Connectez-vous S'inscrire






Société

Vincent Geisser : un chercheur sous haute surveillance ?

Une procédure disciplinaire attend le spécialiste de l’islam

Rédigé par Hanan Ben Rhouma | Samedi 27 Juin 2009

Vincent Geisser, chercheur au CNRS, reconnu pour ses travaux sur l’islam, fait actuellement l’objet d’une procédure disciplinaire de la part de sa direction pour « injures publiques » envers un fonctionnaire de défense de la même institution. Celle-ci se tiendra lundi 29 juin. Mais l’affaire qui oppose les deux hommes s’inscrit dans un conflit à plus long terme, Vincent Geisser accusant le fonctionnaire de « pressions » sur ses recherches en raison de ses « relations de proximité avec les milieux musulmans ». Retour aux faits.



Vincent Geisser est convoqué en conseil de discipline le 29 juin.
Vincent Geisser est convoqué en conseil de discipline le 29 juin.
Pour Vincent Geisser, le monde de la recherche se mobilise. Ils sont aujourd’hui plus de 4 000 à avoir signé la pétition en sa faveur. De Pascal Boniface, directeur de l’Institut des relations internationales et stratégiques (IRIS), à Ghislaine Alleaume, directrice de l’IREMAM (Institut de recherches et d'études sur le monde arabe et musulman), en passant par Olivier Roy et Edgar Morin, directeurs de recherche au CNRS, tous s’insurgent contre la procédure disciplinaire intentée par le CNRS contre le chercheur spécialiste de l’islam.

Sa convocation devant la commission administrative paritaire, qui se tiendra lundi 29 juin, porte sur un courriel du chercheur adressé au comité de soutien de Sabrina Trojet. Cette dernière, doctorante de l’université de Toulouse, a été licenciée par celui-ci, en février dernier, pour faute professionnelle en raison du port du voile. Rien de préjudiciable pour M. Geisser jusqu’à ce que ce mail, datant du 4 avril 2009, soit rendu public et qu’il ait fait le tour du Net.

Et voici l'extrait qui a mis le feu aux poudres : « Le FD (fonctionnaire de défense, ndlr) est un idéologue qui traque les musulmans et leurs “amis”, comme à une certaine époque, on traquait les Juifs et les Justes. Le FD constitue des dossiers sécuritaires sur un nombre de chercheurs du CNRS afin de les faire sanctionner. Sa cible privilégiée ? Les chercheurs travaillant sur le monde arabe et musulman, mais aussi les chercheurs ayant des accointances avec l'islam », pouvait-on lire sur le site du comité de soutien.

Le FD en question, que M. Geisser accuse de pressions et de harcèlement envers lui et certains de ses pairs, est Joseph Illand, employé au CNRS. A lire le mail, il y serait pour quelque chose dans le renvoi de Sabrina, qui travaillait dans un laboratoire mixte entre le CNRS et son université. Mais comment le chercheur en est arrivé à faire une telle comparaison ?

Un conflit qui dure depuis 2004

L’affaire actuelle entre M. Geisser et M. Illand date non pas d’aujourd’hui mais d'il y a cinq ans. Affecté à l’IREMAM en 2004, M. Geisser lançait, avec son équipe, une enquête sur la place des enseignants-chercheurs d’origine maghrébine en France et de leur contribution au rayonnement de la recherche française. C’est là qu’est apparu le FD du CNRS. Selon M. Geisser, il ne devait être là que pour régulariser l’enquête auprès de la CNIL (Commission nationale de l'informatique et des libertés).

Au fil du temps, « nous allons très rapidement nous rendre compte des soubassements sécuritaires de l’affaire », déclare M. Geisser dans un témoignage rendu public. Car le sujet de recherche, de nature « sensible », est traité au sein d'un établissement, lui aussi, « sensible » qu’est l’IREMAM. Puis, devant l’absence de garantie pour la CNIL de ne faire aucun tri sur les noms à consonance maghrébine dans l’annuaire des chercheurs, l’enquête sera suspendue en mars 2007. La direction demandera à l’équipe de travail de « procéder à la destruction de tous les éléments collectés dans le cadre de cette enquête ».

Mais, pour M. Geisser, cela ne fait aucun doute : le dossier auprès de la CNIL n’aurait jamais été transmis et les pressions du FD « sur les instances locales, régionales et nationales du CNRS afin de me limiter dans mes activités scientifiques et intellectuelles, allant jusqu’à exiger des sanctions à mon égard » aura eu raison de l’enquête.

« L’action du fonctionnaire de défense durant ces quatre années n’avait nullement pour but de m’assister techniquement dans la procédure de légalisation de l’enquête, mais tout simplement de l’enterrer, sous prétexte que son auteur serait suspect d’ "islamophilie" ou de relations de proximité avec les milieux musulmans », explique M. Geisser, accusé par M. Illand d’infiltrer le CNRS avec un « lobby islamique ».

Une accusation « grotesque » pour M. Geisser qui, de surcroît, n'est pas musulman. Contributeur régulier pour Oumma.com et auteur de La Nouvelle Islamophobie, paru en septembre 2003, Vincent Geisser est reconnu par ses pairs pour ses travaux objectifs sur l’islam. C’est dans ce « climat de suspicion » autour de « ceux qui (…) ont le "malheur" de travailler sur les questions d’islam, d’islamisme et d’autoritarisme dans le monde arabe » que s’inscrit l’affaire actuelle, précise M. Geisser, qui apprend, par ailleurs, qu’en février 2006 M. Illand dispose d’un dossier complet concernant toutes ses activités publiques.

Des charges pesantes contre le FD, mais qui restent à prouver

Dans le cadre de ses fonctions, M. Illand ne doit – officiellement du moins – absolument pas influer dans les travaux des chercheurs, quels que soient leurs domaines. Alors les accusations de M. Geisser sont-elles infondées ? « En tout cas, le directeur général du CNRS n’a reçu aucune plainte. Si M. Geisser a des éléments à fournir concernant le comportement de M. Illand, il pourra nous les adresser afin qu’on puisse travailler dessus », assure un membre de la direction du CNRS, interrogé par Saphirnews, mais qui a souhaité rester anonyme et que l’on appellera M. D.




Dans la même rubrique :
< >

Loading










Nos services web

Recevez le meilleur de l'actu