Connectez-vous S'inscrire






Religions

Appel des imams du Rhône : « Qui tue un être humain a tué toute l’humanité » (Coran)

Rédigé par Kamel Kabtane, Laid Bendidi, Azzedine Gaci | Vendredi 20 Novembre 2015

Ce texte est le prêche prononcé le vendredi 20 novembre 2015 par les imams des mosquées du Rhône.



Appel des imams du Rhône : « Qui tue un être humain a tué toute l’humanité » (Coran)
Dix mois à peine après les événements tragiques de janvier 2015, la France a encore une fois été le théâtre de nombreuses attaques terroristes. A ce jour, on compte 129 morts et 352 blessés. Une tragédie historique.

Les motivations apparentes de ces honteux meurtres commis de sang-froid sont aussi tristes que révoltantes car aucune raison au monde supposée ou réelle ne saurait justifier de tels gestes aveugles.

Nos pensées vont d'abord et avant tout aux familles des victimes et aux survivants que ces crimes effroyables marqueront à vie. Nous implorons Dieu le Tout-Puissant de les aider à trouver le courage de surmonter cette épreuve si difficile, si profonde et si insoutenable.

Nous avons été attaqués par la haine aveugle et la folie meurtrière. Restons unis et solidaires et ne tombons pas dans le piège de la division tendu par ces agents du mal.

« Qui tue un être humain a tué toute l’humanité » (Coran 5/32)

Depuis que les identités des auteurs de ces crimes barbares, souvent très loin de la pratique musulmane, ont été divulguées, les musulmans de France sont régulièrement interpellés sur les questions de la paix, de la guerre et de la violence. Certains chercheraient même à montrer que le Coran porte en son sein des versets qui légitimeraient le rejet envers les autres religions. Que disent véritablement les textes fondateurs de l’islam ?

C’est parce qu’il est capable du pire que l’homme doit faire un effort à l’intérieur de lui-même pour être le meilleur. Il doit lutter au quotidien contre les forces les plus négatives de son être. Son humanité dépendra essentiellement de sa capacité à maîtriser ses pulsions, ses tensions et ses démons intérieurs, nous dit la tradition musulmane.

Et au lieu de déclarer la guerre au monde entier, l’homme devrait apprendre à mener un combat à l’intérieur de lui-même, dans son cœur, car l’homme est sur Terre non pas pour détruire la vie, mais pour la donner : « Quiconque a tué un être humain non coupable de meurtre ou de sédition sur la Terre est considéré comme ayant tué l’humanité tout entière ; et quiconque a sauvé la vie d’un seul être humain est considéré comme ayant sauvé la vie de l’humanité tout entière ! » (Coran 5/32). Et dans la tradition musulmane, on trouve cette parole du Prophète (PSL) qui appelle au respect foncier de tous les croyants : « Quiconque fait du mal à un chrétien ou à un juif sera mon ennemi le jour du Jugement » (rapporté par Muslim). L’homme n’est pas sur terre pour haïr mais pour aimer : « Nul d’entre vous n’a la vraie foi s’il ne désire pas pour son prochain ce qu’il désire pour lui-même » (hadith rapporté par Bukhârî). L’homme est sur Terre non pour prêcher la haine mais pour propager la paix : « Répandez la paix, donnez à manger à ceux qui ont faim, honorez les liens de parenté, priez alors que les gens dorment, vous entrerez au paradis en paix » (hadith rapporté par Tirmidhi).

C'est au fond ce qu'enseignent toutes les religions et toutes les philosophies. Elles font du respect de la vie, de la diversité, de la dignité humaine, des croyances et des religions un principe universel. Dans la tradition musulmane, la diversité est perçue comme une volonté divine : « Et si Dieu l’avait voulu, certes Il aurait fait de vous une seule et même communauté ; mais Il a voulu vous éprouver par la diversité. Rivalisez donc d’efforts dans l’accomplissement de bonnes œuvres » (Coran 5/48). Le respect de la diversité est notre défi aujourd’hui. Elle est notre épreuve de tous les jours. Quand elle est bien gérée, cette diversité est une richesse, elle équivaut à une rivalité dans la bonté. Mais quand elle est mal gérée, elle peut s’exprimer dans la volonté de puissance, de pouvoir sans partage et de violence dans ce monde où différentes traditions se mêlent et vivent ensemble.

Les textes de l’islam et l’impératif « renouveau de l’ijtihad »

Les valeurs humaines auxquelles nous sommes tous attachés sont plus essentielles que nos divergences et ce qui nous rapproche est bien plus important que ce qui nous sépare. Ce message est évidement difficile à faire entendre en ces temps de débats passionnés où les simplifications, les manipulations et les raccourcis intellectuels et médiatiques se généralisent. Cela étant dit, pour nous, imams, éducateurs et recteurs des mosquées, l’heure est à l’autocritique et à l’introspection. Nous devons faire notre propre examen de conscience pour répondre à ces questions essentielles :

Pourquoi en est-on arrivé là ?

Comment expliquer que des jeunes se réclamant de l’islam accomplissent des actes aussi barbares ?

Et surtout comment lutter efficacement contre la barbarie, la terreur et la montée en puissance de la violence et du radicalisme ?

Pour répondre à toutes ces questions, la bonne volonté ne suffit pas, les beaux discours non plus. Il nous faut savoir faire preuve de clarté et d’honnêteté, de franchise et de transparence quels que soient les enjeux. Et cela commence par apprendre à considérer notre époque, à comprendre la société dans laquelle nous vivons : son histoire, sa culture et ses institutions. C’est un passage obligé si nous désirons que le Coran et la tradition du Prophète (PSL) nous parlent, à nous, ici dans ce pays, dans notre contexte, et orientent notre éthique dans une société sécularisée. Telles sont les exigences du respect et du savoir vivre ensemble. Ce travail nous permettra de voir combien est importante la place de l’interprétation des textes de l’islam, combien les avis sont abondants et combien les lectures de ces textes sont diverses et variées. L’instrumentalisation du Coran et de la tradition du Prophète (PSL) par des organisations terroristes comme Daesh rend urgent ce travail institutionnel de contextualisation de ces textes qui demeurent une référence spirituelle indéniable pour les musulmans.

Ce travail intellectuel représente sans doute l’une des attentes les plus importantes des musulmans et des non-musulmans aujourd’hui. En effet, les malentendus persisteront et les relations entre les musulmans et les non-musulmans ne pourront s’améliorer si les uns se contentent de lire l’actualité des événements sociaux ou politiques en brandissant la « menace islamique » et les autres de répondre que la violence ne relève pas de l’islam.

Si les musulmans doivent répondre clairement, objectivement et sincèrement à toutes les questions qui se posent autour de l’islam et la violence, les non-musulmans doivent apprendre à les écouter, à les connaître et à leur donner l’occasion de s’exprimer sans les juger et sans douter de leur sincérité. Ce n’est malheureusement pas souvent le cas.

Enfin, l’Etat doit considérer l’islam comme une religion française au même titre que les autres grandes religions et assumer ses responsabilités vis-à-vis des musulmans qui ont souvent droit à de grands discours sans portée pratique, notamment en ce qui concerne la formation des imams.

Construire les ponts d’amitié et de fraternité

Nous, les imams du Rhône, condamnons la violence sous toutes ses formes. Nous nous engageons à continuer à promouvoir dans nos prêches le respect de la diversité, à dénoncer les lectures extrémistes des textes de l’islam et à prendre nos distances avec tous ceux qui placent l’évolution de notre société dans un schéma conflictuel.

Nous appelons les responsables et recteurs à assumer leurs responsabilités dans les mosquées et à développer toutes les initiatives qui favorisent le vivre-ensemble et luttent contre toutes les formes de rejet et d'extrémisme ;

Nous appelons l’Etat et les instances musulmanes à s’assurer que les aumôniers soient formés et à les aider à construire et développer des contre-discours pour combattre toute forme de radicalisation en milieu carcéral ;

Nous appelons les penseurs et intellectuels musulmans à étudier et à discréditer les fondements idéologiques et théologiques de la pensée extrémiste et à combattre ceux qui l’alimentent, la nourrissent et la financent.

Nous appelons les éducateurs musulmans à développer les activités, les loisirs et les rencontres susceptibles d’apporter à nos enfants l'équilibre psychologique, spirituel, physique et intellectuel dont ils ont besoin ;

• Nous appelons les jeunes musulmans de France à répondre à l’appel du Prophète (PSL) : « Soyez les propagateurs de la paix », à promouvoir les valeurs du respect, du pardon, de la miséricorde et de la fraternité et ne jamais céder aux provocations et aux tentations du repli sur soi.

Nous appelons tous les musulmans de France à consolider leur attachement à la France et aux valeurs républicaines, à édifier les ponts d’amitié et de fraternité avec leurs concitoyens et à participer à la construction d’une société tournée vers le respect et l’entente mutuelle, le partage et la solidarité, la collaboration et la réconciliation.

Face aux événements tragiques qui ne cessent de frapper notre pays, nous n’avons plus le droit de réfléchir seul sans les autres et encore moins contre les autres. Dans ces moments difficiles, c’est ensemble, les uns avec les autres, que nous devons travailler sans cesse à la construction de la paix et de la fraternité. C’est ensemble que nous devons faire face à tous les manipulateurs des consciences, aux prêcheurs de la haine et aux entrepreneurs de la violence.

Seigneur, fais de notre pays un lieu de paix, de sécurité et de prospérité et attribue à ses habitants les biens et les richesses.





Loading










Nos services web

Recevez le meilleur de l'actu