Connectez-vous S'inscrire






Société

« Antisémitisme », « islamisme »… accusé par un prof, le lycée Averroès assommé

Rédigé par Hanan Ben Rhouma | Vendredi 6 Février 2015



« Antisémitisme », « islamisme »… accusé par un prof, le lycée Averroès assommé
Le coup de massue sur le lycée Averroès est terrible. Soufiane Zitouni, un professeur de philosophie, a raconté, dans une tribune parue dans Libération jeudi 5 février, son expérience dans l’établissement lillois dans lequel il enseigne depuis la rentrée 2014.

Le professeur, démissionnaire de son poste, la résume en « cinq mois éprouvants » pendant lesquels il déclare avoir eu affaire à un « antisémitisme quasi culturel de nombre d’élèves » et des agressions verbales en raison de sa « prétendue non-orthodoxie islamique ».

« En réalité, le lycée Averroès est un territoire musulman sous contrat avec l’État », lâche-t-il, en égratignant au passage des professeurs, particulièrement les pratiquants qui « font leurs ablutions dans les toilettes communes, donc en lavant leurs pieds dans les lavabos communs, et où la prière peut être pratiquée à côté de la machine à café. Quid des collègues non musulmans (…) qui aimeraient peut-être disposer d’un espace neutre, d’un espace non religieux, le temps de leur pause ? »

« Un double-jeu » des responsables

« J’ai fini par comprendre, au bout de cinq mois éprouvants dans cet établissement musulman sous contrat avec l’Etat français (mon véritable employeur en tant que professeur certifié), que les responsables de ce lycée jouent un double jeu avec notre République laïque : d’un côté, montrer patte blanche dans les médias pour bénéficier d’une bonne image dans l’opinion publique et ainsi continuer à profiter des gros avantages de son contrat avec l’Etat et, d’un autre côté, diffuser de manière sournoise et pernicieuse une conception de l’islam qui n’est autre que l’islamisme, c’est-à-dire un mélange malsain et dangereux de religion et de politique », accuse-t-il.

Le témoignage de Soufiane Zitouni est rendu public deux semaines après sa tribune intitulée « Le Prophète est aussi Charlie », parue après les attentats qui ont secoué la France. Depuis, il déclare qu’il lui a été encore plus difficile d’enseigner au lycée au point où il a décidé de se mettre « en arrêt maladie ».

Averroès porte plainte contre l’enseignant

Cette tribune à charge, personne ne l’a vue venir et elle fait sacrément mal à l'établissement musulman, à qui le titre de meilleur lycée a été décerné en 2013. Le choc pour le corps enseignant d’Averroès a été tel que la direction a décidé de suspendre ses cours vendredi 6 février. Le chef de l’établissement, El Hassane Oufker, a annoncé une plainte pour « diffamation » contre Soufiane Zitouni.

« La direction et l’ensemble de la communauté éducative de l’établissement s’inscrivent, avec force, en faux contre les allégations mensongères et calomnieuses rapportées dans cet article », fait-il savoir dans un communiqué porté à notre connaissance. « L’établissement a été fondé sur des principes d’ouverture et de tolérance et prône invariablement une compréhension authentique de l’islam en parfaite symbiose avec les valeurs de la République », conclut le directeur.

Le rectorat de Lille a fait savoir auprès de La Voix du Nord qu’une mission d’inspection allait être mise sur pied à la suite de la tribune de Soufiane Zitouni « afin de vérifier le respect des termes du contrat d’association signé avec l’Etat ». La réputation que s'est durement bâtie le lycée Averroès est gravement entachée. En ces temps troubles, ses responsables vont devoir trouver les ressources nécessaires pour se sortir de l'affaire, la plus grave traversée par l'établissement depuis sa création en 2003.






Dans la même rubrique :
< >

Loading










Nos services web

Recevez le meilleur de l'actu