Connectez-vous S'inscrire






Politique

Abdelali Meziane (Europe Écologie, Seine-Saint-Denis) : « Contre les injustices sociales »

Régionales 2010

Rédigé par Carole Dieterich | Lundi 8 Mars 2010

Abdelali Meziane, 3e adjoint au maire de Clichy-sous-Bois, est candidat aux élections régionales en Seine-Saint-Denis sur la liste Europe Écologie. Tout le monde l'appelle Ali, c'est plus simple.



Abdelali Meziane (Europe Écologie, Seine-Saint-Denis) : « Contre les injustices sociales »
« La politique, pour moi, c'était du blabla. » À 29 ans, il n'avait toujours pas sa carte d'électeur. Dix ans plus tard, deux mandats plus loin et une campagne régionale en cours, il se décrit toujours comme « un homme de terrain ».

Abdelali Meziane a toujours cru que les écolos étaient des gens rigolos, un peu rêveurs qui aimaient faire du vélo. « J’ai compris que l’écologie, ce n’est pas seulement l’environnement, c’est aussi le social », explique-t-il. Au mois de juin 2009, il quitte donc le Parti radical de gauche pour Europe Écologie, prenant la 5e place sur la liste des régionales en Seine-Saint-Denis.

À 39 ans, Ali Meziane en est à son deuxième mandat à la mairie de Clichy-sous-Bois comme 3e adjoint au maire à la jeunesse et au sport. Il se définit toujours comme « un militant ». En 2005, après les émeutes qui avaient débuté à Clichy-sous-Bois, il crée avec d’autres le collectif AC le Feu. Il raconte : « C'était spontané, après la mort des deux gamins, les révoltes et Nicolas Sarkozy qui utilise le mot délinquant à tout-va, il y avait vraiment un sentiment d'injustice. »

Récemment encore, le débat sur l’identité nationale énerve Abdelali Meziane. D’origine marocaine, naturalisé à 21 ans, il ne se sent pas moins Français que les autres. Il se désole de voir que « quand la France joue au foot, elle est black blanc beur, mais quand il s’agit d’emploi, il n’y a plus personne ».

Il préfère penser les problèmes en termes sociaux plutôt qu’ethniques. Ce qui l’anime : les injustices sociales. Il dit avoir « mal au cœur » lorsqu’il voit des femmes seules ou des retraités qui ne parviennent pas à remplir leur frigo. Pour lui, le vrai débat est là.







Loading










Nos services web

Recevez le meilleur de l'actu