Connectez-vous S'inscrire






Société

Appel du 21 avril : les jeunes au centre des présidentielles 2012

Rédigé par Pauline Compan | Vendredi 22 Avril 2011

« Vous n’aurez pas nos voix sans nos idées. ». Le mot d’ordre du pacte générationnel lancé le 21 avril s’adresse aux jeunes. Sur une initiative du président de la radio urbaine Générations 88,2, Bruno Laforestrie, un collectif propose un pacte générationnel destiner à interpeller les politiques de gauche. Le résultat ? Des propositions attrayantes mais qui veulent consacrer l’hégémonie du PS.



Le directeur de Générations 88,2, Bruno Laforestrie.
Le directeur de Générations 88,2, Bruno Laforestrie.
C’était aussi un 21 avril. Il y a neuf ans, Jean-Marie le Pen se hissait à la deuxième place de l’élection présidentielle, inaugurant un second tour opposant la droite à l’extrême-droite. Le France avait alors du s’interroger sur ses valeurs et le vivre ensemble. Une décennie plus tard, le FN caracole toujours très haut dans les sondages et les élites politiques peinent à se renouveler.

Sûr de ce constat, Bruno Laforestrie a eu l’idée de proposer un pacte générationnel, accompagné de plusieurs personnalités des milieux associatifs, politiques, artistiques ou militants. Des idées qui veulent réconcilier les générations et remettre la jeunesse au centre des préoccupations. Une manière d’exprimer le malaise d’une jeunesse peu intéressée par la politique car trop souvent désabusée.

Des idées fortes à destination des jeunes

« Nous sommes partis d’un constat : une guerre sans nom, sans chef, ni armée identifiés, mais d’une violence sociale extraordinaire, fait un nombre de victimes chaque jour grandissant : la guerre des générations », a déclaré Bruno Laforestrie . Une phrase qui résume l’esprit de ce pacte générationnel. Une démarche dans le sillage du pacte écologique de Nicolas Hulot en 2007 ; proposer aux candidats d’adhérer à une forme d’engagement avec les signataires du pacte.

Pour une république sociale et solidaire, pour faciliter l’accès des jeunes à un logement décent et écologique, pour une préservation de la liberté numérique, contre les contrôles de police « à cause du délit de faciès », ce sont quelques unes des propositions annoncées ce pacte. Les auteurs livrent un diagnostique lucide de la société mais leur réflexion ne saurait pour autant remplacer un programme politique cohérent et novateur, un mal qui touche largement les partis en présence pour 2012.

Un appel du pied au PS

Parmi les 21 propositions, celle d’organiser une primaire pour une candidature unique de la gauche fait débat. Une telle hypothèse évoque naturellement que cette candidat serait relier au PS. De plus, Bruno Laforestrie est un ancien soutien de Ségolène Royal. Il est accompagné par l’ex-directeur de la campagne numérique de la candidate ou encore de la présidente des MJS (Mouvement des Jeunes Socialistes), Lauriane Deniaud.

Il est vrai que ce scénario risquerait de consacrer une hégémonie des élites du parti, celle là même que le pacte entend dénoncer et interpeller. Le député européen Daniel Cohn-Bendit d’Europe-Ecologie, semble avoir retiré sa signature de l’appel à cause de cette proposition. L’autre candidate potentielle des Verts, Eva Joly, a estimé qu’une telle mesure « affaiblirait le débat démocratique ». Le seul candidat déclaré pour les primaire, l’ancien journaliste Nicolas Hulot, était lui présent à la Bellevilloise à Paris le 21 avril pour le lancement du pacte. Il estime, pour sa part, que la question d’une candidature unique est prématurée.





Dans la même rubrique :
< >

Loading










Nos services web

Recevez le meilleur de l'actu