Connectez-vous S'inscrire






Monde

Vincent Geisser : « Le défi de la société égyptienne est encore plus grand que le défi tunisien »

Rédigé par Propos recueillis par Pauline Compan | Lundi 31 Janvier 2011

Au septième jour de la contestation, la situation en Égypte devient de plus en plus tendue. Le remaniement opéré ce lundi 31 janvier par le président Hosni Moubarak ne satisfait pas les manifestants qui continuent à demander sa démission et celle de son gouvernement.



Vincent Geisser : « Le défi de la société égyptienne est encore plus grand que le défi tunisien »
Vincent Geisser est sociologue, chercheur au CNRS et à l’Institut de recherches et d’études sur le monde arabe et musulman (IREMAM). Il a écrit avec Moncef Marzouki, Dictateurs en sursis. Une voie démocratique dans le monde arabe paru aux Éditions de L’Atelier, en 2009. Pour Saphirnews, il compare la situation actuelle en Égypte avec celle de la Tunisie. Une analyse qui se concentre sur trois différences fondamentales entre ces deux pays : le rôle de l’armée, la situation sociale et les soutiens internationaux.

Saphirnews : Les événements actuels en Égypte sont-ils un signe de la contagion de la révolution tunisienne ?

Vincent Geisser : Je n’aime pas parler de « contagion » en ce qui concerne ces élans démocratiques. À mon sens, ces événements sont plutôt un effet de « feedback ». La révolution tunisienne a clairement eu un effet direct sur les Égyptiens mais je parlerais plutôt d’un déblocage psychologique, car les mécontentements sont déjà présents depuis longtemps. Surtout le scénario égyptien est très différent de celui de la Tunisie…

Sur quels paramètres ?

V. G. : Il y a tout d’abord le rôle de l’armée. En Tunisie, il s’agissait d’une armée salariée, sans prise directe sur l’économie du pays. Durant les émeutes son but principal fut d’éviter le « bain de sang », elle avait, en quelque sorte, un rôle de « passeur ».
En Égypte, l’armée est beaucoup plus hétérogène. Des pans entiers de la hiérarchie militaire ont des intérêts dans l’économie réelle du pays. Beaucoup d’officiers et de généraux possèdent aussi leurs propres entreprises. L’armée n’est pas neutre et, aujourd’hui encore plus, elle peut tenter de reprendre le pays à son compte. Le remaniement opéré par Moubarak aujourd’hui est d’ailleurs un exemple du poids de l’armée sur le régime.

Le dictateur ne serait alors plus protégé par son armée…

V. C. : Le but est avant tout de défendre ses intérêts et si Moubarak est un frein à cela, l’armée fera sans doute pression pour le déloger. Le régime est une façade civile pour une hiérarchie militaire. L’armée voudra reprendre le contrôle avec ou sans Moubarak…


Quels autres éléments distinguent le cas égyptien de la Tunisie ?

V. G. : L’Égypte est un allié objectif d’Israël. En ce sens, Moubarak bénéficie de soutiens considérables de la part de ce pays et de leur allié : les États-Unis. Un soutien qui prend des formes économiques mais aussi militaires. Son pouvoir dictatorial est certes contesté mais il est soutenu par des alliés internationaux.
L’autre différence notable avec la Tunisie est la situation économique et sociale. La situation égyptienne est encore plus dramatique de ce point de vue. C’est une société très hétérogène. En Tunisie, la société civile était plus homogène et il y a eu une jonction entre les intérêts des bourgeois et ceux des plus pauvres. La situation sociale très inégalitaire de l’Égypte pourrait provoquer des divisions dans les protestations. Pour toutes ces raisons, le défi de la société égyptienne est encore plus grand que le défi tunisien.








Loading










Nos services web

Recevez le meilleur de l'actu