Connectez-vous S'inscrire






Sur le vif

A Mayotte, Marine Le Pen séduit les musulmans

Rédigé par Saphirnews | Vendredi 2 Décembre 2016



Le grand cadi de Mayotte aux côtés de Marine Le Pen. © Marine Le Pen/Twitter
Le grand cadi de Mayotte aux côtés de Marine Le Pen. © Marine Le Pen/Twitter
La présidente du Front national a lancé sa campagne de conquête les voix des habitants de l’Outre-mer en vue de l’élection présidentielle de 2017.

Contre toute attente, Marine Le Pen a reçu un accueil convivial à Mayotte, territoire située dans l’archipel des Comores, à proximité de Madagascar. Sur cette île habitée à 95 % par des musulmans, il n’y a eu pas eu de réactions de défiance observée durant son passage les 30 novembre et 1er décembre. Bien au contraire, le climat d’hostilité à Mayotte envers les sans-papiers issus des autres îles comoriennes a été favorable à la candidate FN.

La députée européenne en a profité pour accuser les autorités françaises d’avoir « fait en sorte qu’ils continuent de venir ». Elle a annoncé sa volonté de retirer le droit du sol et de « supprimer les aides sociales aux clandestins » sous les hourras de la foule venue la soutenir.

Marine Le Pen a rencontré des dignitaires religieux de l’île, parmi lesquels des cadis de Mayotte qui lui ont remis un rapport sur leur changement de statut suite à la départementalisation de 2011.

Le grand cadi Bacar Nourdine a déclaré qu’« il ne faut prendre personne de haut (…) lorsqu'on vous sollicite, la bienséance veut qu'on réponde favorablement, nous n'avons rien à perdre ». Il aurait également « imploré Dieu » pour que la leader du FN devienne présidente de la République en 2017.*

« Un certain nombre de nos adversaires font croire que nous sommes des adversaires de la religion musulmane, c'est faux. Je suis très attachée à la laïcité (…). Je lutterai contre le fondamentalisme islamiste comme l'a fait aussi le grand Cadi », a ainsi souligné la présidente frontiste. Elle a ajouté à cela qu’elle se dit convaincue que l’influence des religieux « a permis de prévenir les dangers qui pèsent sur l'île en raison de l'abandon du rôle régalien de l’État ».

Concernant le statut des 19 cadis qui dépendent aujourd’hui d’un service de médiation sociale au sein du conseil départemental, Marine Le Pen a répondu ceci : « Vous avez un magistère spirituel. Faut-il pour autant déléguer à un responsable religieux le soin de faire le travail de la République ? Je n'en suis pas convaincue. » Avant Mayotte, elle s'était rendue à La Réunion. Elle devait se rendre en Guyane mais a finalement décidé de reporter ce voyage pour rentrer en métropole.

Mise à jour : Le grand cadi n'a, à aucun moment, apporté son soutien à Marine Le Pen, selon l’Union des jeunes actifs Mahorais (UDJAMA), qui a déploré au passage, aux lendemains du séjour de Marine Le Pen, « la profonde méconnaissance de la part des journalistes des us et coutumes mahorais ». « L'UDJAMA tient à rappeler le caractère apolitique de la haute instance religieuse locale qui conformément à l'hospitalité mahoraise et aux pratiques de bonne conduite de l’islam ont conduit le grand cadi à honorer de sa présence l'invitation de Madame Le Pen », indique l'association dans un communiqué, ajoutant que, des mots du grand cadi « l'existence et le devenir de la fonction de Cadi au sein de la République, au même titre que les derniers Rois de Wallis et Futuna ».






Loading














Recevez le meilleur de l'actu