie, une professeure d’histoire qui a également des ancêtres morts pour la France pendant la Grande Guerre. Munie de seulement quelques éléments, et après une brève recherche sur le Web, une grosse surprise l’attendait… Sa venue à Verdun fut « un moment historique » pour elle, incitant ceux qui le veulent à prêter attention à leur histoire familiale.

Pour retrouver un ancêtre, une base numérique des morts pour la France pendant la Première Guerre mondiale est disponible auprès du site « Mémoires des hommes » du ministère de la Défense.






Dans la même rubrique :
< >

Loading










Nos services web

Recevez le meilleur de l'actu